DE | FR

Des géants de l'habillement accusés d'exploiter les Ouïghours

epaselect epa09110126 Uyghur protesters who have not heard from their families living in East Turkestan hold Uyghur flags and placards reading on 'it is not a joke, it is a genocide'  during a protest against China, in Istanbul, Turkey, 01 April 2021. The protest aims to highlight the critical situation of alleged human rights abuses of the Uyghur people and many other minority groups across the Xinjiang (East Turkestan) area in China.  EPA/TOLGA BOZOGLU

Des Ouïghours, lors d'une manifestation contre la Chine, à Istanbul. Image: sda

Des ONG ont déposé plainte en France contre quatre multinationales, accusées de tirer profit du travail forcé imposé à la minorité musulmane des Ouïghours, en Chine.



La région autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, représente près d'un cinquième de la production mondiale de coton et fournit de nombreux géants de l'habillement.

Elle est aussi le théâtre de ce que plusieurs pays, dont les Etats-Unis, qualifient de «génocide» contre ses habitants, la minorité musulmane des Ouïghours.

Voici ce que la Chine fait aux Ouïghours dans le Xinjiang:

Vendredi, des ONG et une rescapée ouïghoure ont déposé plainte en France contre quatre multinationales de l'habillement, accusées de tirer profit du travail forcé imposé aux Ouïghours.

Crimes contre l'humanité

Les sociétés concernées sont les suivantes:

Elles sont accusées de «recel de travail forcé et de crimes contre l'humanité». Les ONG estiment que ces entreprises continuent de sous-traiter une partie de leur production. Mais aussi de commercialiser des biens utilisant du coton, produit dans la région. Ainsi, elles se rendraient «complices des graves crimes qui y sont perpétrés».

La plainte a été déposée par l'association anticorruption Sherpa, le collectif Ethique sur l'étiquette, l'Institut ouïghour d'Europe (IODE) et une femme ouïghoure, ayant été internée dans la province du Xinjiang. Elle devrait être «la première d'une série». (ats/asi)

Plus d'articles «Actu»

Témoignage d'un journaliste français enlevé par des djihadistes au Mali

Link zum Artikel

La MDMA, remède concluant contre le trouble de stress post-traumatique?

Link zum Artikel

Ouvert, fermé avec ou sans certif', quelles règles chez nos voisins européens?

Link zum Artikel

Comment Israël nous donne l'espoir d'un bel été

Link zum Artikel

Une marque de vêtements à Hong Kong incite à la violence selon Pékin

Depuis 1990, la marque hongkongaise Chickeeduck produit des coussins, des t-shirts et tout un tas d'objets avec des caricatures de canards, mais depuis la reprise en main de Pékin sur le territoire, les affaires se sont corsées pour son gérant.

Les caricatures ne sont pas la tasse de thé du parti communiste chinois. Herbert Chow en sait quelque chose. Ce gérant de la marque hongkongaise Chickeeduck doit, désormais, trouver un pays où faire fabriquer ses produits. Plus de 10 000 de ses articles taxés d'«inciter à la violence» ont été saisis.

A première vue, ses produits sur lesquels figurent notamment des oiseaux jaunes tenant des parapluies surmontés d'un «I love HK» ou un poulet portant un drapeau n'ont rien de subversif. …

Lire l’article
Link zum Artikel