DE | FR

L’ex-commandant libérien Kosiah condamné à 20 ans de réclusion

Bild

Des Libériens organisent une manifestation pacifique pour demander la création d'une Cour des crimes de guerre et des crimes économiques, devant l'ambassade des États-Unis à Monrovia, au Liberia, le 12 novembre 2018.

L’ex-commandant libérien Alieu Kosiah a été condamné, vendredi, par le Tribunal pénal fédéral à 20 ans de réclusion et 15 ans d’expulsion de la Suisse.



Le TPF l’a reconnu coupable de violation des lois de la guerre, durant le 1er conflit civil au Libéria, de 1993 à 1995.

Son procès avait eu lieu entre décembre 2020 et février 2021 à Bellinzone. L’énoncé du verdict est tombé plus de quatre mois après la clôture du procès, le premier du genre mené par un tribunal pénal, a souligné le président du TPF Jean-Luc Bacher.

Le TPF s’est aligné sur les conclusions du procureur Andreas Müller, tout en libérant le coupable de quatre des 25 chefs d’accusation. Il ne lui a toutefois reconnu aucune circonstance atténuante.

Alieu Kosiah, 46 ans, qui a toujours plaidé non coupable, est resté impassible à l’énoncé de la peine. L’homme, établi en Suisse en 1998, a été arrêté le 10 novembre 2014 à Berne, au terme d’une enquête pour crimes de guerre par le Ministère public de la Confédération (MPC).

La plainte de sept victimes de l’ex-commandant de la faction armée de l’ULIMO (United Liberation Movement Of Liberia of Democracy) a provoqué son arrestation. Il est actuellement détenu à la prison régionale de Berne. (ats)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

2 ans de prison pour une Danoise qui contestait les mesures sanitaires

La semaine passée, un tribunal a condamné une mère de famille à deux ans de prison ferme, pour avoir appelé «à détruire la ville de manière non-violente», lors d'une manifestation. Une décision qui suscite un tollé au Danemark.

Deux ans de prison ferme pour atteinte grave à l’ordre public et incitation à la violence contre la police. Voilà la sentence prononcée, la semaine passée, par un tribunal danois, à l'encontre d'une manifestante ayant lancé à la foule: «Etes-vous prêts à détruire la ville de manière non violente? Juste pour faire prendre conscience que nous sommes contre ce confinement du gouvernement.» La trentenaire avait également cherché à poursuivre la manifestation, une fois celle-ci dissoute.

Racontée …

Lire l’article
Link zum Artikel