DE | FR

Les talibans interdisent TikTok et le jeu PUBG

Image: Montage watson
Le gouvernement des talibans a ordonné, ce 21 avril, l'interdiction en Afghanistan de la plateforme de partage de vidéos TikTok et du jeu vidéo PlayerUnknown's Battlegrounds (PUBG).
21.04.2022, 17:0522.04.2022, 18:47

Le réseau social TikTok et le jeu vidéo PUBG dévoient la jeunesse, selon les islamistes au pouvoir. Du coup, ils ont interdit ces divertissements.

Les deux applications mobiles sont particulièrement populaires auprès des jeunes Afghans, qui n'ont plus guère d'autres moyens de se divertir depuis le retour au pouvoir en août des islamistes. Ceux-ci ont depuis interdit la musique et les séries télévisées étrangères ou incluant des femmes.

«La jeune génération s'égare»

«La jeune génération s'égare» avec ces applications, a justifié dans un communiqué le gouvernement, ajoutant que le ministère des Télécommunications avait reçu l'ordre de mettre en application l'interdiction.

Il a aussi demandé au ministère de s'assurer que les chaînes de télévision arrêtent de diffuser des «contenus immoraux», même si celles-ci se limitent désormais essentiellement aux informations et à des émissions religieuses.

Années de liberté balayées

Depuis leur prise du pouvoir, les talibans ont progressivement balayé 20 années de liberté conquise par les Afghans, en particulier les femmes, depuis la fin de leur premier régime (1996-2001).

Malgré leurs promesses de se montrer plus souples cette fois-ci, ils ont maintenu les écoles secondaires fermées pour les filles, ont exclu les Afghanes de nombreux emplois publics, ont contrôlé leur façon de s'habiller et leur ont interdit de voyager à l'étranger ou sur une longue distance dans le pays sans être accompagnées d'un membre masculin de leur famille.

Cerfs-volants interdits

Le précédent gouvernement, pro-occidental, avait déjà tenté d'interdire PUBG, un jeu de combat et de survie multijoueurs qui a été comparé au film post-apocalyptique «Hunger Games». Un peu plus de neuf millions d'Afghans, sur une population de plus de 38 millions de personnes, ont accès à internet, selon des chiffres publiés en janvier par le site spécialisé DataReportal.

Près de quatre millions d'entre eux utiliseraient les réseaux sociaux, dont le plus populaire est Facebook. L'application chinoise TikTok a déjà été interdite deux fois au Pakistan voisin pour avoir diffusé un contenu jugé «inapproprié».

Sous leur précédent régime, les talibans avaient interdit la télévision, le cinéma, la photographie, les cerfs-volants et toutes les formes de divertissement, jugées immorales. (ats/jof)

Les abris antiato­miques – un phénomène suisse

1 / 8
Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
source: wikimedia/kecko
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un alligator se balade peinard dans un quartier de Floride

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La guerre en Ukraine pousse la Hongrie à instaurer l'état d'urgence
Après un premier «état d'urgence» décrété pour faire face au Covid-19, le premier ministre hongrois en a instauré un second dans la foulée. Cette fois-ci, il s'agit de «faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine». Une ONG dénonce déjà la porte ouverte aux abus de pouvoir.

L'état d'urgence instauré pendant la pandémie devait expirer mardi prochain, mais le premier ministre Viktor Orban en a décidé autrement.

L’article