DE | FR

La soeur de Kim Jong-un menace les Etats-unis

epa07407806 Kim Yo-jong, sister of North Korea's leader Kim Jong-un, attends wreath laying ceremony at the Ho Chi Minh Mausoleum in Hanoi, Vietnam, 02 March 2019. EPA/JORGE SILVA / POOL

Yo-jong, sœur du dirigeant Kim Jong-un, s’impose comme la véritable numéro 2 du dernier régime communiste dictatorial. Image: EPA REUTERS POOL

Kim Yo-Jong, «petite soeur de» mais pas seulement. Au fil des années, la soeur cadette du leader nord-coréen a su s'imposer comme une des personnalités les plus puissantes du régime.



La très influente soeur du leader nord-coréen Kim Jong-Un s'en est prise mardi à la Corée du Sud et aux Etats-Unis, alors que les nouveaux secrétaires américains à la Défense et aux Affaires étrangères entament une visite à Tokyo et Séoul. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken va également rencontrer le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à Anchorage (Alaska), lors de ce même déplacement.

Les avertissements de Kim Yo Jong adviennent peu après le début de manoeuvres militaires conjointes entre les États-unis et la Corée du sud la semaine dernière. De quoi fâcher le régime du pays ermite.

«Si vous voulez dormir tranquille pendant les quatre ans à venir, vous feriez bien de ne rien entreprendre qui vous fasse perdre le sommeil»

Kim Yo Jong, en référence à la durée d'un mandat présidentiel américain

«Plus grand ennemi de la Corée du nord»

Déjà, à la veille de la prise de fonctions de Joe Biden, le 20 janvier, le 8e congrès du Parti du travail, qui s'est tenu à Pyongyang, a été l’occasion pour Kim Jong-un de poser les bases des relations qu'il comptent avoir avec les Etats-unis. «Plus grand ennemi de la Corée du nord», selon ses propos.

La Corée du nord, qui aurait préféré la réélection de Donald Trump, avec lequel Kim Jong-un entretenait une relation personnelle, n’a guère fait parler d’elle depuis le dynamitage en juin du bâtiment abritant le bureau de liaison inter-coréen à Kaesong (Corée du Nord). En raison des turbulences de la campagne présidentielle aux Etats-Unis et du chaos qui a suivi l’élection de Joe Biden, le régime nord-coréen a disparu des radars américains.

Mais depuis l’échec du sommet à Hanoï, en février 2019, Pyongyang s’est employé à renforcer son arsenal, comme en témoigne le missile intercontinental aux dimensions impressionnantes exhibé le 10 octobre 2020 lors de l’anniversaire de la fondation du Parti du travail. (afp/ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Trop fortes, les joueuses trans font peur au rugby

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Trump is back, enfin presque

Privé de réseaux sociaux depuis le mois de janvier, l'ancien président américain devrait lancer sa propre plateforme internet, d'ici trois mois.

C'est un conseiller de l'ancien locataire de la Maison Blanche, qui a fait l'annonce fracassante sur la chaîne américaine Fox News:

«Il va apporter des dizaines de millions d'abonnés à cette nouvelle plateforme», a-t-il encore ajouté. Le compte Twitter du milliardaire américain comptait 88 millions d'abonnés, avant que le réseau social à l'oiseau bleu ne décide de supprimer son profil, suite à l'assaut du Capitole, en janvier dernier.

L'ex-président a aussi été banni de manière temporaire ou …

Lire l’article
Link zum Artikel