DE | FR

Le boss de la 'Ndrangheta capturé au Brésil

epa06182610 A handout photo made available by the Italian police shows 'Ndrangheta boss Rocco Morabito pictured after his capture in Montevideo, Urugay, 04 September 2017. 'Ndrangheta boss Rocco Morabito was arrested in Uruguay after 23 years on the run from convictions for mafia association, drug trafficking and other serious crimes, the Italian Interior Ministry said. EPA/ITALIAN POLICE / HANDOUT BEST QUALITY AVAILABLE HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Rocco Morabito en 2017. Image: EPA ANSA

C'était l'un des criminels les plus recherchés au monde. Le chef de la mafia calabraise, Rocco Morabito, qui était en cavale, a été attrapé.



Le chef mafieux italien Rocco Morabito a été capturé, lundi, dans la ville de Joao Pessoa, dans le nord-est du Brésil, selon les autorités. Le trafiquant de drogue était en cavale depuis sa fuite d'une prison uruguayenne en juin 2019.

Rocco Morabito, considéré comme le patron de la 'Ndrangheta (mafia calabraise), a été appréhendé «avec un autre fugitif italien», dont l'identité n'a pas été révélée, à la suite d'une «enquête conjointe entre le Brésil et l'Italie», a affirmé la Police fédérale brésilienne (PF).

Dimanche, «une équipe de policiers italiens du bureau central d'Interpol à Rome, qui a participé à l'enquête, et de carabiniers, s'est rendue au Brésil dans la perspective de l'arrestation», a-t-elle détaillé. Il s'agit d'un des délinquants les plus recherchés par l'Italie, selon la PF.

«Il y a des traces d'actions de Rocco Morabito dans l'organisation du trafic de drogue entre le Brésil et l'Europe depuis les années 1990»

La Police fédérale brésilienne

La Cour suprême (STF) avait ordonné l'arrestation de cet homme de 54 ans, qui faisait l'objet d'une notice rouge d'Interpol pour avoir appartenu de 1988 à 1994 à une organisation criminelle dédiée au trafic international de drogues.

Qui est cet homme?

Entre autres délits, il est accusé d'avoir assuré le transport de drogue en Italie, sa vente à Milan, puis d'avoir tenté d'importer depuis le Brésil 592 kilos de cocaïne en 1992 et 630 kilos de cocaïne en 1993.

Rocco Morabito avait échappé à une arrestation en 1994 à Milan, où il était surnommé le «roi de la cocaïne». Originaire d'Africo, un village calabrais, il était l'un des responsables les plus importants du clan «Africo Nuovo».

Rocco Morabito était recherché, depuis 1995, par la justice italienne, accusé d'association illégale et de trafic de drogue, et avait été condamné par contumace à 28 ans de prison, une peine portée par la suite à 30 ans de réclusion.

L'Italien, considéré comme l'un des dix criminels les plus recherchés au monde, a été arrêté en septembre 2017 dans un hôtel de Montevideo après avoir résidé pendant 13 ans sous une autre identité dans la station balnéaire huppée uruguayenne de Punta del Este, à 140 km de la capitale. Il avait obtenu, en 2004, des papiers uruguayens en présentant un passeport brésilien au nom de Francisco Capeletto. Il avait finalement été repéré après avoir inscrit sa fille au collège sous sa réelle identité.

La justice uruguayenne a approuvé son extradition vers l'Italie en 2018, mais en juin 2019, il a réussi à s'enfuir de la prison centrale de Montevideo en passant par son toit, et était depuis en cavale. (ats/jah)

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Le peuple brésilien révolté face au racisme et aux violences policières

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, jeudi au Brésil, contre le racisme et les violences policières, une semaine après une sanglante opération de police dans une favela de Rio de Janeiro. Elle a fait 28 morts.

«Ni balle, ni faim, ni Covid. Le peuple noir veut vivre!»: les manifestants, qui portaient des masques sanitaires contre le coronavirus, ont réclamé la fin de la discrimination envers les personnes noires et métisses - qui représentent 55% de la population - le jour où le Brésil commémore la fin de l'esclavage en 1888.

Dans le défilé à Rio de Janeiro, des pancartes proclamaient «Contre le génocide, la rébellion est juste» ou «Justice pour Jacarezinho», du nom de la favela où a été …

Lire l’article
Link zum Artikel