International
Azerbaïdjan

Comment l'Azerbaïdjan «exploite la faiblesse de la Russie»

Comment l'Azerbaïdjan «exploite la faiblesse de la Russie»

Depuis plus de deux semaines déjà, le Haut-Karabagh est coupé du monde extérieur, avec des conséquences désastreuses. Le Kremlin est également dans la ligne de mire.
01.01.2023, 07:58
DeSonja Eichert
Plus de «International»

Trop peu de nourriture, de médicaments, de carburant. Dans le Haut-Karabakh, 120 000 personnes sont menacées par une catastrophe humanitaire. La région appartient à l'Azerbaïdjan en vertu du droit international, mais elle est principalement peuplée d'Arméniens. Avec le corridor de Latchin, l'Azerbaïdjan bloque la seule liaison du Haut-Karabagh avec l'Arménie - et donc avec le monde extérieur. Aucune solution n'est en vue.

Image

Nelli Aghayan est médecin à Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh. «Des gens sont déjà morts à cause du blocus», dit-elle dans un entretien avec t-online. Normalement, les personnes gravement malades sont emmenées à Erevan, la capitale arménienne, pour y être soignées. Cela n'est désormais plus possible – seul un nombre à un chiffre de patients a pu être transporté en Arménie par l'intermédiaire de la Croix-Rouge internationale.

Les patients souffrant de maladies chroniques telles que le diabète ou le cancer ne trouvent presque plus de médicaments dans les pharmacies. Les médicaments pour les opérations cardiaques font également défaut.

Le conflit autour du Haut-Karabakh
Le conflit est l'un des plus anciens de l'époque moderne. En 1921, les dirigeants de l'Union soviétique ont attribué à l'Azerbaïdjan cette région majoritairement peuplée d'Arméniens. Le Haut-Karabagh n'a cessé de protester contre cette décision jusqu'à ce qu'un conflit sanglant éclate à la fin des années 1980, dans lequel l'Arménie a fini par s'engager et a pris le contrôle de la région avec l'armée du Haut-Karabagh. En 2020, l'Azerbaïdjan a lancé une offensive pour reconquérir la région. Le Haut-Karabagh se considère comme indépendant et une résolution de l'ONU a attribué le territoire à l'Azerbaïdjan jusqu'à ce que le conflit soit définitivement résolu.

L'Azerbaïdjan défendrait l'écologie

Le blocus dure depuis le 12 décembre. De prétendus militants écologistes azerbaïdjanais bloquent la route, pourtant essentielle à l'approvisionnement de la région. Ils reprochent à deux mines du Haut-Karabagh d'être exploitées illégalement.

L'expert du Caucase du Sud Stefan Meister, de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, n'y croit pas. «Jusqu'à présent, l'Azerbaïdjan ne s'est absolument pas soucié des questions environnementales sur le territoire qu'il contrôle. Et cela devrait soudainement changer dans ce cas?» Pour lui, il est clair qu'il s'agit d'un prétexte:

«Si l'on regarde la manière dont ces personnes se déplacent et agissent, il est évident qu'il ne s'agit pas de militants écologistes, mais de personnes ayant reçu une formation militaire»

Les Arméniens reprochent également à la Russie – la soi-disant puissance protectrice – d'avoir permis la mise en place de ce blocus. La région du Haut-Karabakh est l'une des plus disputées des temps modernes. Des affrontements violents ont eu lieu à plusieurs reprises par le passé. La dernière guerre a duré 44 jours et s'est terminée en novembre 2020 par un accord de cessez-le-feu. Le corridor de Latchin, désormais bloqué, fait partie de cet accord et sa surveillance est dévolue aux forces de maintien de la paix russes.

«C'est la faute de l'Azerbaïdjan, mais c'est la Russie qui est responsable»
Nelli Aghayan

Mais le Kremlin reste en retrait. Lors d'une rencontre non officielle de la Communauté des Etats indépendants (CEI), une alliance d'Etats ex-soviétiques, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, le premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président russe Vladimir Poutine se sont certes rencontrés pour discuter. Il n'y a toutefois pas eu de conférence de presse publique à l'issue des débats.

Nikol Pachinian et Vladimir Poutine.
Nikol Pachinian et Vladimir Poutine.Image: sda

La Russie utilise l'Azerbaïdjan

«La Russie a ses propres intérêts, qui ne se recoupent pas forcément avec les intérêts des Arméniens ou des Azerbaïdjanais», explique l'expert Stefan Meister. Poutine veut certes rester un acteur central dans le conflit, «parce que cela lui donne une ressource de pouvoir». Mais dans le même temps, Moscou s'est tourné vers la Turquie pour éviter les sanctions liées à la guerre en Ukraine et, à Ankara, on est clairement du côté de l'Azerbaïdjan.

De plus, la Russie utilise également l'Azerbaïdjan pour ses intérêts économiques. Il s'agit de gaz russe, selon Stefan Meister, qui pourrait éventuellement être acheminé vers l'Europe via l'Azerbaïdjan. Mais aussi de couloirs de transport que la Russie souhaite contrôler. Ainsi, Moscou serait apparemment prêt à faire des compromis, aux dépens des Arméniens. «Poutine ne veut pas se prendre de coup entre ces deux parties au conflit, alors qu'il mène une autre guerre sanglante en Ukraine», affirme Stefan Meister.

«Il n'y en avait pas assez pour tout le monde»

Ce sont les habitants du Haut-Karabagh qui en font les frais: «Les magasins sont vides», rapporte Nelli Aghayan. Il y a encore de la viande et des produits laitiers, mais pas de fromage.

