DE | FR

Xi Jinping au Tibet, 70 ans après l'invasion chinoise de la région

Xi Jinping, alors vice-pr

Xi Jinping, alors vice-président de la Chine, s'était déjà rendu au Tibet en juillet 2011. Image: sda

Xi Jinping est au Tibet. C'est la deuxième fois qu'un président chinois en exercice se rend dans la région depuis la fondation de la République populaire de Chine, en 1949.



L'homme fort de Pékin est arrivé mercredi dans la localité de Nyingchi, dans le sud-est du Tibet, a annoncé vendredi l'agence Chine nouvelle, avec 48 heures de retard. Sa visite coïncide avec le 70e anniversaire de l'invasion de la région autonome par les troupes communistes, un événement célébré à Pékin comme une «libération pacifique».

Signe de la sensibilité politique de la région, la dernière visite d'un président chinois au Tibet remonte à 1990.

Avant d'accéder au pouvoir suprême, Xi Jinping s'était lui aussi rendu au Tibet. C'était en juillet 2011, à l'occasion du 60e anniversaire de la «libération pacifique» du Tibet. Xi était alors vice-président de la Chine.

Lutter contre l'influence du dalaï-lama

Selon le mouvement pro-tibétain Campagne internationale pour le Tibet, des habitants de Lhassa «ont fait état d'une activité et de contrôles inhabituels de leurs mouvements» avant la visite, évoquant des routes barrées et une surveillance policière renforcée.

Depuis des émeutes anti-chinoises en 2008, Pékin a investi massivement au Tibet dans l'espoir de lutter contre l'influence du dalaï-lama, le chef spirituel tibétain qui vit en exil en Inde depuis 1959. La contestation n'a pas disparu pour autant, émergeant sporadiquement sous la forme d'immolations par le feu de moines bouddhistes. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Haïti: le premier ministre est mis en cause dans le meurtre du président

44 personnes, dont 18 Colombiens et deux Américains d'origine haïtienne, ont déjà été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Jovel Moïse.

Menace d'inculpation contre limogeage: l'enquête sur l'assassinat, en juillet, du président haïtien a de nouveau tourné à la confusion, mardi, exposant au grand jour les luttes intestines à la tête du pays le plus pauvre des Amériques.

44 personnes, dont 18 Colombiens et deux Américains d'origine haïtienne, ont déjà été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur ce meurtre, commis à son domicile sans qu'aucun policier de sa sécurité rapprochée ne soit blessé.

Rapidement, certains spécialistes du …

Lire l’article
Link zum Artikel