DE | FR
Elvira Nabioullina, la directrice de la Banque centrale de Russie, est la femme de confiance de longue date de Vladimir Poutine. Ici, en 2007.
Elvira Nabioullina, la directrice de la Banque centrale de Russie, est la femme de confiance de longue date de Vladimir Poutine. Ici, en 2007.image:keystone

Qui est Elvira Nabioullina, l'influente banquière de Vladimir Poutine?

Elle figure régulièrement au classement des femmes les plus influentes de la planète du magazine «Forbes». Mais qui est donc cette Elvira Nabioullina, la directrice de la Banque centrale de Russie, celle qui bénéficie comme peu d'autres de la confiance du président russe? Son portrait en 7 points capitaux.
20.03.2022, 18:26
Suivez-moi

Un look

Elvira Nabioullina, c'est d'abord une dégaine. En un mot: austère. Des cheveux bruns qui tirent sur le roux, coupe au carré, regard droit sous ses éternelles lunettes cerclées de noir, col serré, visage fermé, rarement souriant. Voix feutrée.

Elvira Nabioullina en 2017.
Elvira Nabioullina en 2017.image: wikipedia.org

Seule fantaisie? Une broche accrochée au revers de sa veste, adaptée à chacun de ses discours. Le choix de ce bijou, rapporte RFI, lui permet d'envoyer un signal fort aux marchés. Une colombe pour une baisse des taux. Une maison pour l'annonce du confinement. Un faucon pour le retour de la hausse des taux de la Banque centrale. La cigogne, connue pour sa résistance au gel et au froid, incarne le soutien de la Banque au secteur financier, durant la pandémie.

Le 28 février, alors que des sanctions occidentales dévastatrices viennent de faire chuter le rouble de 29%, Nabiullina s'est assise, la mine basse, à l'autre bout de la célèbre table de six mètres, aux côtés du cabinet économique de Vladimir Poutine. Pas de broche en vue. Pour son premier discours après l’invasion de l’Ukraine, Elvira Nabioullina a opté pour le noir. La couleur du deuil, suppose Le Monde. Symbole d'années de labeur pour sauver l'économie russe perdues. Des efforts ravagés par la guerre.

Une fonction

Car Elvira Nabioullina, c'est aussi, et surtout, une fonction: celle de présidente de la Banque centrale de Russie.

Lorsqu'elle est nommée en 2013 par Vladimir Poutine en personne, c'est une surprise. Personne ne s'y attend, raconte Franceinter. Elle devient alors la toute première femme directrice d'une Banque centrale au sein du G8, ce groupe de sept puissances mondiales, élargi à la Russie.

Rapidement, Nabioullina rafle tous les titres de la presse financière internationale:

  • Banquière de l’année pour le magazine Euromoney en 2015.
  • Pareil pour The Banker en 2017.
  • Elle figure également à de nombreuses reprises au classement des «100 femmes les plus influentes du monde» du magazine Forbes, pointant au 60e rang en 2021.

La patronne de la Banque centrale russe détonne, et pas seulement, car elle fait partie des très rares femmes à posséder un véritable pouvoir dans une élite russe, où les hommes monopolisent les postes clés. Elle se distingue aussi pour être l'une des seules voix qui osent se montrer critiques envers certaines politiques gouvernementales de Poutine.

S'il est bien un mot qui revient sans cesse dans les portraits qui lui sont consacrés, c'est celui-ci: «courageuse».

Un parcours

A sa naissance, il y a 58 ans, rien ne laisse supposer du destin qui attend Elvira Nabioullina. C'est la fille d’une ouvrière et d’un chauffeur de bus d'origine d'origine tatare. Une bosseuse.

Engagée tôt dans le Parti communiste, la jeune diplômée en économie gravit les échelons. Ambitieuse, compétente, loyale, elle se faufile discrètement au sommet. Elle rejoint finalement le ministère de l'Economie, où elle accompagne les réformes lancées par le président Boris Eltsine. En 2000, elle devient Ministre du Développement économique.

C'est à ce moment-là qu'Ivan Samson, chercheur en sciences sociales à l'Université de Versailles, fait sa connaissance. Il l'a décrite au micro de RFI:

«Elle était assez attachée à un fonctionnement économique qui ne soit pas influencé par des relations de pouvoir, de corruption, par des organisations verticales. Elle essayait d'échapper à cela. Mais en même temps elle n'était pas libérale au sens occidental du terme, dans la mesure où elle s'intéressait beaucoup aux gens, à la société. Elle considérait que l'économie n'était pas indépendante de la société».

Outre l'économie et les questions d'innovation, Nabioullina se passionne pour la poésie symboliste française (langue qu'elle parle couramment). On la dit d'une «sensibilité rare» parmi les hauts fonctionnaires russes, comme l'écrit une correspondante du Temps en Russie, en 2019.

De sa vie privée, on sait peu de choses. Nabioullina cultive la discrétion. Selon Le Temps, elle est mariée au recteur de la Haute Ecole d’économie de Moscou. Ils ont un fils, également économiste.

Une mission

Ce qui compte pour la directrice de la Banque centrale russe, c'est sa mission: gérer les réserves de devises et d’or de son pays. Et surtout, contrôler l’inflation.

