DE | FR

La soeur de Kim Jong-un menace les Etats-unis

Yo-jong, sœur du dirigeant Kim Jong-un, s’impose comme la véritable numéro 2 du dernier régime communiste dictatorial.
Yo-jong, sœur du dirigeant Kim Jong-un, s’impose comme la véritable numéro 2 du dernier régime communiste dictatorial.Image: EPA REUTERS POOL
Kim Yo-Jong, «petite soeur de» mais pas seulement. Au fil des années, la soeur cadette du leader nord-coréen a su s'imposer comme une des personnalités les plus puissantes du régime.
16.03.2021, 02:5316.03.2021, 08:03

La très influente soeur du leader nord-coréen Kim Jong-Un s'en est prise mardi à la Corée du Sud et aux Etats-Unis, alors que les nouveaux secrétaires américains à la Défense et aux Affaires étrangères entament une visite à Tokyo et Séoul. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken va également rencontrer le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à Anchorage (Alaska), lors de ce même déplacement.

Les avertissements de Kim Yo Jong adviennent peu après le début de manoeuvres militaires conjointes entre les États-unis et la Corée du sud la semaine dernière. De quoi fâcher le régime du pays ermite.

«Si vous voulez dormir tranquille pendant les quatre ans à venir, vous feriez bien de ne rien entreprendre qui vous fasse perdre le sommeil»
Kim Yo Jong, en référence à la durée d'un mandat présidentiel américain

«Plus grand ennemi de la Corée du nord»

Déjà, à la veille de la prise de fonctions de Joe Biden, le 20 janvier, le 8e congrès du Parti du travail, qui s'est tenu à Pyongyang, a été l’occasion pour Kim Jong-un de poser les bases des relations qu'il comptent avoir avec les Etats-unis. «Plus grand ennemi de la Corée du nord», selon ses propos.

La Corée du nord, qui aurait préféré la réélection de Donald Trump, avec lequel Kim Jong-un entretenait une relation personnelle, n’a guère fait parler d’elle depuis le dynamitage en juin du bâtiment abritant le bureau de liaison inter-coréen à Kaesong (Corée du Nord). En raison des turbulences de la campagne présidentielle aux Etats-Unis et du chaos qui a suivi l’élection de Joe Biden, le régime nord-coréen a disparu des radars américains.

Mais depuis l’échec du sommet à Hanoï, en février 2019, Pyongyang s’est employé à renforcer son arsenal, comme en témoigne le missile intercontinental aux dimensions impressionnantes exhibé le 10 octobre 2020 lors de l’anniversaire de la fondation du Parti du travail. (afp/ga)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après deux ans de brouille, les frontières entre le Maroc et l'Espagne rouvrent enfin
Après plus de deux ans de fermeture, les frontières terrestres entre le Maroc et les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla ont rouvert dans la nuit de lundi à mardi.

Elles avaient été fermées en raison de la crise du Covid-19 et d'une brouille diplomatique récemment dissipée. Peu après 23 heures et après plus de deux ans de fermeture, les grilles des uniques frontières terrestres entre le continent africain et l'Union européenne sur le continent africain se sont levées. Des dizaines de voitures et des files de piétons ont ainsi pu passer dans les deux sens, a constaté un journaliste de l'AFP.

L’article