DE | FR

L'Australie démantèle une cellule d'espions sur son territoire

Le chef du renseignement australien a révélé mercredi que son service avait démantelé en 2020 une cellule d'espionnage installée en Australie par une puissance étrangère.
18.03.2021, 06:3918.03.2021, 09:42

Mike Burgess, qui dirige l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO), n'a pas précisé quelle puissance était impliquée, déclarant seulement que «ce n'était pas un pays de notre région».

Dans ses déclarations il affirme que «les espions ont développé des relations ciblées avec des politiciens actuels ou anciens, avec une ambassade étrangère et avec un service de police». Ils ont tenté d'obtenir des informations classifiées sur les relations commerciales de l'Australie et d'avoir des informations sur les protocoles de sécurité dans un important aéroport».

L'ASIO est sortie de l'ombre ces dernières années, s'efforçant de dissuader les services de renseignement étrangers et de renforcer son recrutement. Burgess a davantage communiqué en particulier sur la menace des services de renseignement étrangers opérant en Australie, à un moment où les efforts de la Chine pour développer son influence dans la région suscitent des préoccupations. (ats/afp)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi diable Jean Castex méprise-t-il 80,3% des Français?
En refilant les clés de Matignon (et la patate chaude) à Elisabeth Borne, le tout frais ex-premier ministre a cru bon de préciser que les citoyens qui ferment leur gueule sont la «colonne vertébrale de la France». Petit cours d'anatomie virtuelle, sur fond de bar PMU.

Lundi, en passant le pouvoir à Elisabeth Borne, le premier ministre Jean Castex a ôté gratuitement quelques vertèbres à 52,6 millions de Français. Et en quatre petites phrases:

L’article