DE | FR
Analyse

Bannir la lettre Z, «c'est une défaite face à la Russie de Poutine»

Un abris bus de Saint-Pétersbourg flanqué du blase ,désormais craint par l’Occident, de la propagande guerrière pro-russe.
Un abris bus de Saint-Pétersbourg flanqué du blase ,désormais craint par l’Occident, de la propagande guerrière pro-russe.Keystone
L'Ukraine demande officiellement à tous les pays de le «criminaliser», Zurich Assurance le gomme de sa communication, deux grandes régions allemandes le traquent pénalement, la Lituanie rêve de le bannir et Vuitton a été pris la main dans le sac de la controverse. Le «Z», emblème agressif de la propagande pro-Poutine, n'en finit pas d'embarrasser l'Occident. Analyse d’un kidnapping par la langue.
29.03.2022, 16:4802.04.2022, 13:20
Suivez-moi

Une poignée de jours ont suffi pour que la dernière lettre de l'alphabet latin incarne soudain autre chose qu'une génération, un candidat à la présidentielle ou la signature pressée d'un justicier masqué. Le «Z» est aujourd'hui une arme massive de propagande pro-Poutine et d’un néo-nationalisme agressif. Un emblème sprayé sur des tanks, imprimé sur du tissu, poché sur des murs, mais surtout gravé dans les esprits.

Certains historiens et observateurs osent déjà y percevoir une esquisse de svastika russe, un embryon d'empreinte totalitaire comme le symbolise encore et toujours le blase gammé de l'Allemagne nazie. «Je crois que cette lettre "Z" est délibérément ambiguë: personne ne l'a expliquée officiellement, mais les gens comprennent eux-mêmes comment l'utiliser. Cela fait sa force. Et ça sème la peur chez ceux qui y voient une ressemblance avec des symboles fascistes», analyse notamment Taissia Krugovykh de l'ONG russe Memorial.

Banni pour mieux apparaître?

Or, contrairement à l'emblème du IIIe Reich, le «Z» est une lettre. Une simple lettre. Une lettre qui n'en finit pourtant plus d'embarrasser l'Occident. Au point de faire désormais frémir n'importe quel technocrate du marketing un tant soit peu prudent. Alors que les internautes ont récemment recraché leur café en découvrant les courbes du dernier bijou de Louis Vuitton, le respectable assureur suisse Zurich anticipe un dégât d'image en abandonnant son logo historique sur les médias sociaux. Raison affichée? La peur qu'il soit «mal interprété».

Le logo Z a disparu de toutes les illustration de profil de la compagnie d'assurances, au profit de la raison sociale en toutes lettres.
Le logo Z a disparu de toutes les illustration de profil de la compagnie d'assurances, au profit de la raison sociale en toutes lettres.

En un petit mois de guerre sanglante, la propagande urbaine et virtuelle pro-Poutine a donc su injecter dans une seule lettre (que l'alphabet cyrillique n'utilise même pas) une dose suffisante de brutalité et de terreur pour glacer une bonne partie de la planète. Et, ainsi, dessiner à vitesse grand V les contours d'un étendard qui, aujourd'hui, écrase toute autre possibilité de signification. Une sorte de kidnapping par la langue qui, pour Gianni Haver, a fait naître en Occident une réaction «émotionnelle» et un «parti pris un peu idiot, car jamais nous ne ferons disparaître une lettre sous prétexte qu'elle est utilisée dans le cadre d’une guerre, aussi terrible soit-elle».

Bannir pour condamner

L'historien et sociologue des images à l'Université de Lausanne tient à relativiser l'importance actuelle du Z: «Personne ne peut prédire son évolution mais, pour l'heure, le comparer à la croix gammée, c'est un peu ridicule. Les symboles sont mouvants et ils incarnent ce que l'on veut bien y mettre. Initialement, la lettre Z n'a rien d'un symbole de propagande. Elle commence à le devenir une fois imprimée sur des t-shirts.»

«Par exemple, le drapeau de l'Etat islamique, tout le monde le reconnaît, mais personne ne saurait le dessiner. Et je ne suis pas certain qu'on s'en souviendra encore dans vingt ou trente ans»
Historien et sociologue des images à l'Unil.
Image: keystone

Aujourd'hui, bannir le «Z», c'est brandir publiquement sa franche désapprobation de l'invasion de l'Ukraine. Mais si la compagnie suisse centenaire a gommé un bout de son histoire pour s'assurer une place confortable du côté du bien, elle participe aussi (et paradoxalement) à faire enfler ce qu'elle tente de dénoncer. «Par sa décision, Zurich grave un peu plus dans les esprits la signification russe du Z. Plus on stigmatise un emblème, plus il risque de s'inscrire dans la durée.» Gianni Haver met en garde:

«Bannir le «Z» sous la forme que l'on connaît depuis la nuit des temps, c'est un acte d'abandon. C'est une défaite d'image face à la Russie de Poutine»
Historien et sociologue des images à l'Unil.

