DE | FR

Comment Facebook a perdu le contrôle de votre fil d'actualité

C'est l'une des nombreuses révélations des «Facebook Files». Le réseau social lui-même a perdu le contrôle de ses algorithmes. A tel point que les outils sélectionnant ce qui s'affiche sur votre fil semblent hors de contrôle. Voici pourquoi.
26.10.2021, 17:0126.10.2021, 17:53
Suivez-moi
C'est quoi ça, les «Facebook Files»?
La fuite de milliers de pages de documents internes à l'entreprise Facebook par la lanceuse d'alerte Frances Haugen. Ils sont publiés par plusieurs médias et agences de presse dans le monde entier, depuis lundi. Des documents explosifs qui confirment les inquiétudes et les craintes selon lesquelles Facebook constituerait une menace pour la démocratie et le développement des pays émergents.

Facebook repose sur des signaux trop complexes

Le principal problème du géant bleu, c'est que ses algorithmes se sont complexifiés avec les années... au point de devenir quasiment incompréhensibles. Même ses propres auteurs n'y comprennent plus rien, a révélé le journal Le Monde, qui a participé à l'émergence des «Facebook Files».

C'est le cas de l'algorithme qui s'occupe de classer les publications dans notre fil d'actualité. Pour choisir ou non de le faire apparaître, Facebook utilise une série de «signaux» pour lui attribuer un score. Ces signaux sont divers et variés:

  • Le nombre de personnes abonnées à une page.
  • L'intérêt que vos «amis» ont manifesté pour un sujet.
  • Etc.

Plus le score est élevé, plus la publication a de chances d'apparaître dans votre fil d'actualité.

Or, avec le temps et les nouveaux signaux ajoutés par les ingénieurs, le score moyen d'un message a littéralement explosé. Il est si élevé que de nombreux outils de modération sont devenus tout bonnement... inefficaces.

Les ingénieurs de Facebook s'arrachent les cheveux

Le plus dérangeant dans tout ça, c'est que cette complexification n'est absolument pas intentionnelle de la part du réseau social. Ce n'est qu'un des nombreux effets provoqués par les centaines de modifications des algorithmes de Facebook au cours des ans.

GIF animéJouer au GIF

Et ce n'est pas faute d'avoir recruté parmi les meilleurs ingénieurs du monde pour comprendre ce manque de contrôle croissant sur les contenus exposés aux utilisateurs.

Facebook a échoué à s'autoréguler

Au cours des dernières années, Facebook a tenté d'apporter plusieurs changements à ses algorithmes pour mieux réguler ses contenus. L'une des modifications les plus notables, en 2018, est celle des «interactions sociales interactives» (meaningful social interactions, ou MSI).

Cet algorithme était censé donner davantage de poids aux contenus partagés par vos proches... y compris lorsque ceux-ci sont issus de pages douteuses ou très engagés politiquement. Le but? Accroître le «bien-être» des utilisateurs.

L'ensemble fonctionnait sur un système de points: la manière dont nos amis «réagissent» à une publication (en la commentant, en la likant, en lui attribuant une réaction...) la rend plus susceptible d'apparaître dans notre propre fil d'actualité.

Un fonctionnement que les utilisateurs malveillants ont fini par comprendre. Pour obtenir de la visibilité, ces utilisateurs ont posté «des choses toujours plus scandaleuses pour obtenir des commentaires et des réactions. Nos algorithmes interprètent alors ces points comme des signes qu'il faut laisser la publication devenir virale», indique un mémo de décembre 2019 d'un chercheur de Facebook, rapporté par CBS News.

Si l'objectif des MSI était initialement de donner «la priorité aux publications qui inspirent des interactions, en particulier les conversations entre la famille et les amis», selon un porte-parole de Facebook à la chaîne, ils ont surtout contribué à partager les contenus clivants.

Facebook ne peut aller à l'encontre de l'algorithme

Facebook a toujours nié que son objectif absolu était l'engagement de ses utilisateurs (qui est pourtant à l'origine des revenus publicitaires).

Au contraire, le géant bleu affirme que, pour favoriser la sécurité et le bien-être de ses utilisateurs, il n'a pas hésité à prendre des mesures:

  • Rendre plus difficile le partage de certains contenus problématiques qui «marchent».
  • Réduire leur visibilité.
  • Voire masquer ces publications.
Une machine incontrôlable, mais qui fait gagner de l'argent
Le pire scandale auquel fait face Facebook depuis ses 17 ans d'existence ne l'empêche pas de générer de généreux profits. En septembre, rapporte CNN, Facebook a engrangé 29 milliards de dollars de revenus pour les derniers trois mois. Une hausse de 35% par rapport à même période l'année précédente. 3,6 milliards de personnes dans le monde utilisent au moins l'une des applications du groupe: Que ce soit Facebook, WhatsApp ou Instagram.

Les autres réseaux sociaux ne sont pas en reste

Mark Zuckerberg, le tout-puissant PDG de Facebook, s'est exprimé sur ces fuites de documents en affirmant que sa société avait «une culture ouverte qui encourage la discussion et la recherche sur notre travail, afin de progresser sur de nombreuses questions complexes – qui ne sont pas spécifiques à nous seuls».

Selon Mark Zuckerberg, son réseau social n'est pas le seul à faire face à des problèmes avec les algorithmes.
Selon Mark Zuckerberg, son réseau social n'est pas le seul à faire face à des problèmes avec les algorithmes.

Sur ce point, il n'a pas tort: Les travers des algorithmes ne sont pas la seule spécificité de Facebook.

Les mêmes effets de bord imprévus se produisent à chaque fois que se mêlent personnalisation du contenu et amplification algorithmique, sur n'importe quel réseau social. TikTok ou Youtube ont également été touchés.

Pas plus tard que la semaine dernière, Twitter en fait la démonstration. Dans un long communiqué, le réseau social a révélé que son algorithme met particulièrement en avant les contenus politiques de droite. Et il est incapable d'expliquer pourquoi.

Bravo pour être venu à bout de cette lecture complexe! Plus léger: les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?

1 / 10
Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et sinon, les pâtes, vous les aimez comment?

Plus d'articles sur Facebook

Facebook est devenu le réseau des boomers

Link zum Artikel

«Il faut casser le monopole de Facebook, on est des junkies»

Link zum Artikel

Facebook, WhatsApp et Instagram sont de retour après 6 heures de panne

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel

Facebook ferme les yeux sur les publications (scandaleuses) des stars

Link zum Artikel

Cette femme fait trembler la domination d'Amazon, Facebook et Cie.

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Meghan Markle gagne un procès contre la presse à scandale
L'épouse du prince Harry a remporté jeudi son procès contre un tabloïd britannique qui portait atteinte à sa vie privée. Grâce à cette victoire, elle souhaite remodeler l'intégralité de la presse à scandale.

Meghan Markle a salué jeudi sa «victoire» contre un tabloïd britannique débouté d'un appel contre sa condamnation pour atteinte à la vie privée. Dans un communiqué, la duchesse de Sussex a déclaré qu'elle espérait que la décision enhardirait d'autres victimes à poursuivre en justice les journaux à sensation afin d'en modifier leur système.

L’article