C'est l'objectif qu'elle s'est fixé lors de son entrée en fonction à la tête de la Banque centrale russe. Après l'effondrement historique du rouble en 2014, à la suite du premier conflit entre l’Ukraine et la Russie et aux sanctions contre son pays, elle prend des mesures drastiques:

  • Augmenter le taux directeur à 17%.
  • Enrayer l’inflation pour protéger le pouvoir d’achat des ménages.
  • Fermer la banque la plus impliquée dans les activités de blanchiment à Moscou.
  • Ainsi que des centaines d'autres établissements bancaires véreux, tout en préservant les banques d'Etat.

Déterminée, elle n'hésite pas non plus à se créer des ennemis au sein de l'élite financière russe, des oligarques et des industriels, qui veulent déprécier la monnaie nationale pour financer leurs affaires.

La banquière maintient sans faillir sa politique monétaire ultra-conservatrice. Un pari gagnant: elle parvient à stabiliser le rouble et à maintenir ses objectifs de hausse de prix. En quelques années, le pays renoue avec la croissance. La Russie lui doit en partie la sortie de la crise économique et financière en 2015-2016.

«C’est très impressionnant pour la Russie, qui n’est pas une économie développée», souligne Sergei Guriev, un ancien conseiller économique du gouvernement russe, interviewé par Le Monde.

Une confiance

Nabioullina est une professionnelle chevronnée. Ses compétences ne font aucun doute: «Elle est compétente, ouverte au dialogue, rationnelle», juge Sergei Guriev, qui a régulièrement collaboré avec elle.

«Poutine estime qu’elle lui est loyale, sinon elle n’aurait pas eu ce poste. Elle a probablement une relation de confiance avec lui»

Cette femme très discrète est en effet l’un des atouts majeurs dans la manche du chef du Kremlin.

Une proximité

Mais l'invasion de l'Ukraine a tout changé. La proximité qu'entretient le président russe avec sa banquière pourrait causer sa chute. A quel moment devient-on complice d’un régime meurtrier? «Existe-t-il, pour des technocrates russes compétents, d’autres choix que la fuite ou la compromission?» s'interroge Le Monde.

Jusqu'à présent, Elvira Nabioullina n'a pas commenté directement le conflit. Certains de ses amis affirment qu'elle partage l'horreur des événements en Ukraine.

Cependant, une chose est sûre: en permettant à la Banque centrale de Russie d'accumuler de très importantes réserves après le conflit de 2014, Nabioullina a contribué à financer la guerre que Poutine mène actuellement en Ukraine. Et ce, même si des proches affirment que cela allait contre ses principes.

Pour d'autres, la culpabilité de Nabioullina est évidente: «Elle fait partie du système russe. Elle ne s’inquiète pas de l’intérêt des Russes, mais de ceux du Kremlin», lâche au Monde Maximilian Hess, spécialiste américain de la Russie au Foreign Policy Research Institute.

Un avenir incertain

Nombreux sont ceux qui estiment qu'Elvira Nabioullina ferait désormais mieux de démissionner. «La seule façon d'avancer pour elle est de fixer [les taux de change], de procéder à toutes les restrictions dès maintenant, d'apaiser la panique bancaire et d'envoyer sa lettre de démission. Ce faisant, elle sera une personne respectée dans le monde», a déclaré Valeria Gontareva, l'ancienne banquière centrale ukrainienne, citée par le Financial Times.

La rumeur veut qu'elle ait tenté de démissionner. L’information est impossible à vérifier.

Mauvais choix, estime Sergei Guriev: «Il est difficile, voire dangereux, pour elle de quitter son poste. Selon lui, Elvira Nabioullina est désormais allée trop loin. Elle ne peut plus abandonner le régime en place.

«Elle pense que ce travail est important pour les citoyens russes et qu'elle le fait mieux que quiconque, ce qui n'est pas improbable. Elle doit donc être loyale envers Poutine et ne pas démissionner. Si elle commence à parler contre Poutine, elle sera mise à la porte et ne pourra pas aider le peuple russe».

Nicolas Véron, cofondateur du centre de réflexion européen Bruegel à Bruxelles, interviewé par RFI, conclut ainsi:

«Elvira Nabioullina est devenue une sorte de figure tragique»
Nicolas Véron

«C'était l'incarnation d'une Russie compétente, réaliste, pragmatique, et qui arrivait à trouver un chemin soutenable en termes économique et financier. On sait aujourd'hui que cette vision était une illusion. (...) Tout ce qu'elle a essayé de faire a été détruit. »

Quant au Kremlin, il reste flou quant à l'avenir qu'il réserve à Elvira Nabioullina, la femme qui a tenté désespérément de sauver l'économie du pays pendant des années.

Les réfugiés ukrainiens

1 / 7
Les réfugiés ukrainiens
source: sda / amel pain
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un potentiel «crime de guerre» filmé par un drone

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Europe a un plan pour confisquer (encore plus) d'avoirs d'oligarques russes
Elle a beau avoir déjà gelé pour quelque 10 milliards d'euros d'avoirs russes, l'Union européenne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a déjà prévu tout un programme pour poursuivre les confiscations et s'harmoniser sur les sanctions des tricheurs. Voici ce qu'elle projette.

Depuis le début de la guerre, l'UE n'y est pas allée avec le dos de la cuillère en matière de sanctions économiques: elle a déjà confisqué plus de 10 milliards d'euros d'avoirs (bateaux, hélicoptères, biens immobiliers, oeuvres d'art, comptes bancaires) de personnalités en lien avec le Kremlin. Et ce sont plus de 200 milliards d'euros de transactions qui ont été bloqués.

L’article