Economie
Justice

Swisscom réclame 90 millions de dommages et intérêts à Sunrise

Pourquoi Swisscom réclame 90 millions de francs à Sunrise

Swisscom a engagé des poursuites judiciaires contre Sunrise, réclamant des dommages et intérêts en liens avec un contrat d'utilisation partagée du réseau.
21.02.2024, 15:49
Plus de «Economie»

Swisscom a intenté une action en justice contre Sunrise. Le numéro un suisse des télécoms demande des dommages et intérêts de 90 millions de francs liés à un contrat d'utilisation commune du réseau de téléphonie mobile.

La plainte a été déposée il y a plus d'un an, peut-on lire dans le rapport annuel de Liberty Global, la maison-mère de Sunrise.

Swisscom invoque une violation de contrat réglant la co-utilisation du réseau mobile que l'ancien opérateur UPC, fusionné, depuis, avec Sunrise, aurait conclu avec le géant bleu le 8 décembre 2017. Un mois plus tard, UPC annonçait passer de Swisscom à Salt pour son offre mobile. La fusion a conduit à une migration des clients mobiles d'UPC vers le réseau mobile de Sunrise, dès mi-2021.

La procédure est toujours en cours auprès du tribunal de commerce de Berne, a déclaré mercredi sa porte-parole à l'agence AWP. Ni Swisscom, ni Sunrise n'ont voulu commenter dans l'intervalle. La maison mère de Sunrise n'a pas constitué de provision, une perte étant jugée peu probable par Liberty Global. «Les allégations contenues dans cette plainte sont infondées et/ou exagérées», affirme le groupe qui a l'intention de se défendre dans cette affaire. (jah/ats)

Arrêtez de montrer vos téléphones aux animaux
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici comment les Suisses investissent leur argent
En matière d'épargne, la majorité de la population suisse privilégie la prudence. Une nouvelle étude le montre: le compte privé et le compte d'épargne sont clairement les formes de placement les plus appréciées.

«Il ne faut pas parler d'argent», nous apprend-on dès le plus jeune âge. En Suisse, le sujet reste tabou, même avec nos proches. Les Helvètes ignorent donc à peu près tout de la manière dont leurs concitoyens gèrent leur fortune. Une nouvelle étude de moneyland.ch vient éclairer leur lanterne: la plateforme de comparaison pour les banques, les assurances et la téléphonie a interrogé 1500 personnes pour savoir si elles avaient de l'argent investi dans différentes formes de placement et, si oui, combien.

L’article