DE | FR
Capture d'écran de la vidéo.
Capture d'écran de la vidéo. Twitter

Une «femme esclave» fait couler beaucoup d'encre en Chine

Une nouvelle histoire peu glorieuse nous vient de Chine. Dans la province du Jiangsu, une femme aurait été kidnappée puis vendue à un homme avec qui elle a eu huit enfants. Plusieurs médias du pays ont reconnu que la «vente de femmes» était réelle.
09.02.2022, 12:2409.02.2022, 13:12

Une nouvelle histoire vient déranger la grande puissance chinoise: celle d'une mère de huit enfants, enchaînée par le cou à un mur de béton dans une cabane ouverte sur l’extérieur. La vidéo publiée le 27 janvier par un blogueur chinois démontre qu'elle a perdu de nombreuses dents et, à proximité, sa nourriture est congelée. La femme semblait étourdie, luttant pour parler de manière cohérente. Toujours d'après la vidéo, elle est mère de huit enfants, âgés de 2 à 23 ans.

Comme le souligne Le Monde dans une publication, la Chine est scandalisée et les réseaux sociaux s'embrasent: qui est cette femme? D’où vient-elle? Que font les autorités locales? Comment le couple a-t-il pu avoir huit enfants, malgré la politique de l’enfant unique alors en vigueur et qui n’a été abolie qu’en 2015? Les autorités ont expliqué que la femme de la vidéo était une vagabonde et que son mari l’avait épousée en 1998. Elle aurait été diagnostiquée schizophrène par des experts, comme le rapporte The Guardian.

Des questionnements (légitimes) qui mettent en lumière une chose: les soupçons que le mari aurait acheté sa femme. En une semaine, la vidéo attire plus de deux milliards de vues et la colère naissante de la population.

Une pratique loin d'être nouvelle dans les régions rurales de Chine

Un internaute affirme que, à Xuzhou, ville de neuf millions d’habitants composée de nombreuses zones villageoises, pas moins de 48 100 femmes auraient été achetées par les paysans dans les années 1980. Des histoires semblables sont rapportées ailleurs. Par exemple, toujours selon Le Monde, le cas d’une femme du Sichuan achetée puis enfermée pendant quinze ans par deux frères, en Mongolie.

La Télévision centrale de Chine (CCTV) a diffusé un reportage pour expliquer que cette femme se nomme Xiao Huamei et originaire du Yunnan, dans le sud-ouest du pays. Mariée une première fois en 1996, elle aurait divorcé et aurait été emmenée par une femme dans cette province, avant de lui fausser compagnie. Les autorités ont enquêté sur l'homme, mais aucune charge n'a été retenue contre lui.

Lundi, sur les réseaux sociaux, un sondage a montré qu’une majorité de Chinois estiment que les dirigeants politiques locaux sont les principaux responsables de ce genre de drames, devant les réseaux criminels, la pauvreté et le faible niveau d’éducation. (svp)

Vous n'avez rien suivi à la sordide «affaire Maëlys»? On vous explique tout

Plus d'articles sur la disparition de Peng Shuai

Peng Shuai revient sur ses accusations et ça renforce les inquiétudes

Link zum Artikel

Le directeur de la WTA menace de virer la Chine si Peng Shuai reste introuvable

Link zum Artikel

Une nouvelle vidéo de Peng Shuai fait surface

Link zum Artikel

La joueuse Peng Shuai réapparaît... en photo sur le web

Link zum Artikel

Une star du tennis accuse un puissant politicien chinois d'agression sexuelle

Link zum Artikel

Cette star de tennis chinoise disparaît après avoir accusé de viol un politicien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Aucun Ukrainien n'est sûr qu'il se réveillera demain»: Olena Zelenska devant l'OMS
Alors que son mari Volodymyr était en visioconférence au Forum économique mondial de Davos, son épouse, Olena Zelenska, a prononcé de son côté un discours poignant devant l'Organisation mondiale de la santé pour dénoncer les horreurs de la guerre. Un discours aussitôt dénoncé par la Russie.

Devant l'Assemblée mondiale de la santé, qui réunit l'ensemble des Etats membres de l'OMS, la première dame d'Ukraine n'a pas mâché ses mots lundi:

L’article