International
Corée du Nord

La Corée du Nord tire des missiles dans la mer du Japon

La Corée du Nord tire une dizaine de missiles dans la mer du Japon

La Corée du Nord a tiré jeudi matin une dizaine de missiles balistiques de courte portée en direction de la mer du Japon, a annoncé Séoul. Quelques heures plus tôt, Pyongyang avait envoyé vers la Corée du Sud des ballons remplis d'immondices, dont des excréments.
30.05.2024, 06:53
Plus de «International»

L'état-major interarmées sud-coréen a indiqué avoir détecté le lancement de «ce que l'on soupçonne être une dizaine de missiles balistiques de courte portée» tirés vers les eaux à l'est de la péninsule coréenne. Les projectiles ont parcouru quelque 350 kilomètres.

Leurs caractéristiques sont en cours d'examen par la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, selon la même source. Ce tir est une «provocation» a estimé l'état-major sud-coréen.

«Une provocation qui menace sérieusement la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne»
L'état-major sud-coréen

Les gardes-côtes japonais et le bureau du premier ministre nippon ont confirmé le lancement, ajoutant qu'ils recueillaient davantage d'informations.

Une action de «bas étage»

Mercredi, Pyongyang a envoyé vers le Sud des ballons remplis d'immondices, une action «de bas étage», a jugé l'armée sud-coréenne. «Nous avons essayé quelque chose qu'ils ont toujours fait», a déclaré Kim Yo-jong, la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et l'une des principales porte-parole du pouvoir, dans un communiqué publié par l'agence de presse nord-coréenne KNCA.

«Mais je ne comprends pas pourquoi ils font des histoires comme s'ils avaient été victimes d'une pluie de balles.»
Kim Yo-jong, sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et l'une des principales porte-parole du pouvoir

Depuis que la guerre de Corée (1950-1953) s'est soldée par un armistice et non un traité de paix, Nord et Sud restent techniquement en guerre. Les deux pays sont séparés par une frontière lourdement fortifiée comprenant la zone démilitarisée (DMZ).

Des militants sud-coréens lâchent parfois des ballons transportant des tracts de propagande contre le pouvoir nord-coréen et de l'argent destinés aux personnes vivant au nord de la frontière, ce qui suscite depuis longtemps l'ire de Pyongyang, qui a aussi procédé à des envois de ballons vers son voisin.

Réunion à l'ONU

Le tir de missiles balistiques est survenu quelques jours après l'échec d'un lancement de satellite-espion par Pyongyang. La fusée «a explosé au cours de la première phase du vol et a échoué», a déclaré lundi l'administration aérospatiale nord-coréenne selon les médias officiels.

La chaîne publique japonaise NHK a diffusé des images de ce qui semble être un projectile enflammé dans le ciel nocturne, qui a ensuite éclaté en une boule de flammes. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir vendredi pour discuter de cette tentative de lancement de satellite, condamnée par Séoul, Tokyo ou encore Washington.

La mise en orbite d'un engin de reconnaissance est depuis longtemps une priorité pour le régime nord-coréen de Kim Jong-un, qui a affirmé y être parvenu en novembre, après deux tentatives infructueuses en 2023. Les experts estiment que les satellites-espions pourraient améliorer les capacités de Pyongyang en matière de collecte de renseignements, notamment vis-à-vis de son grand rival, la Corée du Sud, et fournir des données cruciales en cas de conflit militaire.

Les tirs de missiles jeudi matin interviennent également après la dissolution du système de surveillance des sanctions de l'ONU contre la Corée du Nord et son programme nucléaire, du fait d'un veto de la Russie au Conseil de sécurité concernant un projet de résolution qui visait à prolonger d'un an le mandat du comité d'experts chargé de surveiller ces sanctions. (sda/ats/afp)

En Alaska, les rivières prennent une drôle de couleur

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Un putsch du pauvre»: le pétage de plomb d'Eric Ciotti, minute par minute
Depuis que le président, désormais exclu, des Républicains a annoncé son alliance avec le Rassemblement national, la droite française vit un drame que Hollywood n'oserait pas imaginer. Mercredi, Eric Ciotti s'est enfermé dans le QG du parti, a viré les employés, saisi la justice, piraté les comptes de réseaux sociaux. Voici le récit digne d'une saison de House of Cards.

Quelques heures avant de se barricader dans les locaux de son parti comme un forcené, Eric Ciotti se serait rendu au QG de l'empire Bolloré pour bichonner sa trahison, avec le magnat qui travaille, dans l'ombre et depuis des années, à une union des droites. C'est le journal Le Monde qui le raconte jeudi matin. Un petit air de Succession et du Parrain.

L’article