DE | FR

Victoire des conservateurs, le point sur les élections au Royaume-Uni

Un ballon géant, représentant un Boris Johnson victorieux, érigé dans un village du nord-est de l'Angleterre.
Un ballon géant, représentant un Boris Johnson victorieux, érigé dans un village du nord-est de l'Angleterre.Image: sda
Lors des élections locales, les conservateurs de Boris Johnson ont ravi, vendredi, un bastion travailliste dans le nord-est de l'Angleterre. Une victoire «historique».
07.05.2021, 12:4607.05.2021, 15:11

Le Parti conservateur de Boris Johnson a obtenu une victoire historique vendredi: réussir à faire élire une députée à Hartlepool, une commune dans le nord-est de l'Angleterre. Cela arrive pour la première fois, en plus de cinquante ans dans ce bastion travailliste et pro-Brexit, infligeant un véritable camouflet au parti travailliste.

Cette victoire renforce les tories (surnom des conservateurs) qui avaient déjà pris, lors des législatives de 2019, le «mur rouge» travailliste: ces régions du nord de l'Angleterre affectées par la désindustrialisation et favorables au Brexit.

Un Boris Johnson toujours aussi populaire

Le candidat conservateur Jill Mortimer a recueilli plus de 15 000 voix, doublant presque le score de son adversaire travailliste et europhile. Avant même les résultats officiels, un ballon géant représentant Boris Johnson, bras et pouces levés en signe de victoire, avait été érigé devant le bureau de dépouillement.

«Ne l'oublions pas: Boris Johnson a réalisé le Brexit. Le premier ministre est populaire, parmi les électeurs ayant voté pour et le gouvernement tory (conservateur), et ce dernier a dépensé des sommes astronomiques durant la pandémie, tout en menant une campagne de vaccination très réussie contre le coronavirus et la relance économique.»
Jane Green, professeure de sciences politiques à l'université d'Oxford.twitter

La victoire historique des conservateurs, en images:

Une humiliation pour le parti travailliste

En revanche, pour Keir Starmer, le leader du parti travailliste, c'est une humiliation et de mauvais augure pour son objectif de reconstruire le parti, avant les prochaines élections générales de 2024. Avec une ligne plus centriste que son prédécesseur Jeremy Corbyn, il avait promis de remettre le parti sur les rails en prenant la tête de la formation, quelques mois après sa débâcle aux législatives.

«C'est l'illustration la plus spectaculaire que le parti a jusqu'ici échoué à se rapprocher des électeurs des classes ouvrières ayant voté contre le Brexit.»
John Curtice, un spécialiste des élections britanniques.BBC NEWS

Et l'Ecosse dans tout ça?

Cette élection partielle était organisée dans le cadre d'un scrutin local et régional en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles, reporté d'un an en raison de la pandémie de coronavirus.

En Ecosse, où le Parlement régional est renouvelé, c'est l'avenir du Royaume-Uni qui se joue: les indépendantistes du Parti national écossais (SNP) de la première ministre Nicola Sturgeon espèrent une large victoire pour ouvrir la voie à un nouveau référendum d'autodétermination. Les premiers résultats sont attendus samedi soir.

Boris Johnson s'y oppose fermement, estimant que la consultation de 2014, s'étant prononcée à 55% pour le maintien au sein du Royaume-Uni, ne pouvait se produire «qu'une fois par génération». Les partisans d'un nouveau référendum soulignent que le Brexit, auquel les Ecossais étaient opposés à 62%, a changé la donne.

L'élection du maire de Londres

En tout, 48 millions d'électeurs étaient appelés à renouveler quelque 5000 sièges dans 143 assemblées locales en Angleterre, les Parlements gallois et écossais ainsi que 13 maires. A Londres, le travailliste Sadiq Khan, devenu en 2016 le premier maire musulman d'une grande capitale occidentale, est donné favori pour un deuxième mandat. (ats)

Les manifestations en Colombie

1 / 11
Les manifestations en Colombie
source: sda / esteban felix
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Au Mexique, Covid ou pas, la fête continue

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le premier criminel de guerre russe n'a rien d'un boucher sanguinaire
Vadim Chichimarine, le sergent russe de 21 ans qui a tué un civil ukrainien d'une balle de kalachnikov en février dernier, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Au beau milieu d'un conflit sanglant où les pires atrocités ont été commises, c'est un criminel aux airs de petit gibier qui fait désormais «office d'exemple». Un paradoxe... pas si étonnant.

Démonstration de gonflette. En déballant ses biscoteaux judiciaires, l'Ukraine a voulu à tout prix prévenir les troupes russes: les crimes sont jugés, les criminels condamnés. L'agression menée par Vladimir Poutine depuis deux mois a désormais un visage juvénile et un regard de chiot abîmé. Lundi, Vadim Chichimarine, 21 ans, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Il a tué, en février dernier, Oleksandre Chelipov, un civil ukrainien de 62 ans. Une balle de kalachnikov en pleine tête, depuis le siège passager d'une voiture volée.

L’article