DE | FR

Interview choc de Loukachenko: «Nous massacrons toute la racaille»

Le dirigeant biélorusse a accordé une rare interview à une chaîne occidentale. Un entretien surréel qui fait comprendre pourquoi il est considéré comme le dernier dictateur d'Europe. Petite sélection.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
25.11.2021, 05:3325.11.2021, 06:22

Il n'est pas facile de décrocher une interview avec le soi-disant «dernier dictateur d'Europe». Le correspondant Steve Rosenberg de la chaîne de télévision britannique BBC à Moscou a eu la chance de poser quelques questions critiques au dirigeant biélorusse. Voici les passages les plus intéressants.

Lukaschenko, dirigeant légitime ?

La crise des réfugiés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne préoccupe actuellement l'Europe. Il y a quelques jours, la chancelière allemande Angela Merkel s'est entretenue avec Loukachenko à ce sujet. Rosenberg a donc demandé: «Comment Angela Merkel s'est-elle adressée à vous? En tant que Monsieur le président? Monsieur Loukachenko? Alexandre Grigorievitch?» Loukachenko répond, agacé:

«Pourquoi vous préoccupez-vous de cela? Monsieur le président en Biélorussie signifie la même chose que Monsieur Loukachenko. Ça m’est égal.»

Rosenberg insiste sur le fait que c'est justement important, puisque l'UE ne reconnaît pas Loukachenko comme président légitime. Ce à quoi celui-ci répond:

«Ecoutez-moi bien. Je n'en ai rien à foutre de ce que vous, en Occident, pensez du président de la Biélorussie. Ce n'est pas l'UE qui m'a élu. Steve, vous n'en avez clairement aucune idée. Vous ne m'avez pas reconnu depuis un quart de siècle. Et maintenant?»

Quelle est la vraie ampleur du suffrage de Loukachenko?

L'une des raisons pour lesquelles les résultats des élections en Biélorussie sont toujours remis en cause est qu'ils sont nettement en faveur du président, ce qui rappelle l'Union soviétique. Rosenberg interpelle Loukachenko à ce sujet: «Si, comme vous l'affirmez, vous avez été élu l'année dernière par 80% des voix, pourquoi des foules aussi importantes ont-elles manifesté à Minsk et dans tout le pays? Cela n'a aucun sens?» Le dirigeant répond assez durement:

«Il n'y a pas de sens dans ta tête, Steve, ni dans la tête de tes chefs»

Loukachenko veut tout de même répondre à la question. Rosenberg avait mentionné le chiffre de 80%: «Ce n'est pas mon chiffre, c'est le chiffre de la Commission électorale centrale officielle». Selon lui, c'est un fait. En revanche, les protestataires n'ont aucune importance pour lui. «C'est ce que font les gens qui soutiennent l'Occident depuis 25 ans, chaque fois après les élections. Tout le temps.» Rosenberg veut intervenir, mais Loukachenko ne le laisse pas faire:

«Mais cette année - vous voulez bien m'écouter? Cette année, les protestations étaient mieux préparées (par l'Occident). Par d'autres fondations. Par des fonds britanniques, allemands et américains.»

Rosenberg reste calme et insiste: «Vous n'avez pas répondu à ma question». Loukachenko ne veut rien savoir et le menace à la place: «Si vous ne m'écoutez pas, cet entretien est terminé. C'est ce que vous voulez?» Rosenberg ne répond pas. Loukachenko poursuit:

«Donc, 80%. C'est un fait légitime et indiscutable. Vous n'avez pas d'autres chiffres»

«Mais à 80% des voix, on aurait quand même pu s'attendre à une vague d'amour», lance le journaliste. «Au lieu de cela, des foules immenses sont descendues dans les rues en scandant: "Loukachenko, démissionne !"» Lui-même aurait fait le tour du pays en hélicoptère, équipé d'un fusil d’assaut AK et d'un gilet de protection.

Loukachenko se met en scène en tenue de guerre pendant les manifestations contre les résultats des élections, août 2020
Loukachenko se met en scène en tenue de guerre pendant les manifestations contre les résultats des élections, août 2020Image: sda

En Occident, on pourrait peut-être simuler un tel amour, mais en Biélorussie, les gens se sont rassemblés lors de manifestations pro-gouvernementales et jusqu'à présent, ils se déplacent avec des drapeaux nationaux, rétorque Loukachenko. En effet:

«De plus en plus de gens redeviennent raisonnables. Ce n'est plus 80%, maintenant, c'est probablement 87 ou 90%.»

