DE | FR

La nature serait plus efficace que la technologie pour le climat

epa09419285 A view on the Kyrgyz ridge or Kyrgyz Ala-Too is one of the mountain ranges of the inner Tien Shan mountains near Bishkek, Kyrgyzstan, 18 August 2021. More than three quarters of the territory of Kyrgyzstan is mountainous. The country's territory is located within two mountain ranges. Its northeastern part lies within the Tien Shan, and its southwestern part lies within the Pamir-Alai. The entire territory of the republic lies above 394 m above sea level, the average height above sea level is 2750 m.More than half of its territory is located at altitudes from 1000 to 3000 m and about a third - at altitudes from 3000 to 4000 m. EPA/IGOR KOVALENKO

De la nature, rien que de la nature, au Kyrgyzstan. Image: EPA

L'Union internationale pour la conservation de la nature prône des solutions déjà existantes dans la nature, pour travailler avec elle, plutôt que contre elle.



L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) prône se servir de «solutions fondées sur la nature» pour lutter efficacement contre les catastrophes naturelles sans précédent qui frappent la planète, alimentées par les activités humaines. Elles sont souvent plus efficaces que l'ingénierie ou la technologie, ajoute l'organisation.

«Au cours de l'histoire, nous avons créé de plus en plus de systèmes pour répondre à nos besoins en alimentation, logement ou déplacement, très axés sur des solutions technologiques. Mais l'ingénierie ne sera plus suffisante face à des désastres qui vont devenir de plus en plus importants avec le changement climatique et la destruction du vivant. Nous devons regarder les solutions déjà existantes dans la nature, pour travailler avec elle, plutôt que contre elle»

Radhika Murti, directrice du programme «gestion des écosystèmes mondiaux» de l'UICN

Portés par de nombreuses ONG, des Etats et le privé

Le concept des solutions fondées sur la nature, apparu à la fin des années 2000, est aujourd'hui porté par des ONG comme WWF, des banques publiques comme l'Agence française de développement (AFD), et intéresse des collectivités, des Etats et des acteurs du secteur privé.

Face aux crues d'une rivière, plutôt que de multiplier les digues, les défenseurs du concept prônent les éléments suivants:

Des solutions souvent moins coûteuses

Ces solutions sont aussi souvent moins coûteuses que de lourdes infrastructures ou des réponses technologiques, tout en étant plus flexibles, assurent-ils. L'idée est de protéger la nature, de la restaurer et de la gérer durablement pour répondre aux besoins humains, «tout en permettant des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux», explique l'AFD.

«Il ne s'agit pas d'arrêter tout développement. C'est simplement une autre façon d'agir»

En 2020, l'UICN a défini les standards pour ces solutions fondées sur la nature, avec huit critères à remplir. Cette approche n'exclut pas le recours aux infrastructures construites par l'homme. «Nous vivons dans un monde avec tant d'infrastructures qu'il est impossible d'avoir uniquement des solutions vertes», indique encore Radhika Murti. (ats/jch)

En parlant de climat: Paniqué par le changement climatique, ce Romand fait la révolution

Plus d'articles sur le climat

Italie: les pompiers combattent 500 incendies dus à des pics de chaleur

Link zum Artikel

Initiative pour les glaciers: le Conseil fédéral dit non et déçoit la gauche

Link zum Artikel

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Link zum Artikel

Face à la «pire nouvelle du climat», la Suisse s'inquiète et veut agir

Link zum Artikel

Les talibans s'engagent à coopérer avec l'ONU pour l'aide humanitaire

La moitié des 38 millions d'habitants Afghans ont besoin d'aide humanitaire, et le pays était déjà fortement dépendant de celle-ci, avant l'arrivée des Talibans.

Les talibans se sont engagés, dimanche, à garantir la sécurité des travailleurs humanitaires et l'accès de l'aide en Afghanistan, lors d'une rencontre avec le responsable des affaires humanitaires de l'ONU (Organisation des Nations Unies).

Le Britannique Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, était dimanche à Kaboul pour plusieurs jours d'entretiens avec les dirigeants talibans, alors que le pays est menacé par une crise humanitaire à grande échelle.

Lire l’article
Link zum Artikel