DE | FR

Apple retarde la mise en place de son outil anti pédocriminalité

Image: sda
La firme de Cupertino a fini par céder: la mise en place de ses nouveaux outils contre la pédopornographie, accusés de violer la vie privée, sera finalement reportée.
03.09.2021, 16:5703.09.2021, 17:25

Apple veut prendre du temps. Le géant de l'informatique a annoncé vendredi qu'il allait retarder le lancement de ses nouveaux outils censés combattre la pédopornographie.

Dévoilés début août, ils ont été conçus pour mieux repérer les images à caractère sexuel impliquant des enfants, sur son serveur iCloud et sur la messagerie iMessage pour les comptes d'enfants liés à un abonnement familial.

Bien que l'idée a été saluée positivement, sa mise en place pratique a soulevé beaucoup de questions, notamment au sujet de la protection de la vie privée. Pour certains, ce système de surveillance peut être très facilement utilisé par un gouvernement, pour l'analyse du contenu et de recherches à titre privé.

Une lettre ouverte contre ces technologies a été signée par diverses ONG et plus de 7700 personnes, dont l'ancien informaticien de la Central Intelligence Agency (CIA) et lanceur d'alerte Edward Snowden.

Inquiétudes

Face à ces inquiétudes, Apple a décidé «de prendre du temps supplémentaire au cours des prochains mois pour recueillir des commentaires et apporter des améliorations avant de mettre en service ces importantes fonctionnalités de protection des enfants», écrit le groupe dans une note sur son site.

Apple avait annoncé initialement vouloir installer ses nouveaux outils lors des prochaines mises à jour des systèmes d'exploitation sur les iPhone, iPad, iWatch et iMac aux Etats-Unis. (ats/asi)

Un pantalon de 70 mètres de long présenté à Beromünster (LU)

1 / 9
Un pantalon de 70 mètres de long présenté à Beromünster (LU)
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Deux Américains racontent l'enfer de leur captivité en Russie
Ils ont quitté les États-Unis pour aller combattre la Russie en Ukraine. Lors de leur première mission, les deux Américains ont été faits prisonniers par les Russes. Récemment libérés, ils racontent aujourd'hui l'horreur de 104 jours de prison.

Ce sont les images de familles ukrainiennes en fuite qui ont poussé Alex Drueke et Andy Tai Huynh à agir. Les deux Américains ont chacun décidé de se rendre en Ukraine et de rejoindre la Légion internationale pour la défense de l'Ukraine.

L’article