Que dit Loukachenko des violences policières ?

D'accord, mais que dit Loukachenko de la violence policière contre les manifestants pacifiques? «Nous avons vu tout cela», affirme Rosenberg, en voulant lui montrer des vidéos sur sa tablette. Mais Loukachenko l'interrompt:

«Non, non. D'accord, je l'admets, je l'admets»

Rosenberg, étonné:

«Vous l'admettez ?»

Loukachenko reconnaît que des civils ont été battus à Okrestina. Il ajoute, toutefois, que cela est également arrivé à certains policiers pendant les manifestations. «Mais ça, vous ne l'avez évidemment pas montré». Loukachenko pose la question rhétorique de savoir ce qui se serait passé en Occident, notamment aux Etats-Unis, si des manifestants avaient attaqué des policiers. Et il donne la réponse en même temps:

«Vous vous prendriez immédiatement une balle dans la tête! Mais nous n'avons tiré sur aucune tête»

Que pense Loukachenko des ONG?

Rosenberg change de sujet et aborde la question des ONG. «Depuis juillet, 270 organisations ont été fermées...», commence-t-il. Mais Loukachenko l'interrompt immédiatement:

«Economisez votre salive, je vais répondre à votre question. Nous massacrons toute la racaille que vous avez financée. Oh, vous vous indignez parce qu'on a détruit toutes vos petites structures! Nous n'avons touché aucune personne qui travaillait pour le bien de la Biélorussie.»

Et de poursuivre: «Mais les gens qui ont profité de votre soutien, qui ont reçu des fonds de votre part et qui ont tout détruit ici... Si nous ne les avons pas encore liquidés, nous le ferons dans un avenir proche».

«Le "Bureau des droits des personnes défavorisées"? Le "Centre pour les amoureux des animaux"? Est-ce que ce sont des armes de l'Occident?» Le journaliste Rosenberg reste sceptique. Mais Loukachenko ne veut rien savoir. Il n'en a jamais entendu parler, mais il est convaincu que toutes ces ONG ne sont que des prétextes pour fomenter une révolution.

Vous avez dit prisonniers politiques?

Rosenberg avance un autre chiffre: 873, c'est le nombre de prisonniers politiques que compte actuellement la Biélorussie. Il n'a même pas le temps de finir de formuler sa question que Loukachenko éclate:

«Nous n'avons pas de délits politiques dans la loi, Steve. Personne ne peut être condamné pour ça!»

Et qu'en est-il de ces 873 personnes ? Loukachenko répond: «Ce sont des gens qui ont enfreint la loi biélorusse». Mais le journaliste veut savoir combien il y a de prisonniers politiques. La réponse:

«Vous ne m'entendez pas? Pas un seul. Un tel crime n'existe pas»

Mais Rosenberg veut en avoir le cœur net et demande des nouvelles de la leader de l'opposition Maria Kalesnikawa. Elle n’est pas une prisonnière politique ? «Non, une agente occidentale», explique Loukachenko. (jaw)

Traduit de l'allemand par Anne Castella

Sinon dans l'actu: la venue d'Eric Zemmour à Genève, en images

1 / 12
La venue d'Eric Zemmour à Genève, en images
source: sda / martial trezzini
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur la Biélorussie

Minsk aurait «liquidé» un militant biélorusse, retrouvé pendu en Ukraine

Link zum Artikel

Deux entraîneurs biélorusses doivent quitter le village olympique

Link zum Artikel

Ce que se sont dit le pilote Ryanair et la tour de contrôle biélorusse

Link zum Artikel

Un an de scandales et de répression, Loukachenko dément tout

Link zum Artikel
J'écoute de la musique de merde sur Spotify, c'est grave docteur?
Spotify vient de dévoiler à ses utilisateurs la rétrospective annuelle de leurs morceaux préférés. L'occasion pour bon nombre d'entre nous de réaliser qu'on écoute en boucle des chansons vraiment nazes. Analyse de ce syndrome par un expert.

Parmi les rituels du mois de décembre, il y en a un qui est particulièrement attendu par les utilisateurs de Spotify: chaque année, la plateforme musicale dévoile à chacun le top 5 des morceaux qu'il a le plus écoutés au cours des douze derniers mois.

L’article