DE | FR

Une résurgence d'Ebola en Afrique de l'Ouest inquiète l'OMS

Un homme marche le long d'une peinture murale de prévention contre Ebola, au Liberia en 2015.

Un homme marche le long d'une peinture murale de prévention contre Ebola, au Liberia, en 2015. Image: sda

Il s'agit de la première résurgence signalée de la maladie en Afrique de l'Ouest, d'où était partie l’épidémie qui avait fait plus de 11 300 morts entre 2013 et 2016.



La fièvre hémorragique Ebola a fait cinq morts, selon un nouveau bilan publié lundi, en Guinée. Les autorités sanitaires, les Nations unies et des ONG comme Médecins sans frontières organisent la riposte avec l'espoir d'éviter le scénario catastrophe de l'épidémie de 2013-2016 en Afrique de l'Ouest.

Selon le dernier bulletin épidémiologique de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), cinq personnes sont décédées, dont une a été confirmée positive au virus Ebola, les quatre autres étant considérés comme des «cas probables». Deux autres personnes ont été testées positives, précise l'agence, et dix supplémentaires présentent des symptômes.

Un «premier vol humanitaire d'urgence», avec à son bord des experts de l'ONU et du gouvernement guinéen, ainsi que des équipements sanitaires, est arrivé en début de soirée à Nzérékoré, en Guinée forestière, a indiqué sur Twitter le bureau des Nations unies en Guinée.

«Patient zéro» non identifié

Il y a des raisons d'être «inquiet», car le «patient zéro» ayant contaminé une infirmière fin janvier dans une localité de quelque 23 000 habitants proche de Nzérékoré, n'est pas identifié, selon un responsable d'une ONG sous le couvert de l'anonymat.

La commune de Nzérékoré, en Guinée, où une infirmière est décédée en janvier des suites d'Ebola.

«C'est toujours une inquiétude de voir émerger une maladie aussi sérieuse qu'Ebola», concède dans un entretien accordé lundi à l'AFP, le représentant à Conakry de l'OMS, Alfred George Ki-Zerbo.

Mais il tempère, en soulignant les leçons tirées des précédentes épidémies et les récentes avancées médicales, comme «les tests de détection rapide, les nouveaux traitements mais aussi et surtout le vaccin, qui permet de protéger les communautés».

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a débuté un programme de vaccination contre Ebola, en Afrique de l'Ouest.

Encourager la prévention

Alors que l'l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) renforce son dispositif d'accueil des malades, Médecins sans frontières se prépare également à envoyer une petite équipe expérimentée de médecins, infirmiers et logisticiens, selon la responsable de l'opération, Anja Wolz.

«Avant d'arriver dans de grands convois de véhicules plein d'individus en tenue spatiale, nous devons rencontrer les personnes influentes, les anciens et les chefs de villages pour leur demander leur avis sur les meilleurs moyens de faire passer l'information, d'encourager l'adhésion aux moyens de prévention et aux comportements sécuritaires pour lutter contre Ebola». (ats/afp)

Ebola, c'est quoi?

Provoquant une fièvre brutale, des maux de tête, des vomissements et diarrhées, le virus Ebola a été identifié pour la première fois en 1976 dans l'actuelle République démocratique du Congo (RDC).

L'épidémie est détectée à nouveau en décembre 2013 en Guinée forestière, avant de se propager au Liberia et à la Sierra Leone. Elle s'était achevée en 2016 après avoir fait plus de 11 300 morts pour quelque 28 600 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Mia et sa mère retrouvées dans un squat en Suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La transmission du Covid-19 de l'animal à l'homme jugée «très probable» par l'OMS

Une étude de l'OMS a conclu que la transmission à l'homme du virus du Covid-19 par un animal intermédiaire est une hypothèse «probable à très probable».

Les spécialistes de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estiment que des animaux d'élevage ont joué un rôle important dans la transmission du coronavirus, en Chine et ailleurs. Un incident de laboratoire reste en revanche «extrêmement improbable», estiment-ils dans un rapport.

Les experts privilégient la théorie généralement admise de la transmission naturelle du virus d'un animal réservoir - probablement la chauve-souris - à l'homme, par l'intermédiaire d'un autre animal qui n'a pas …

Lire l’article
Link zum Artikel