«Hier, il y avait une longue file d'attente devant un magasin qui avait des fruits et des légumes. Mais il n'y en avait pas assez pour tout le monde»
Nelli Aghayan

Les aliments pour bébés seraient également rares. Jusqu'à présent, la plupart des denrées alimentaires étaient importées d'Arménie, environ 400 tonnes de marchandises chaque jour avant le blocus.

Il n'y a pas non plus assez de carburant, ce qui entraîne un chaos dans la circulation. Les premiers jours, l'Azerbaïdjan a en outre coupé le gaz. Des milliers d'Arméniens du Karabagh ne pouvaient plus se chauffer, raconte la médecin. «Et cela par moins de zéro degré!»

Les quatre objectifs de l'Azerbaïdjan

Les habitants du Haut-Karabakh sont ainsi instrumentalisés. Le politologue Stefan Meister identifie quatre objectifs que l'Azerbaïdjan poursuit avec ce blocus:

  1. Bakou veut contrôler l'accès au Haut-Karabakh, car le corridor passe par le territoire azerbaïdjanais. Mais cela va à l'encontre de l'accord de cessez-le-feu, selon lequel ce sont les forces de maintien de la paix russes qui sont compétentes en la matière.
  2. L'Azerbaïdjan veut expulser les forces de maintien de la paix et tester la réaction de la Russie.
  3. L'Azerbaïdjan veut obtenir par le chantage la construction du «corridor Zangezur». Il s'agit d'une voie de transit exigée par l'Azerbaïdjan entre le pays central et l'enclave du Nakhitchevan via le territoire arménien. Le gouvernement de Pachinian s'y oppose.
  4. Quatrièmement, l'Azerbaïdjan veut effrayer les Arméniens du Karabagh et les chasser à moyen terme de la région, explique l'expert Meister. «Avec de telles actions, on rend la vie des gens là-bas impossible.»
Un article de
t-online

Deux pays en guerre

Malgré le cessez-le-feu, l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont toujours de facto en état de guerre, explique Meister. Depuis deux ans, la tactique du président azerbaïdjanais Aliyev est de recourir à la pression militaire pour parvenir à une solution négociée allant dans son sens. Il dit:

«L'Azerbaïdjan profite désormais de la faiblesse de la Russie et de l'Arménie»

C'est pourquoi le potentiel d'escalade est élevé - aussi bien à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, où il y a eu au total 300 morts en septembre après une attaque de l'Azerbaïdjan sur le territoire arménien, mais surtout au Karabagh. Là-bas, une attaque de l'Azerbaïdjan pourrait survenir à tout moment. «La peur des gens d'une nouvelle guerre est grande.»

Ilham Aliyev et Vladimir Poutine.
Ilham Aliyev et Vladimir Poutine.Image: sda

C'est ce que confirme Nelli Aghayan de Stepanakert. «Bien sûr, nous avons peur qu'il y ait à nouveau une guerre», dit la médecin. «Nous avons déjà vu beaucoup de choses dans notre vie - et nous avons beaucoup perdu.»

Les inquiétudes des Arméniens sont alimentées par les récentes déclarations du président azerbaïdjanais. Ce dernier a déclaré que l'Arménie appartenait historiquement à l'Azerbaïdjan. Son pays a donné Erevan, la capitale de l'Arménie, à l'Arménie en 1918.

«Un geste impardonnable, c'était une trahison et c'était un crime»
Aliyev

L'Arménie est aujourd'hui une dictature assure la propagande – alors que c'est l'Azerbaïdjan qui est considéré comme une autocratie dure –, tandis que l'Arménie est classée comme une démocratie.

L'UE fait preuve de retenue - malgré l'escalade rhétorique

Malgré ces schémas rhétoriques – qui ressemblent ironiquement à ceux de Poutine vis-à-vis de l'Ukraine –, l'UE et l'Allemagne sont restées en retrait jusqu'à présent. La France, qui s'est déjà clairement rangée du côté de l'Arménie par le passé, a été la plus claire jusqu'à présent. Lors d'une conversation téléphonique, le président Emmanuel Macron a demandé à son homologue azerbaïdjanais de libérer le corridor de Latchine. Ce dernier a en revanche nié l'existence même d'un blocus. A la table des négociations, Aliyev n'accepte de toute façon plus Macron.

Par le passé, c'est surtout le président du Conseil de l'UE Charles Michel qui avait tenté de jouer le rôle de médiateur neutre. Des critiques sévères ont été émises par l'Arménie contre l'UE, notamment pour le deal gazier avec l'Azerbaïdjan. Stefan Meister ne pense, toutefois, pas que celui-ci joue un rôle important dans la situation actuelle, les quantités étant trop faibles. Mais il est clair qu'«à un moment donné, il faut augmenter la pression pour éviter une nouvelle escalade».

La visite de Zelensky à Bakhmout
1 / 8
La visite de Zelensky à Bakhmout
Mardi, Volodymyr Zelensky a visité ses troupes à Bakhmout, sur le front de l'est.
partager sur Facebookpartager sur X
La Russie serait prête à déployer son «super char»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cela n'aurait pas dû arriver»: le chef du Hamas parle du 7 octobre
Un journal américain a accédé aux messages de Yahya Sinwar, envoyés aux négociateurs pour une trêve avec Israël. Des révélations qui mettent en lumière sur la pensée de l'architecte des massacres du 7 octobre .

Yahya Sinwar c'est le chef militaire du Hamas dans la bande de Gaza. Il n'a pas été vu en public depuis l'attaque de l'organisation terroriste islamiste contre Israël le 7 octobre 2023.

L’article