DE | FR

Des compagnies aériennes s'alarment d'une 5G un peu trop envahissante

Les patrons de dix compagnies aériennes américaines ont mis en garde lundi les autorités des Etats-Unis du potentiel «chaos» que représenterait le déploiement de la 5G autour des aéroports.
Les patrons de dix compagnies aériennes américaines ont mis en garde lundi les autorités des Etats-Unis du potentiel «chaos» que représenterait le déploiement de la 5G autour des aéroports.Image: sda
Les acteurs du secteur aérien aux Etats-Unis s'inquiètent des conséquences de la 5G sur les avions en raison de possibles perturbations sur les instruments de bord.
18.01.2022, 05:1718.01.2022, 06:52

Les patrons de dix compagnies aériennes américaines ont mis en garde lundi les autorités des Etats-Unis du potentiel «chaos» que représenterait le déploiement mercredi comme prévu de la technologie d'Internet mobile ultrarapide 5G autour des aéroports. Ils se sont exprimés dans une lettre obtenue par l'AFP.

«Une intervention immédiate est nécessaire pour empêcher une importante perturbation opérationnelle pour les passagers, les transporteurs, les chaînes d'approvisionnement et la livraison de fournitures médicales essentielles. Sur une journée comme hier (dimanche), plus de 1100 vols et 100 000 passagers seraient sujets à des annulations, détours, ou retards. Pour être franc, le commerce de la nation s'arrêtera net.»
Les patrons des compagnies American Airlines, Delta, ou encore Southwest, mais également ceux des divisions aériennes des géants de la logistique FedEx et UPS.

Une «calamité économique»

Début janvier, les compagnies aériennes avaient obtenu un nouveau délai, jusqu'à mercredi, pour le déploiement des nouvelles bandes de fréquence. Elles menaçaient, via leur fédération Airlines 4 America, de poursuivre en justice les géants des télécommunications AT&T et Verizon afin d'obtenir ce délai et des modifications techniques dans le déploiement de la dernière génération d'Internet mobile ultrarapide.

Les patrons de ces entreprises de transport aérien demandent au gouvernement américain, à l'agence de sécurité aérienne, la FAA, et au gendarme des télécoms, la FCC, les mesures suivantes:

«Compte tenu du faible temps restant et de l'importance de cette calamité économique complètement évitable, nous demandons respectueusement que vous souteniez et preniez toutes les actions nécessaires pour que la 5G soit déployée sauf quand les tours sont trop proches des tarmacs des aéroports»

Ils souhaitent ainsi une pause, «jusqu'à ce que la FAA puisse déterminer comment ce déploiement peut être accompli en toute sécurité sans perturbation catastrophique». La FAA a publié une brève déclaration lundi, cherchant apparemment à apaiser ces inquiétudes, sans toutefois annoncer de mesures concrètes.

Et la réponse de l'agence américaine aérienne (FAA)?

La FAA avait déclaré dimanche avoir approuvé l'utilisation de certains répétiteurs en toute sécurité dans les zones où la 5G sera déployée, dégageant «jusqu'à 48 des 88 aéroports les plus directement touchés par les interférences de la bande C de la 5G».

«Ayant la sécurité comme mission principale, la FAA continuera de veiller à ce que les voyageurs soient en sécurité pendant que les entreprises de téléphonie mobile déploient la 5G. La FAA continue de travailler avec le secteur de l'aviation et les entreprises de téléphonie mobile pour tenter de limiter les retards et les annulations de vols liés à la 5G.»

Une question de milliards de dollars

Des bandes de fréquence 3.7-3.8 GHz ont été attribuées à AT&T et Verizon en février 2021 à l'issue d'un appel d'offres de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Face à des inquiétudes sur de potentiels problèmes d'interférence avec les appareils mesurant l'altitude dans les avions, la FAA avait émis de nouvelles directives limitant l'utilisation de ces appareils de bord dans certaines situations. Mais les compagnies aériennes américaines se sont élevées contre les potentiels coûts induits, et ont appelé les autorités à trouver rapidement une solution.

En décembre, les avionneurs européen Airbus et américain Boeing avaient eux aussi exprimé leur «inquiétude» au sujet de possibles perturbations sur des instruments de bord de leurs appareils par la 5G, dans une lettre au ministère américain des Transports. (ats/jch)

De retour, en Suisse: «À mes yeux, ça aurait été plus facile de rester dans la peau d'un homme»

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Europe a un plan pour confisquer (encore plus) d'avoirs d'oligarques russes
Elle a beau avoir déjà gelé pour quelque 10 milliards d'euros d'avoirs russes, l'Union européenne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a déjà prévu tout un programme pour poursuivre les confiscations et s'harmoniser sur les sanctions des tricheurs. Voici ce qu'elle projette.

Depuis le début de la guerre, l'UE n'y est pas allée avec le dos de la cuillère en matière de sanctions économiques: elle a déjà confisqué plus de 10 milliards d'euros d'avoirs (bateaux, hélicoptères, biens immobiliers, oeuvres d'art, comptes bancaires) de personnalités en liens avec le Kremlin. Et ce sont plus de 200 milliards d'euros de transactions qui ont été bloqués.

L’article