DE | FR

UBS entre sur le ring à Paris

Image: KEYSTONE
La banque suisse va devoir tenter de se sortir d'un sacré pétrin: la plus lourde peine jamais infligée dans une affaire d'évasion fiscale. Résultat le 24 mars.
08.03.2021, 21:1609.03.2021, 16:01

Le procès en appel du numéro un bancaire helvétique UBS pour blanchiment de fraude fiscale et démarchage illégal s'est ouvert lundi à Paris par des débats procéduraux. Il intervient deux ans après un premier jugement qui avait infligé au groupe une amende record de 3,7 milliards d'euros (4,1 milliards de francs). La plus lourde peine jamais infligée en France dans une affaire d'évasion fiscale

La banque est soupçonnée d'avoir, entre 2004 et 2012, illégalement envoyé ses commerciaux en France pour démarcher de riches clients de sa filiale lors de réceptions, tournois sportifs ou concerts, afin de les convaincre d'ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

En sus de l'amende principale - suspendue par l'appel - la filiale française de la banque avait écopé en 2019 de 15 millions d'euros d'amende, et cinq de ses anciens cadres (sur six jugés) de prison avec sursis et d'amendes allant jusqu'à 300'000 euros.

La banque suisse, sa filiale et trois ex-cadres avaient également été condamnés à payer solidairement 800 millions d'euros de dommages et intérêts à l'Etat français, partie civile. (ats/afp)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans cette start-up, la sieste au travail est obligatoire et payée
La sieste au travail accroîtrait la productivité du salarié, selon une étude. C'est en tout cas l'un des motifs qui a poussé une start-up indienne à imposer la sieste à ses employés.

La start-up indienne Wakefit a instauré un temps de sieste pour ses employés. C'est sur Twitter que l'entreprise a partagé la nouvelle le 5 mai dernier. Le co-fondateur de l'entreprise, Chaitanya Ramalingegowda, a écrit vouloir «passer à la vitesse supérieure» et améliorer sa politique «du droit à la sieste».

L’article