International
Chine

La Chine fière de son encerclement autour de Taïwan

La Chine fière de son encerclement autour de Taïwan

La Chine a proc
Image: sda
L'armée chinoise a affirmé lundi avoir «achevé avec succès» ses manoeuvres militaires ayant visé à encercler pendant trois jours l'île autonome de Taïwan. Cette dernière a détecté 12 navires de guerre et 91 avions au dernier jour de l'opération.
10.04.2023, 17:1810.04.2023, 19:42
Plus de «International»

Du 8 au 10 avril, le commandement militaire chinois «a accompli avec succès diverses tâches» de préparation militaire «autour de l'île de Taïwan avec l'exercice 'Joint Sword'», a indiqué l'armée dans un message diffusé sur les réseaux sociaux.

Il a «testé de manière approfondie sa capacité de combat» interarmées «en conditions réelles», a ajouté le commandement chinois, précisant «être prêt pour le combat, à n'importe quel moment, et résolu à écraser toute forme de séparatisme pour l'indépendance de Taïwan et tentatives d'interférences étrangères».

«Le droit souverain de réagir»

Dénoncées par Taïwan et les Etats-Unis qui ont appelé à la «retenue» tout en déployant un destroyer dans des eaux revendiquées par Pékin, ces manoeuvres ont reçu lundi le soutien de la Russie.

«La Chine a le droit souverain de réagir (aux) actions provocatrices» des Etats-Unis, «notamment en conduisant des manoeuvres», a dit à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Débutées samedi, les manoeuvres chinoises visaient à protester contre une rencontre mercredi de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen avec le président de la Chambre américaine des représentants, Kevin McCarthy.

Elles «servent de sérieux avertissements contre la collusion entre les forces séparatistes recherchant 'l'indépendance de Taïwan' et les forces extérieures, ainsi que leurs activités provocatrices», avait averti un porte-parole de l'armée chinoise, Shi Yi.

«L'armée ne relâchera jamais ses efforts»

L'objectif était de simuler un «bouclage» du territoire de 23 millions d'habitants réclamé par Pékin, a expliqué l'armée chinoise. Et notamment un «blocus aérien», selon la télévision d'Etat CCTV.

«L'indépendance de Taïwan et la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan s'excluent mutuellement»
Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Après la fin des manoeuvres, le ministère des affaires étrangères de Taïwan a accusé la Chine d'avoir sapé «la paix et la stabilité» dans la région.

Le commandement du théâtre d'opérations Est de l'Armée a précisé que le Shandong, l'un des deux porte-avions de la Chine, avait «participé à l'exercice du jour». Lors des manoeuvres, des avions de chasse et des navires de guerre ont simulé des bombardements ciblés contre l'île.

Taipei a annoncé que 12 navires de guerre avaient été détectés lundi à 18h00 (12h00 en Suisse) autour de l'île. «L'armée ne relâchera jamais ses efforts pour renforcer sa préparation au combat», a assuré le ministère de la Défense taïwanais.

«Aucune chance de résister»

Les Etats-Unis ont semblé eux aussi vouloir faire une démonstration de force: le destroyer américain USS Milius a mené lundi une «opération de liberté de navigation» dans un secteur de mer de Chine méridionale revendiqué par Pékin. Une «intrusion» immédiatement dénoncée par la Chine.

Le Japon a indiqué avoir fait décoller ces derniers jours des avions de chasse en réponse à ceux ayant décollé et atterri du porte-avions Shandong.

Sur une vidéo publiée lundi sur le compte WeChat du commandement du théâtre d'opérations Est de l'Armée, un pilote chinois dit être «arrivé près de la partie nord de l'île de Taïwan» avec des missiles «verrouillés en place».

Dans une autre vidéo, accompagnée d'une musique dramatique, le coup de sifflet d'un officier fait courir le personnel militaire en position tandis qu'un barrage simulé sur Taïwan apparaît à l'écran.

De quoi inquiéter la population: «Nous, les gens ordinaires, on veut juste une vie simple et stable», confie à l'AFP Lin Ke-qiang, habitant de 60 ans de l'île Beigan sur l'archipel de Matsu qui appartient à Taïwan, mais est visible de la côte chinoise.

«Si une guerre arrive, maintenant que leurs missiles sont si avancés, nous n'avons aucune chance de résister, on sera écrasés», ajoute cet homme qui travaille comme cuisinier.

Par la force si nécessaire

La Chine voit avec mécontentement le rapprochement ces dernières années entre les autorités taïwanaises et les Etats-Unis qui, malgré l'absence de relations officielles, fournissent à l'île un soutien militaire substantiel.

Elle considère Taïwan comme une province qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Pékin vise cette réunification par la force si nécessaire.

Les exercices à tirs réels de lundi étaient prévus dans le détroit de Taïwan à proximité des côtes du Fujian (est), la province qui fait face à l'île, selon les autorités maritimes chinoises locales.

Le dernier déploiement important autour de l'île avait eu lieu en août: la Chine avait engagé des manoeuvres militaires sans précédent autour de Taïwan et tiré des missiles en réponse à une visite sur l'île de la démocrate Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre. (chl/ats)

L'attaque contre le pont de Crimée en images
1 / 13
L'attaque contre le pont de Crimée en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur X
«Suce-moi la langue»: le Dalaï-Lama s’excuse après un vidéo qui a choqué
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Donald Trump en convalescence après une blessure
Une semaine après avoir été blessé à l'oreille par une balle lors d'un meeting de campagne, Donald Trump voit sa plaie de deux centimètres commencer à se résorber.

Les tirs qui ont blessé à l'oreille Donald Trump en plein meeting de campagne il y a une semaine ont causé une plaie de deux centimètres de profondeur, qui est en train de se résorber, a affirmé son ancien médecin à la Maison Blanche, Ronny Jackson, dans un rare bulletin de santé depuis l'événement.

L’article