DE | FR

Le procès du cerveau présumé des attentats du 11 septembre est relancé

Les deux tours sont en flammes

Image: Keystone

Sur la base militaire de Guantanamo, le procès de la personne qui a commandité des attentats du 11 septembre vient de reprendre. Il avait été mis en pause en 2019 à cause du Covid.



Hasard ou non du calendrier, l'audience de Khalid Sheikh Mohammed et de quatre coaccusés se tient alors que l'Amérique s'apprête à commémorer les vingt ans des attaques du 11 septembre.

Procès interrompu à cause du Covid

Les cinq hommes sont emprisonnés depuis quinze ans dans la prison de la base navale américaine, au sud-est de Cuba. Ils n'avaient plus comparu depuis le début de l'année 2019. La pandémie de Covid-19 avait interrompu la procédure judiciaire.

Leur procès, qui relève d'une justice militaire d'exception, devait reprendre comme il s'est arrêté, avec une défense invoquant des actes de tortures, lorsque les accusés étaient aux mains de la CIA, pour faire invalider la plupart des preuves avancées par les autorités américaines.

Procès (très) loin d'être terminé

L'officier a fait comprendre qu'il ne se précipiterait pas, en décidant que l'audience mardi serait consacrée à ses propres qualifications. Il entend passer le reste de la semaine essentiellement en réunion avec l'accusation et la défense. Et il pourrait s'écouler encore des mois, voire plus d'une année, avant que le procès n'entre dans sa phase vraiment décisive, au vu des très nombreux recours déposés par les avocats de la défense pour obtenir des pièces.

L'un des avocats de la défense, James Connell, a même assuré qu'il ne «savait pas» si ce procès irait un jour jusqu'à son terme. La défense fait valoir que les cinq accusés portent encore les séquelles des tortures infligées par la CIA, pendant leur détention dans les prisons secrètes de l'agence de renseignements entre 2002 et 2006.

Sans compter, l'effet de quinze années d'emprisonnement dans des conditions de grand isolement. Les cinq hommes, accusés de «meurtre» et d'«actes terroristes», comparaîtront dans une salle d'audience sous haute sécurité, entourée de grillages avec barbelés. Ils risquent la peine de mort. Face à eux, des familles des 2976 personnes dont la mort leur est imputée, et des journalistes.

Pour continuer sur une note joyeuse, les Etats-Unis sont ravagés par l'ouragan Henri

1 / 13
L'ouragan Henri submerge les Etats-Unis
source: sda / cj gunther
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Link zum Artikel

La 5G vient à peine d'arriver et la 6G est déjà en route

Link zum Artikel

«Les catastrophes de cet été sont clairement liées au réchauffement»

Link zum Artikel

Oubliez Spotify, TikTok lance sa propre plateforme de musiques virales

Link zum Artikel

Ikea France condamnée à une amende d'un million d'euros pour espionnage

La filiale française d'Ikea et un de ses anciens PDG ont été condamnés à un million d'euros d'amende et à de la prison avec sursis. Ils sont accusés d'avoir espionné des centaines de salariés pendant plusieurs années.

Révélé par la presse hexagonale en 2012, le verdict vient de tomber dans l'affaire de surveillance à grande échelle d'employés et de clients par la filiale française du groupe Ikea. L'entreprise va devoir payer un million d'euros d'amende et son PDG de l'époque est condamné à de la prison avec sursis.

Ses dirigeants étaient accusés de s'être illégalement renseignés sur leurs antécédents judiciaires, leur train de vie ou leur patrimoine. La procureure avait requis deux millions d'euros …

Lire l’article
Link zum Artikel