DE | FR

La calotte glaciaire a fait un sacré régime (et perdu 4700 milliards de tonnes)

La calotte glaciaire du Groenland a perdu quelque 4700 milliards de tonnes en l'espace de 20 ans - faisant monter, au passage, le niveau des océans de 1,2 centimètre.
01.02.2022, 16:4101.02.2022, 17:03

Environ 4700 milliards de tonnes et tout ça depuis avril 2002: on a rarement observé régime aussi drastique. Et aussi problématique: cette fonte provoque à elle seule à une hausse des océans de 1,2 centimètre selon de nouvelles données publiées cette semaine par la recherche danoise sur l'Arctique.

Pour vous donner une idée, le volume de glace fondue représente, à l'échelle de la superficie des Etats-Unis, un demi-mètre d'eau.

Les zones touchées

La côte ouest du Groenland est particulièrement concernée, selon ses données. «Les données montrent que la plupart de la perte de glace se produit sur les bords de la calotte glaciaire où des observations indépendantes indiquent que la glace se rétrécit, que les fronts glaciaires reculent dans les fjords et à terre, et que la fonte est plus forte à la surface de la glace», souligne le Polar Portal, organisation chapeautant les instituts danois sur l'Arctique.

L'étude se base sur des observations satellitaires du programme «Grace».

La situation est grave

Le réchauffement climatique est particulièrement alarmant dans l'Arctique où il est intervenu ces dernières décennies à un rythme trois voire quatre fois supérieur au reste de la planète, selon les dernières études scientifiques.

Selon une étude publiée fin janvier par la National aeronautics and space administration (Nasa) américaine, la fonte accélérée près des côtes s'explique par le réchauffement des eaux de l'océan Arctique qui contribuent «au moins autant que l'air à la surface» au déclin de la calotte groenlandaise.

La fonte de la glace au Groenland est actuellement le principal facteur de montée des océans sur Terre et les glaciers du Groenland reculent désormais six à sept fois plus vite qu'il y a 25 ans, selon l'agence américaine.

Et ce n'est que le début...

Selon les climatologues, la calotte glaciaire du Groenland contient au total de quoi faire monter les océans de plus de sept mètres, et l'Antarctique de près de 50 mètres, même si les processus de fonte sont des phénomènes très lents.

Dans le même temps, la banquise arctique - dont la fonte n'a pas d'effet sur le niveau des océans, a elle aussi considérablement reculé, perdant en moyenne près de 13% de sa surface tous les dix ans. (ats/mbr)

A propos de glace et de neige, on en trouve actuellement dans le désert du Sahara

1 / 8
Il neige actuellement dans le désert du Sahara
source: karim bouchetata
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Blocage de la Suède et de la Finlande: l'Otan pourrait-elle expulser la Turquie?
Tous les pays y sont favorables, seule la Turquie qui s'y oppose: le président Erdogan bloque l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan afin d'atteindre ses propres objectifs politiques. L'alliance militaire doit-elle se laisser faire?

La situation en matière de politique de sécurité est critique: la Russie mène une guerre sanglante en Ukraine et le président russe Vladimir Poutine s'attaque également à l'ordre mondial actuel avec son invasion. Il y a donc suffisamment de raisons pour que l'Otan réagisse de manière unie face à ces menaces.

L’article