DE | FR

Inculpée pour corruption, Aung San Suu Kyi risque la prison

L'ex-dirigeante birmane (gauche) pendant son procès, en mai.
L'ex-dirigeante birmane (gauche) pendant son procès, en mai.Image: sda
L'ex dirigeante birmane est notamment accusée d'avoir perçu 600 000 dollars et plusieurs kilos d'or de pots-de-vins. Si elle est jugée coupable, elle peut être bannie de la vie politique et encourt de longues années de prison.
10.06.2021, 07:2110.06.2021, 17:38

Selon l'un de ses avocats, «ces accusations sont absurdes. Leur but est de la tenir à l'écart de la scène politique du pays et de salir son image». Jeudi, l'ancienne cheffe du gouvernement birman a été inculpée pour corruption.

Concrètement, Aung San Suu Kyi est accusée d'avoir perçu «600 000 dollars et plusieurs kilos d'or» de pots-de-vins. Elle est aussi poursuivie pour l'utilisation abusive de terres pour la fondation caritative Daw Khin Kyi, qu'elle présidait.

Possession illégale de talkies-walkies

Interpellée au matin du 1er février, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 fait déjà face à de nombreuses inculpations allant de la possession illégale de talkies-walkies à l'incitation à des troubles publics et à la violation d'une loi sur les secrets d'Etat.

Si elle est jugée coupable, elle peut être bannie de la vie politique et encourt de longues années de prison. Deux procès sont déjà prévus dans la capitale Naypyidaw, le premier devant démarrer le 14 juin. L'ex-dirigeante, âgée de 75 ans, pourrait être appelée à comparaître ultérieurement à Rangoun pour le volet concernant la violation du texte sur les secrets d'Etat.

La Birmanie en ébullition
Le 1er février 2021, les militaires interpellent plusieurs dirigeants politiques birmans, dont Aung San Suu Kyi. Ce putsch mit fin à une parenthèse démocratique de 10 ans. Le mouvement de contestation est réprimé dans le sang par les forces de sécurité qui ont tué ces derniers mois près de 860 civils, dont des femmes et des enfants. Près de 5000 personnes ont été placées en détention.

(ats)

La répression militaire en Birmanie en images

1 / 6
La répression militaire en Birmanie en images
source: sda / lynn bo bo
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles à propos de la Birmanie

En Birmanie, l'armée assiège les manifestants et fouille les maisons

Link zum Artikel

Accusée de corruption, Aung San Suu Kyi risque (encore) la prison

Link zum Artikel

La répression sanglante s'intensifie en Birmanie

Link zum Artikel

Entre exécutions et armes de guerre, Amnesty s'alarme en Birmanie

Link zum Artikel

Vers un embargo des ventes d'armes en Birmanie?

Link zum Artikel

Facebook soutient la démocratie en Birmanie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un dirigeant afghan promet de bonnes nouvelles sur l'éducation des filles
Le ministre de l'Intérieur annonce que l'Afghanistan travaille sur un «mécanisme» qui permettrait la réouverture des établissements secondaires aux écolières.

Le ministre afghan de l'Intérieur Sirajuddin Haqqani, nommé par les talibans, a promis lundi de «très bonnes nouvelles» pour «très bientôt» au sujet d'un retour des filles dans les écoles secondaires en Afghanistan. Il s'exprimait dans une rare interview avec la chaîne américaine CNN International.

L’article