ciel couvert
DE | FR
International
Corée du Nord

La Corée du Nord tire encore un missile balistique intercontinental

La Corée du Nord tire (encore) un missile balistique intercontinental

epa10311935 Pedestrians walk past a street television showing news of North Korea firing a ballistic missile on a street in Tokyo, Japan, 18 November 2022. North Korea launched what is believed to be  ...
Une rue de Tokyo le 18 novembre 2022. La Corée du Nord a lancé ce que l'on pense être un missile balistique intercontinental (ICBM), qui a atterri à l'intérieur de la zone économique exclusive (ZEE)Image: sda
Dernier épisode en date d'une série record de tirs de projectiles effectués par la Corée du Nord ces dernières semaines: vendredi, un énième missile balistique intercontinental (ICBM) est tombé au large du Japon.
18.11.2022, 07:0418.11.2022, 11:57
Plus de «International»

«Absolument inacceptable», a dénoncé le premier ministre japonais Fumio Kishida, avant de préciser que le missile balistique semble être tombé dans la zone économique exclusive au large d'Hokkaido, la grande île du nord de l'archipel nippon.

Selon l'état-major sud-coréen, ledit missile de longue portée a été lancé par la Corée du Nord vers 10h15, depuis la zone de Sunan, en direction de la mer de l'Est - nom donné à la mer du Japon. Il aurait parcouru environ 1000 km et atteint une altitude maximale de 6000 km.

Les forces japonaises n'ont pas tenté de le détruire en vol. Le ministre nippon de la défense, Yasukazu Hamada en a déduit qu'il s'agit d'un «missile balistique de classe ICBM, même si d'autres détails sont en cours d'analyse».

Réunion d'urgence des Etats-Unis

Les Etats-Unis n'ont pas manqué de condamner ce tir qui, selon le Japon, pourrait avoir la portée nécessaire pour frapper le continent américain.

«C'est une violation éhontée de multiples résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, qui fait inutilement monter les tensions et risque de déstabiliser la situation sécuritaire dans la région»
La porte-parole du conseil américain de sécurité nationale, dans un communiqué

Vendredi, la vice-présidente américaine Kamala Harris, qui représente les États-Unis au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique à Bangkok, rencontrera conjointement les dirigeants du Japon, de la Corée du Sud, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Canada, afin de se «consulter» sur ce lancement.

Un énième tir

La Corée du Nord «répète les actes de provocation à une fréquence sans précédent», a souligné de son côté Fumio Kishida dans son allocution vendredi,

Ce n'est en effet de loin pas la première fois qu'un projectile nord-coréen finit sa course dans la zone économique exclusive (ZEE) japonaise, c'est-à-dire l'espace maritime qui s'étend jusqu'à 200 milles marins (370 km) au-delà des côtes d'un Etat, entre les eaux territoriales et les eaux internationales.

Dernier tir en date: un missile balistique à courte portée jeudi, quelques heures après une mise en garde du ministre des affaires étrangères de Corée du Nord, qui avait promis une riposte «féroce» au renforcement de l'alliance de sécurité entre Séoul, Tokyo et Washington.

Le 3 novembre, la Corée du Nord a déjà lancé un ICBM, mais ce tir avait apparemment échoué, selon Séoul et Tokyo.

La seule journée du 2 novembre a vu 23 tirs de missiles, soit plus que pendant toute l'année 2017, quand le dirigeant Kim Jong-un et le président américain de l'époque Donald Trump échangeaient des menaces de guerre nucléaire.

En septembre et octobre, Pyongyang avait déjà effectué une copieuse série de tirs, dont celui d'un missile balistique à moyenne portée qui avait survolé le Japon pour la première fois depuis cinq ans. (mbr/ats)

Xi Jinping a critiqué le premier ministre canadien Justin Trudeau
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un incendie a menacé une usine d'armes nucléaires aux Etats-Unis
Des feux ont forcé une usine d'armement nucléaire, au Texas, à suspendre ses activités. Evacuations dans les villes voisines.

Une usine d'armement nucléaire située au Texas a dû interrompre ses activités mardi soir en raison de la proximité d'incendies de forêt, mercredi, elle avait repris une activité normale. Plusieurs villes voisines ont été évacuées.

L’article