DE | FR
Bild

Ces manifestants (à Hong Kong) portent des masques symbolisant le silence du Parti communiste chinois contre les musulmans ouïghours. shutterstock

«Un risque sérieux de génocide», la Belgique met en colère la Chine

Le Parlement belge a reconnu la menace qui plane sur la minorité ouïghoure en Chine. Ce qui n'a pas tellement plus à Pékin.



La Chine a mis la Belgique en garde, mercredi, contre une dégradation des relations entre les deux pays, après le vote d'une commission du Parlement belge dénonçant au Xinjiang (nord-ouest chinois).

De quoi parle-t-on?

Les députés belges se sont inquiétés, mardi, du sort de la minorité musulmane ouïghoure au Xinjiang, dont un million de membres a été placé en centres de rééducation politique, selon des organisations de défense des droits humains.

Le vote intervenu en commission des Relations extérieures doit être confirmé en séance plénière à la Chambre des représentants le 1er juillet, a précisé à l'AFP le député écologiste Samuel Cogolati, à l'origine de la résolution.

Que demande la Chine?

Pékin dément ce chiffre d'un million de personnes et parle de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les Ouïghours de la radicalisation, après des attentats attribués à des islamistes.

«Nous appelons la Belgique à rectifier immédiatement son erreur afin d'éviter une dégradation des relations sino-belges.»

Zhao Lijian, un porte-parole de la diplomatie chinoise

Le porte-parole chinois s'en est pris directement à Samuel Cogolati, à l'origine de la résolution, qui fait déjà l'objet de sanctions de la part de Pékin:

«Ce député a délibérément répandu des mensonges et des fausses informations, causant un tort grave aux intérêts et à la souveraineté de la Chine»

Zhao Lijian, un porte-parole de la diplomatie chinoise

Est-ce que d'autres pays ont reconnu ce crime?

Après ceux du Canada, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Lituanie et de la République tchèque, le Parlement belge est devenu «la 6e assemblée démocratique au monde» à dénoncer les «crimes contre l'humanité» en cours contre les Ouïghours, selon les initiateurs du texte.

(ats)

Cela n'a rien à voir, mais ça se passe aussi en Chine...

1 / 8
Des éléphants sauvages s'échappent d'une réserve en Chine
source: sda
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Tortures, stérilisations et viols, des Ouïghours racontent leur enfer

Un groupe d'avocats et experts des droits humains enquêtent sur le traitement infligé à la minorité musulmane ouïghoure, dont les témoignages ont commencé à Londres.

Les neuf membres du «Tribunal ouïghour», ainsi nommé malgré l'absence de toute autorité judiciaire et dénoncé par Pékin comme une «machine à mensonges», recueillent des témoignages de première main sur les crimes dénoncés à l'encontre des Ouïghours dans la région chinoise du Xinjiang.

L'organisation entend à l'issue de ses auditions dire dans un rapport en décembre si elle estime que Pékin s'est rendu coupable de génocide et de crime contre l'Humanité contre les Ouïghours et d'autres …

Lire l’article
Link zum Artikel