DE | FR
Image: Montage Watson
Commentaire

En 10 ans, Facebook est passé de libérateur à pestiféré

En 2011, le puissant réseau social américain était loué pour son rôle lors des printemps arabes. Une décennie plus tard, il est décrié de toutes parts. Au point que la société-mère vient de changer de nom. Qu'est-ce qui a bien pu se passer?
28.10.2021, 11:4528.10.2021, 23:51

Doit-on plaindre Facebook, désormais Meta? Cette multinationale très américaine ne mérite-t-elle pas l’opprobre qui la frappe? Dans un scénario là aussi très américain, impeccable d’efficacité et d’émotion, une ancienne employée du géant bleu, Frances Haugen, des airs de Clare Danes dans la série Homeland, fait des révélations fracassantes dans le décorum de la plus grande démocratie du monde.

Au Congrès, à Washington, elle l’affirme: ça déconne grave à Palo Alto, siège de la «Facebook House», en Californie. Mark Zuckerberg et ses équipes ne parviennent plus à maîtriser l’ensemble des contenus publiés par les quelque 3,5 milliards d’utilisateurs de la plateforme. Le réseau social, à l’origine assez potache (des prémices admirablement rendues par David Fincher dans le film Social Network), constitue désormais un réservoir de haine indomptable.

Pas seulement dans des pays insuffisamment dotés en personnel capable de contrôler le contenu des publications, mais, on s'en doutait un peu, aux Etats-Unis même, comme l’indique une enquête parue dans la Tribune de Genève:

«Le 4 décembre 2020, un post du site d’ultra-droite Breitbart News, concernant l’accès aux toilettes des adolescents transgenre, suscite rapidement 48 000 commentaires, la plupart haineux ou grossièrement transphobes. Or, non seulement Facebook ne parvient pas à bloquer ce type de contenus, il les "récompense de manière fantastique" en les proposant à des millions d’autres utilisateurs, selon la note de démission de l’ancien responsable de l’Intégrité.»
Tribune de Genève, 25 octobre 2021

La trahison des algorithmes

On apprend aussi que les algorithmes développés par Facebook, sortes de pilotes automatiques de la régulation des contenus, sont à la ramasse. Mais cela date-t-il d’aujourd’hui? Face au nombre gigantesque d’utilisateurs, la firme américaine était-elle tenue à l’impossible?

Pour Facebook, moins un sérieux problème technique à résoudre, qu’une douloureuse question politique à affronter.

Les printemps de Facebook

Son image de pestiféré tranche avec celle de libérateur qui était la sienne il n’y a pas si longtemps. Son rôle joué lors des printemps arabes de Tunisie et d’Egypte au début de 2011 fut loué par l’ensemble des démocrates. «Les militants arabes ont pendant des années rêvé de révolte, mais pour mettre fin à des décennies d’autocratie, ils avaient besoin d'un outil de mobilisation rapide et anonyme et d'un espace d'organisation: Ce fut Facebook», résumait un article paru dans la presse française. Bis repetita deux ans plus tard en Ukraine, avec la création de la page «Euromaidan», qui réunit alors les opposants au pouvoir pro-russe du dirigeant Viktor Ianoukovitch.

Que s’est-il passé dans l’intervalle pour qu’on assiste aujourd’hui à un tel renversement de perception?

  • Il y a eu la pandémie de Covid-19, qui a provoqué un raz de marée de vérités alternatives.
  • Il y a eu ce terrible coup de semonce que fut l’invasion du Capitole le 6 janvier dernier par des soutiens de Donal Trump. La démocratie américaine a tenu bon mais son échine a frissonné.

Liberté, le code a changé

Le problème aujourd’hui posé par Facebook est probablement, avant tout autre chose, un problème américain. De toutes les démocraties, l’américaine passe (passait) pour la plus intégrale en termes de liberté d’expression. Les lois antiracistes, c’était bon pour ces Européens fragiles. Mais cette conception de la liberté vaste comme les Etats-Unis était valable au temps des publications confidentielles sur papier et des réunions semi-clandestines. La liberté intégrale se marie mal avec l'impression de puissance infinie conférée par les réseaux sociaux.

En termes d’expression, de création, de provocation, de folie douce, l’Amérique fait face à deux dangers, l’un et l’autre interagissant négativement: le suprémacisme blanc, de nature violente, et le catéchisme woke, de nature inquisitoriale. C’est un peu de cela qu’il est question dans la crise dont Facebook est en partie responsable et en partie la proie. Le changement de nom de l'entreprise, qui s'appelle à présent Meta, est, pour la marque, une manière de tourner la page.

C'est quoi le métaverse?

Plus d'articles sur Facebook

Facebook est devenu le réseau des boomers

Link zum Artikel

«Il faut casser le monopole de Facebook, on est des junkies»

Link zum Artikel

Facebook, WhatsApp et Instagram sont de retour après 6 heures de panne

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel

Facebook ferme les yeux sur les publications (scandaleuses) des stars

Link zum Artikel

Cette femme fait trembler la domination d'Amazon, Facebook et Cie.

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Le bilan meurtrier de l'éruption du Semeru s'alourdit
Le plus haut sommet de Java a plongé une région entière dans l'obscurité. Les sauveteurs sont toujours en action pour sauver des vies.

Le bilan de l'éruption du volcan Semeru en Indonésie est passé à 13 morts, a indiqué dimanche l'agence de gestion des catastrophes. Les sauveteurs continuent à fouiller la zone sinistrée située à l'est de l'île de Java.

L’article