DE | FR
Eric Zemmour et Joséphine Baker en uniforme de sous-lieutenant de l'armée française.
Eric Zemmour et Joséphine Baker en uniforme de sous-lieutenant de l'armée française. image: montage sainath bovay
Commentaire

Eric Zemmour versus Joséphine Baker, drôle de jour pour annoncer sa candidature

Eric Zemmour vient d'annoncer, ce mardi à midi, sa candidature à l'élection présidentielle française. Soit le même jour que l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker, héroïne française. Ou comment voler la vedette. Pas très digne.
30.11.2021, 12:3730.11.2021, 17:25

On savait Eric Zemmour misogyne, mais on pouvait le penser un minimum galant. Galant devant une dame âgée. Galant devant l’Histoire qui le précède. Il a choisi ce mardi, 30 novembre, pour dire aux Français qu’il se porte candidat à la présidence de la République. Volant ainsi la vedette à Joséphine Baker. Depuis hier soir, le fil Twitter crépitait de cette annonce qu’on attendait pour dans cinq jours, à l’occasion de son meeting au Zénith de Paris.

Il s’était ouvert de la date du 5 décembre auprès d’édiles de l'Union démocratique du centre (UDC) lors de sa venue mouvementée à Genève la semaine dernière.

Il a changé ses plans. Sa déclaration de candidature à la mi-journée sera suivie de sa présence en plateau au 20 heures de TF1 ce soir.

Entre-temps, les restes de Joséphine Baker, qui aurait 105 ans aujourd’hui, seront entrés au Panthéon, ce tombeau républicain dédié aux grandes figures de la nation, trônant en majesté au sommet de la montagne Saint-Geneviève à Paris, connu de tous les touristes.

Héroïne française née américaine

Joséphine Baker est cette héroïne française, née américaine, décorée de la médaille de la Résistance et d’autres distinctions prestigieuses. Elle est cette artiste de music-hall qui trouva un esprit de liberté dans le Paris des Années folles, laissant derrière elle son Missouri natal ségrégué et le grand New York où son talent éclata dans l’ambiance empesée d’un racisme congénital.

La France coloniale, contradictoire au possible, l’adopta. Elle dansa les seins nus, vêtue d’une ceinture de bananes, coiffée à la garçonne à une époque qui se voulait briseuse de codes. Elle fit la renommée de la «Revue nègre». Dès 1940, elle s’engagea dans les services secrets de la France libre du général de Gaulle. Elle fut sous-lieutenant, donc officier, dans l’Armée de l’air. Joséphine devint une gloire française. Elle qui n’avait pas d’enfant, en adopta de nombreux, de toutes les couleurs. Le 28 août 1963, à Washington, dans son uniforme de la France libre, elle prit la parole à la marche pour les droits civiques aux côtés de Martin Luther King.

Des ratures dans le tableau

C’est cette image-là de la France, accueillante, généreuse, universaliste, qu’entend honorer et promouvoir Emmanuel Macron à travers la figure à jamais souriante de Joséphine Baker, une femme noire. Et tant pis si ce parfait tableau comporte des ratures, dans une France où le racisme persiste sans qu’on puisse le qualifier comme certains, de «systémique».

Eric Zemmour y aura pensé. Ce n’est pas possible autrement. Le voilà qu’il s’invite tel le Joker à la panthéonisation de Joséphine Baker, quand le sens de l’honneur voudrait qu’on s’efface ce jour-là devant la grandeur d’un symbole. Un symbole qu’il tentera certainement de ramener à lui, pour l’opposer au «nouvel antiracisme», celui qui restaure la race pour mieux identifier le «racisme sournois» de l’ex-puissance coloniale se prévalant d’universalisme.

Pari payant?

En annonçant aujourd’hui sa candidature, Eric Zemmour empiète sur la solennité d’un moment de recueillement national, perturbe accessoirement le débat de ce soir entre les candidats à la candidature au sein du parti Les Républicains. Par là même et sans plus attendre, il espère enclencher un nouveau récit pour conjurer des sondages le donnant actuellement en baisse et faire oublier son escale marseillaise ratée, ponctuée d’un doigt d’honneur. Certes, rendu à l’envoyeur, ou plutôt l'envoyeuse, ce geste est jugé peu digne d’une personne aspirant à la fonction suprême et dont on escompte qu’elle sache maîtriser des pulsions de ce genre.

L'irruption d'Eric Zemmour, un jour d'hommage national à une figure irréprochable de l'histoire contemporaine de la France, s'apparente à un coup de poker. Sera-t-il payant? On le saura très vite.

La venue d'Eric Zemmour à Genève, en images

1 / 12
La venue d'Eric Zemmour à Genève, en images
source: sda / martial trezzini
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Manifestation contre la venue d'Eric Zemmour à Genève

Zemmour, encore et toujours... voici plus d'articles à son sujet.

Après Genève, Londres aussi dit non à Eric Zemmour

Link zum Artikel

Zemmour pas candidat? Cinq raisons pour lesquelles c'est possible

Link zum Artikel

Non, Eric Zemmour n’est pas qu’une «construction médiatique»

Link zum Artikel

«Un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent de Zemmour

Link zum Artikel
Le président du Burkina Faso arrêté après une mutinerie
Une partie du gouvernement et du Parlement sont détenus par des militaires mutinés. Ces derniers entourent la télévision nationale.​

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté lundi et était détenu dans une caserne de Ouagadougou, au lendemain de mutineries dans des camps militaires de ce pays en proie à la violence djihadiste, a appris l'AFP de sources sécuritaires.

L’article