Economie
Russie

Comment les sanctions occidentales peuvent faire mal à l'économie russe

In this Feb. 24, 2022, photo, a woman leaves an exchange office with screen showing the currency exchange rates of U.S. Dollar and Euro to Russian Rubles in Moscow, Russia. The harsh sanctions imposed ...
Une femme devant un bureau d'échanges à Moscou, le 24 février 2022.Image: sda

Comment les sanctions occidentales peuvent faire très mal à l'économie russe

Déjà fermée lundi, la Bourse de Moscou restera portes closes pour le reste de la semaine. Vladimir Poutine a pris des mesures radicales pour faire face aux sanctions économiques occidentales. Mais il ne pourra sans doute pas empêcher une précarité encore plus profonde de la situation.
01.03.2022, 09:0808.05.2023, 19:31
Suivez-moi
Plus de «Economie»

Lundi matin, sous la pression des sanctions économiques décidées par les Occidentaux, le rouble s'effondrait littéralement face au dollar et à l'euro. Il a perdu 27% de sa valeur.

Les cours ayant quasiment atteint les limites fixées, les échanges se sont arrêtés, a informé La Libre.

Poutine prend des mesures drastiques

Pour soutenir la monnaie russe qui a déjà perdu un tiers de sa valeur hier, Vladimir Poutine a décidé de signer un décret avec des mesures drastiques.

Première mesure: Les résidents de Russie ont l'interdiction de transférer des devises à l'étranger.

Deuxième mesure: Les exportateurs russes sont également sommés dès lundi de convertir en roubles 80% de leurs revenus en devises étrangères engrangés depuis le 1er janvier.

La vente de devises étrangères est l'un des principaux outils utilisés par les pays désirant soutenir leur monnaie nationale.

La Banque centrale russe a également relevé son taux à 20%, pour essayer d'enrayer l'inflation.

Vous avez oublié le sens du mot «inflation»? Retrouvez-le dans cet indispensable lexique👇

Les sanctions européennes vont faire mal

L'économie russe tente comme elle peut de renforcer ses défenses face aux sanctions annoncées par les pays occidentaux. Pour rappel, elles consistent en:

  • L'exclusion de certaines banques russes du système international de paiements bancaires Swift (environ deux tiers des banques en Russie seraient coupées du circuit).
  • L'interdiction de toute transaction avec la Banque centrale de Russie.

Cette mesure doit servir à neutraliser une partie des gigantesques réserves de devises étrangères que la Russie possède.

Quel sera leur impact?

Interviewé pour l'émission «Tout un Monde» de la RTS, l'économiste Julien Vercueil pense que ces mesures créent pour l'instant un «climat de grande incertitude pour le système financier en Russie», car certains acteurs ne seront pas en mesure de se refinancer.

«Ces opérations financières qui sont gelées, c'est autant d'activités économiques qui n'auront pas lieu. C'est un ralentissement net pour l'économie russe».

D'autant que la Russie se trouvait déjà dans une dynamique inflationniste depuis l'année passée. «On peut s'attendre à une inflation qui dépasse les deux chiffres pour l'année 2022, ce qui sera extrêmement dommageable pour l'économie russe» a affirmé Julien Vercueil.

La Russie peut-elle tenir longtemps le choc?

Oui, selon l'expert. Selon lui, la Russie a déjà connu des épisodes douloureux. «L'économie russe ne va pas s'effondrer comme un château de cartes, mais il va y avoir des temps très difficiles pour les entreprises, les ménages...»

L'économiste n'exclut pas totalement un scénario de «resoviétisation» de l'économie nationale russe, où les ordres de l'Etat prévaleraient. Pour l'instant, l'Etat russe ne représente pas une part massive de l'économie, à hauteur d'environ 40%.

L'opération militaire russe en images
1 / 18
La guerre en Ukraine en images
Un bâtiment en flammes après un bombardement russe, Kiev.
partager sur Facebookpartager sur X
Pourquoi faudrait-il dire «Kyiv» au lieu de «Kiev»?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La BNS face à une décision cruciale pour l'économie suisse
Après la Banque centrale européenne, la Banque nationale suisse va-t-elle aussi baisser son taux directeur? Selon plusieurs experts, il est probable que oui.

La semaine passée, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé une baisse du taux directeur. C'est la première fois qu'une telle mesure est prise depuis que l'Europe a été submergée par une vague d'inflation. Toutefois, il ne s'agit que d'une baisse d'un quart de point de pourcentage, et Christine Lagarde n'a donné aucune indication sur la manière dont cela pourrait se poursuivre.

L’article