larges éclaircies
DE | FR
International
Afrique

Mali: Des mercenaires russes accusés d'avoir tué des civils

Mali: des mercenaires russes accusés d'avoir tué des centaines de civils

Les forces armées maliennes seraient accompagnées de mercenaires du groupe Wagner.
Les forces armées maliennes seraient accompagnées de mercenaires du groupe Wagner.Image: Keystone
Les forces armées maliennes, accompagnées de mercenaires du groupe Wagner, auraient commis des «exactions massives» dans le village de Moura.
06.04.2022, 09:1406.04.2022, 11:41
Plus de «International»

L'armée malienne a affirmé vendredi soir avoir tué «203 combattants» de «groupes armés terroristes» lors d'une opération dans une zone sahélienne du centre du Mali menée du 23 au 31 mars.

Mais les réactions internationales, de Washington à Paris en passant par l'Union européenne et les Nations unies, témoignent que cette version des faits est vivement contestée. L'armée malienne, accompagnée de mercenaires russes du groupe Wagner, est accusée d'avoir tué des «centaines de civils» dans le village de Moura.

«Témoignages troublants»

La France s'est ainsi dite «préoccupée par les informations faisant état d'exactions massives dans le village de Moura», a indiqué un communiqué du Quai d'Orsay.

«La lumière doit être faite sur les conditions des opérations antiterroristes ces dernières semaines au Mali», a renchéri le président du Conseil européen Charles Michel, qualifiant de «troublants» les «témoignages sur les décès de centaines de personnes».

Idem du côté du département d'Etat américain, qui avait jugé dimanche «extrêmement dérangeantes» ces allégations, en citant elle aussi la société Wagner. (ats)

Un Ukrainien découvre une roquette dans sa cuisine
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Allemands mettent une bordée à Scholz et Macron, des «égoïstes»
Les médias allemands sont sans pitié avec leur chancelier, Olaf Scholz. Ils lui reprochent d'afficher ses divisions avec Emmanuel Macron, «ce qui profite à Poutine». Watson a tendu le micro à nos voisins d'outre-Rhin.

Feu sur Olaf Scholz. Le chancelier allemand n’est pas à la fête dans la presse de son pays. L’extrême prudence du social-démocrate face à la Russie, contrastant avec les déclarations d’Emmanuel Macron «n’excluant rien» à propos de la guerre en Ukraine, lui vaut une remontée de bretelles dans les médias d’outre-Rhin. En déclarant qu’il n’enverra pas de soldats allemands en Ukraine, qu'il ne livrera pas de missiles Taurus d'une portée de 500 kilomètres, «Scholz trace des lignes rouges pour l'Occident, pas pour Poutine, qui attaque l'Ukraine et met le feu en Transnistrie», écrit le quotidien berlinois Tagesspiegel , dans un commentaire au vitriol signé Daniel Friedrich Sturm.

L’article