Ce vent de désolidarisation a aussi contaminé la politique internationale. Comme autant de petits effets Streisand. A commencer par l'Allemagne: l'affichage du «Z» russe est devenu, vendredi dernier, une infraction pénale en Bavière et en Basse-Saxe. Le ministre de la Justice bavaroise, Georg Eisenreich, s'est justifié en assurant que le «parquet poursuivra avec fermeté les personnes qui défendent publiquement l’invasion russe en Ukraine.» De leur côté, des élus lituaniens semblent vouloir amorcer un virage similaire.

«La lettre Z, devenue le symbole de l’invasion de l’armée russe, est déjà utilisée à des fins d’intimidation et de brutalité»
Linas Jonauskas, député lituanien.
Un graffiti sur des échafaudages en Allemagne.
Un graffiti sur des échafaudages en Allemagne.Dr

Pour Gianni Haver, c'est une preuve parmi d'autres que les Européens «se sont laissés guider par une émotion certes naturelle et compréhensible, mais trop forte. Se retrouvant aujourd'hui dans une espèce de surenchère de stigmatisation du régime de Poutine qui pourrait ne pas avoir l'effet escompté. On injecte dans la lettre Z toute l'aversion qu'on ressent pour l'invasion de l'Ukraine et nous participons ainsi à son renforcement».

Les ingrédients d'un bon emblème?

Au début du conflit, le «Z» est apparu sur des tanks russes. Mais, très vite, la lettre s'est étendue. Des portes des habitations ukrainiennes (dans un objectif d'intimidation), au torse de certains sportifs russes affichant fièrement leurs soutien à Vladimir Poutine, en passant par des vidéos dans lesquelles des corps dessinent la lettre maudite dans des chorégraphies de propagande. On voit même des écoles commencer à glisser des «Z» sous les yeux des petits écoliers russes. Mais ce qui devrait déterminer la longévité du symbole, c'est d'abord la durée de la guerre, selon Gianni Haver.

«Pour qu'il parvienne à marquer l'histoire, un emblème doit aussi avoir un graphisme défini, simple et reconnaissable. Important: il ne doit plus jamais changer»
Gianni Haver, historien et sociologue des images à l'Unil.

Et puis, enfin, depuis quelques jours, un pochoir condamnant la lettre maudite fait son nid dans les rues ukrainiennes et chez les activistes anti-guerre. Un tag qui rappelle cruellement celui dénonçant le nazisme depuis des dizaines d'années.

Un mois après le début de l'agression de l'Ukraine par Poutine, le «Z», qu'il soit arboré, banni ou condamné, n'a pas fini de faire parler de lui. Pour preuve, aujourd'hui mardi, le ministre ukrainien des Affaires étrangères appelle officiellement tous les pays à punir l'usage du symbole. «Un tel soutien public à cette barbarie doit être interdit.»

De son côté, Gianni Haver s'accroche à un certain optimiste. «Dans un conflit armé, il y a toujours une guerre des symboles. Des deux côtés. C'est même souvent une foire aux logos, si je peux m'exprimer ainsi. Mais peu d'entre eux survivent au-delà de l'actualité. Malgré cette peur qui fait aujourd'hui réagir l'Europe, la dernière lettre de notre alphabet ne devrait plus symboliser le régime de Poutine dans vingt ans.»

« Macron assassin »: Emanuel Macron répond à Eric Zemmour:

Et pour en savoir plus sur Vladimir Poutine...

Comment un fils d'ouvrier est devenu l'homme le plus puissant de Russie

Link zum Artikel

Comment la personnalité de l'année 2007 est devenue un «criminel de guerre»

Link zum Artikel

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Qui est la maîtresse russe de Poutine, qu'on dit planquée en Suisse?

Link zum Artikel

Trois idées reçues sur Vladimir Poutine à démystifier

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Nicolas Hulot va devoir répondre des accusations de viol et d'agressions sexuelles
Tout était parti d'un documentaire qui avait provoqué l'émoi en novembre dernier: plusieurs femmes accusaient Nicolas Hulot, ex-animateur de télévision et ancien ministre, de violences sexuelles. Mardi, l'intéressé a comparu en audition libre.

Il s'est présenté mardi à 14 heures, à bord d'un taxi aux vitres teintées. L'ex-présentateur vedette et ancien ministre français était entendu ce mardi par les enquêteurs dans le cadre d'une enquête pour viol et agressions sexuelles.

L’article