International
Analyse

Emmanuel Macron joue à Astérix lors de sa visite en Chine

French President Emmanuel Macron watches a signing ceremony between French and Chinese firms at the Great Hall of the People in Beijing, Tuesday, Jan. 9, 2018. (AP Photo/Mark Schiefelbein, Pool)
Emmanuel Macron lors d'une cérémonie de signature entre des entreprises françaises et chinoises au Grand Hall du Peuple à Pékin, en janvier 2018.Image: keystone
Analyse

Macron joue à Astérix

En visite d'Etat à Pékin, Emmanuel Macron veut persuader son homologue chinois Xi Jinping de prendre plus de distance avec la Russie. Il est secondé par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.
05.04.2023, 12:0005.04.2023, 17:12
Stefan Brändle, Paris / ch media
Plus de «International»

Dans son dernier film sorti en février, Astérix se rend avec Obélix dans l'Empire du Milieu pour libérer l'impératrice chinoise des griffes d'un rival. Spoiler alert: grâce à un peu de potion magique, le Gaulois rusé réussit sa mission haut la main.

Emmanuel Macron, parti ce mardi soir pour une visite d'Etat de trois jours en Chine, n'a malheureusement pas de potion miracle dans sa besace. Il sera accompagné par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. La diplomatie française cherche ainsi à souligner, selon ses propres termes, que son président défend des «positions européennes» à Pékin.

Dans la guerre en Ukraine, l'Europe défend des intérêts communs. De par sa taille, la Chine est probablement le seul pays qui peut agir comme game changer, et réellement renverser la situation.

Une initiative naïve?

Certaines voix sont toutefois sceptiques. Marc Julienne de l'Institut français des relations internationales (Ifri) estime:

«Les tentatives des politiciens européens de trouver une solution pacifique à Pékin sont illusoires»

Il fait ici référence aux voyages du chancelier allemand Olaf Scholz en novembre, du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez la semaine dernière et maintenant d'Emmanuel Macron.

Le président français avait déjà, en vain, tenté de dissuader le président russe Vladimir Poutine de poursuivre sa guerre en Ukraine. Après la visite en grande pompe de Xi à Moscou, le Français veut avertir les Chinois de ne pas prendre de «décisions fatales», en clair de ne pas livrer d'armes à l'agresseur russe.

L'initiative d'Emmanuel Macron peut sembler bien naïve. En effet, un autocrate et homme de pouvoir du calibre de Xi Jinping ne se laissera pas impressionner par un jeune président. Le président français a tout de même un bon argument: si Xi Jinping veut amener les Européens à une ligne «indépendante» – c'est-à-dire libre de Washington –, il doit leur montrer sa reconnaissance d'une manière ou d'une autre.

La France ne veut pas participer au conflit

La France n'a jamais été réticente à faire valoir ses propres intérêts, même face aux Etats-Unis. D'où la réflexion d'Emmanuel Macron: si Pékin joue le rôle de médiateur entre Moscou et Kiev – et pas seulement pour la forme –, alors Paris pourrait adopter une position plus «neutre» dans le conflit entre Washington et Pékin. L'Elysée estime en effet qu'il est dans l'intérêt de l'Europe de ne pas se laisser entraîner dans le duel entre les deux superpuissances.

Emmanuel Macron a un autre argument, certes pas aussi puissant qu'une potion magique, mais qui devrait trouver un certain écho à Pékin: la Chine est très affaiblie depuis la pandémie de Covid et dépend du marché d'écoulement de l'Union européenne (UE) – ne serait-ce que comme alternative au marché américain qui se ferme. Un nouvel accord d'investissement entre l'UE et la Chine est à l'étude.

La France n'a jamais autant importé de biens chinois

La présence d'Ursula von der Leyen à Pékin semble donc logique. D'autant plus qu'elle a récemment fait savoir que l'Europe devait absolument réduire sa dépendance vis-à-vis des produits chinois.

Et c'est là qu'apparaît le problème d'Emmanuel Macron, ou plus exactement la faiblesse de son pays. La France importe plus de biens que jamais de Chine. Cela va à l'encontre de ce que prêchent Ursula von der Leyen et Emmanuel Macron lui-même depuis des mois.

A l'inverse, les entreprises françaises exportent de moins en moins vers la Chine: le vin, les produits de luxe et les avions Airbus s'en sortent encore bien, mais les chaînes de supermarchés françaises comme Auchan ou Carrefour se sont retirées de l'Empire du Milieu, tout comme les constructeurs automobiles français.

La Chine, contrairement à la France, est très appliquée dans sa quête d'indépendance. Les Chinois ne dépendent plus non plus des centrales nucléaires ou des TGV français: aujourd'hui, ils maîtrisent – ou copient – eux-mêmes ces technologies de pointe.

Emmanuel Macron sera accompagné dans son voyage par 50 chefs d'entreprises et de groupes français. Mais ils ne décrocheront probablement de gros contrats que pour Veolia (travaux hydrauliques) ou Airbus. Là aussi, Emmanuel Macron risque de rentrer à Paris les mains vides.

L'attaque contre le pont de Crimée en images
1 / 13
L'attaque contre le pont de Crimée en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La chasse aux «collabos» est ouverte
Le Rassemblement national est en marche vers le pouvoir. La faute à qui? Les «médias collabos», pas toujours ceux auxquels on croit, sont au banc des accusés. Une accusation trop facile.

On y est presque. L’extrême droite, alias le Rassemblement national, est sur le point d’accéder au pouvoir. Non pas, pas encore, à la présidence de la République, mais à l’Hôtel de Matignon, la résidence des premiers ministres. Et la chasse aux «collabos» est ouverte. Il faut l’avouer, c’est tentant. Après tout, chacun, sauf ceux qui font profession de se planquer, est, comme le beauf, le collabo de l’autre.

L’article