International
Canada

Le Canada va déployer deux navires militaires au large d'Haïti

Trudeau veut aider Haïti, en déployant deux navires militaires

Prime Minister Justin Trudeau, right, takes part in a bilateral meeting with Prime Minister of Haiti Ariel Henry during the Conference of Heads of Government of the Caribbean Community (CARICOM) in Na ...
Justin Trudeau, à droite, a participé jeudi à une réunion avec le premier ministre d'Haïti, Ariel Henry, à Nassau.Image: sda
Vendredi dernier, le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU a demandé à la communauté internationale d'envisager «d'urgence le déploiement d'une force d'appui spécialisée» en Haïti.
17.02.2023, 05:1117.02.2023, 07:19
Plus de «International»

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé jeudi le déploiement de deux navires militaires au large d'Haïti «au cours des prochaines semaines». Le but est d'assurer une présence au large de ce pays des Caraïbes en crise.

«L'objectif pour les deux frégates sera d'effectuer une surveillance, recueillir des renseignements et de maintenir une présence maritime»
Justin Trudeau, depuis Nassau, aux Bahamas, où se tient une réunion avec les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (Caricom).

Lors d'une conférence de presse après la réunion, Justin Trudeau a affirmé que les navires «soutiendraient la police nationale haïtienne dans leurs actions pour contrer l'activité des gangs, qui a atteint des niveaux «jamais vus depuis des décennies».

«Très préoccupé»

Contrôlant plus de la moitié du territoire national haïtien, les gangs enlèvent quotidiennement des citoyens, exigeant des dizaines voire des centaines de milliers de dollars aux proches de leurs victimes, le plus souvent agressées sexuellement pendant leur captivité.

«Le Canada est très préoccupé par les troubles et l'instabilité qui règnent en Haïti», pays «confronté à la violence incessante des gangs, à l'agitation politique et à la corruption. Cette situation est très proche de nous, non seulement dans la région, mais aussi au Canada avec notre forte diaspora haïtienne.»

«Coût terrible»

Lors de la conférence de presse après la réunion de la Caricom, le Premier ministre canadien a pointé du doigt, en anglais, ceux qu'il juge être responsables:

«Un petit nombre de familles puissantes de l'élite fomentent l'instabilité et financent la violence pour leurs propres gains, représentant un coût terrible pour le peuple haïtien»
Justin Trudeau

Il a affirmé qu'Ottawa travaillait avec ses alliés pour accroître les sanctions sur ce groupe, ajoutant que «tant que les élites haïtiennes ne rendent pas des comptes pour leur rôle dans cette horrible crise en Haïti, nous ne serons pas en position de la confronter».

Le Canada a notamment imposé des sanctions sur l'ancien président d'Haïti Michel Martelly et deux anciens Premiers ministres, ainsi que sur le seul milliardaire du pays Gilbert Bigio. Au total 17 personnes sont sous le régime de sanctions par Ottawa en Haïti, selon le dirigeant canadien, qui s'est exprimé en français:

«On a des raisons de croire que ces gens se servent de leur statut d'élite notoire en Haïti pour protéger des groupes criminels armés et faciliter leur activité comme le trafic de drogue et autres actes de corruption»

Le Premier ministre canadien avait annoncé plus tôt l'octroi de 12,3 millions de dollars canadiens (11.36 millions de francs) d'aide humanitaire au pays, ainsi que 10 autres millions à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin de venir en aide aux migrants dans la région. Début février, le Canada avait déployé pendant quelques jours un avion militaire, doté de capacités de renseignement et de surveillance pour assister les autorités haïtiennes. (ats/jch)

Justin Trudeau s'est lâché avant les funérailles en chantant Queen
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Javier Milei rencontre Elon Musk au Texas: «Vive la liberté, bordel!»
Le président argentin a visité l'usine Tesla du milliardaire Elon Musk. Les deux hommes défendent l'idée d'un marché libre.

Le président argentin Javier Milei a tweeté vendredi «VIVE LA LIBERTÉ, BORDEL... !» après une rencontre avec Elon Musk dans l'usine Tesla du milliardaire, au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

L’article