larges éclaircies
DE | FR
International
Belgique

Bruxelles: des centaines de manifestants dénoncent la pauvreté

«Tout augmente sauf nos salaires»: à Bruxelles, ils dénoncent la pauvreté

Bruxelles manifestation pauvreté
Le collectif citoyen «Trop is te veel» a été soutenu par Extinction Rebellion. Image: belga / twitter
Les organisateurs ont recensé un millier de manifestants alors que la police évoque 700 personnes.
05.12.2022, 05:1805.12.2022, 08:06
Plus de «International»

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Bruxelles à l'initiative du collectif citoyen «Trop is te veel». Elles dénonçaient les prix élevés de l'énergie et la part croissante de la population vivant dans la pauvreté. Le collectif demande des mesures afin que la classe moyenne ne se retrouve pas à son tour dans la précarité.

C'est la première fois que l'association mène une telle action, soutenue par les syndicats socialiste (FGTB-SETCa) et chrétien (CNE), par Hart boven Hard, Extinction Rebellion et le parti PVDA/PTB.

Parmi les slogans, les participants avaient notamment écrit «Tout augmente sauf nos salaires», «Gelez les prix, mais pas les gens», «Des services publics forts pour notre bien-être».

Le collectif accepte difficilement que de plus en plus de gens qui travaillent, ou qui ont travaillé et sont pensionnés aujourd'hui, s'adressent aux banques alimentaires.

Il voit un nombre croissant d'enfants aller à l'école avec une boîte à tartines vide. Les kots étudiants deviennent impayables en raison de la flambée des factures énergétiques. Ces mêmes factures contraignent théâtres et autres institutions culturelles à annuler leurs représentations, énumère-t-il. (ats/jch)

Les coupures de courant en Ukraine visibles depuis l'espace
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La «fille à papa» qui défie Poutine
Elle n'a que 23 ans, mais la jeune Russe aux yeux de glace et à la volonté de fer n'hésite pas à traiter son président de «lâche». La fougue, la fille d'Alexeï Navalny a ça dans le sang. Désormais, elle est prête à reprendre le combat. Portrait.

Elle a beau se décrire comme une «fille à papa», Dasha - Daria, pour les intimes - en a dans le ventre et les reins solides. Il en faut, pour défier le tout-puissant président de Russie. Un autocrate qui jette ses opposants en prison pour avoir éternué trop fort et qui a persécuté son père pendant plus de 10 ans. Le 16 février, Vladmir Poutine a fini par avoir la peau de son ennemi n°1. Alexeï Navalny. Depuis, c'est sur sa fille, verve et blondeur insolente, que sont concentrés tous les regards.

L’article