International
Corée du Nord

Ju-ae: qui est la fille bien-aimée de Kim Jong-un?

Kim Ju-ae, fille du dictateur nord-coréen, est une véritable machine à spéculations.
Kim Ju-ae, fille du dictateur nord-coréen, est une véritable machine à spéculations.Agence centrale de presse coréenne

Kim Ju-ae, 9 ans, la gueule d'ange qui inspecte des missiles nucléaires

Depuis quelques mois, la fille du dictateur nord-coréen est une véritable machine à spéculations. Habités par la peur et la fascination, certains l'imaginent déjà prendre la tête du régime de Pyongyang. Qui est cette mystérieuse «enfant adorée» du Kim Jong-un, dont l'existence a été révélée par une ex-star de la NBA.
16.02.2023, 16:4616.02.2023, 18:42
Suivez-moi
Plus de «International»

Kim Ju-ae n'existe pas. Enfin, pas tout à fait. Disons surtout qu'on ne sait tellement rien sur cette gamine aux joues du bonheur, que la propagande tourne à plein régime. Celui de Pyongyang, en l'occurrence. Ju-ae aurait 9 ans. Ou bien 10. Même son prénom et son sexe sont à prendre avec des pincettes.

Certes, la fille du dictateur nord-coréen a une page Wikipédia. Mais Guillaume Tell aussi et ça ne lui permet pas pour autant d'être envisagé comme un futur dictateur. Elle serait malgré tout la deuxième enfant du jeune Kim Jong-un. L'«enfant adorée» de son papa chéri. Et, déjà, cette dévotion féminine totale et malgré tout classique dans la famille du leader suprême.

Image

Ju-ae, future héritière et ennemie jurée de l'Occident?

Pas si vite!

La semaine dernière, à l'occasion du 75e anniversaire de la fondation de l'armée nord-coréenne, Kim Jong-un n'a pas seulement affiché ses plus beaux atours militaires. A ses côtés, son épouse Ri Sol-ju. Et cette petite gueule d'ange adorablement terrifiante. Si la planète s'affole, c'est avant tout parce que Ju-ae est le premier bambin de la famille Kim à être photographié, par les médias d'Etat, en public et au bras de papa.

Personne n'a jamais aperçu ses frères (ou ses sœurs), qu'on dit âgés de 13 et 6 ans.

La décontraction nord-coréenne, définition. (Février 2023.)
La décontraction nord-coréenne, définition. (Février 2023.)

Gueule d'ange, sang du diable

Cette petiote a explosé aux yeux du monde en trois mois et en trois temps. En novembre dernier, c'est dans les genoux de son père qu'elle parade sur un site de lancement. A 9 ans (ou 10), il est plutôt inédit de passer ses dimanches à inspecter des engins militaires. La planète découvre alors Kim Ju-ae, doudoune blanche, queue de cheval, petites ballerines rouges. Elle n'a pas encore officiellement de nom, tout juste un sobriquet de conte de fée: «La fille bien-aimée.»

Une collégienne ordinaire embourbée dans une propagande extra ordinaire. Le sourire est de mise, quasi robotique. De ces mimiques dignes de films d'horreur avant le coup de hache.

Ce fameux 18 novembre 2022, le mood visuel des médias d'Etat n'a pourtant rien à envier au storyboard d'Emily in Paris. Les missiles remplacent (presque trop) naturellement les façades haussmanniennes. Et la douce intimité familiale qu'ils rêvent de nous faire gober en quelques clichés léchés, jure avec l'imposant Hwasong-17 qui bande méchamment en arrière-plan.

Les essais d'un missile balistique, de père en fille.
Les essais d'un missile balistique, de père en fille.Agence centrale de presse coréenne
«Kim essaie à la fois de souligner les racines de sa famille et de les utiliser pour renforcer l'impression d'un développement nucléaire fort de la par de la Corée du Nord»
Tae Yong-ho, un législateur sud-coréen, cité par le Washington Post en novembre dernier.

Une nouvelle page de la propagande est bel et bien en route. Deux apparitions remarquées la semaine dernière, une première balade médiatique en novembre. C'est peu. Mais c'est déjà furieusement inédit dans les rouages du régime de Pyongyang. En Corée du Nord, rien n'est dégainé au hasard. Encore moins une branche d'arbre généalogique.

Même si, dans l'ombre du régime, les héritiers ne manquent pas de gravir rapidement les échelons, c'est la première fois qu'une fille en âge de jouer à la corde à sauter est ainsi exposée physiquement. Désigné successeur à l'âge de 8 ans, Kim Jong-un en avait déjà 26 lorsqu'il a été médiatiquement décapsulé par son père, Kim Jong-il.

Kim Jong-un, à l’école publique Liebefeld-Steinhölzli, au sud de Berne. Il y était inscrit sous un faux nom.
Kim Jong-un, à l’école publique Liebefeld-Steinhölzli, au sud de Berne. Il y était inscrit sous un faux nom.dr

Ce dernier avait d'ailleurs envoyé ses enfants à l'école en Suisse pendant plusieurs années, sous de faux noms, avant de les faire caresser des têtes nucléaires. Aujourd'hui, le fait que Kim Jong-un dévoile si tôt le visage de sa «fille adorée» brise sans doute le fantasme d'un cursus scolaire helvétique. Une carrière politique plus précoce encore est même envisagée par les experts.

«Plus cette fillette se montre, plus elle semble avoir été entièrement façonnée pour le pouvoir»
Mason Richey, professeur à la Hankuk University of Foreign Studies à Séoul, cité par Reuters.

Le grand-père et le père de Kim Jong-un ont régné jusqu'à la tombe. Le patron actuel n'a que 38 ans. Si Ju-ae ne va pas succéder à son papa demain, elle a tout pour incarner une image moderne, solide et prospère du régime. Officiellement, le leader nord-coréen est censé être élu par le biais d'un congrès du Parti des travailleurs. Mais la famille tire évidemment toutes les ficelles.

Rassurer et menacer

C'est donc logiquement que l'Occident voit déjà dans cette petite bouille une véritable graine de dictateur. Ju-ae n'a pas été présentée lors d'un pique-nique dominical, mais immergée dans les armes et les célébrations militaires. Lundi, son père a annoncé à son peuple que les citoyens portant le même prénom que sa fille chérie devront désormais trouver autre chose. Mardi, plusieurs timbres commémorant le 75e anniversaire de l'armée ont été imprimés. Quatre d'entre eux sont dédiés à la jeune Ju-ae. «Une autre façon de signaler que la dénucléarisation est totalement hors de propos», envisage Mason Richey, professeur à la Hankuk University of Foreign Studies à Séoul.

«En présentant sa fille si tôt, Kim Jong-un veut sans doute que son successeur évite une procédure précipitée et le scepticisme qu'il a dû subir à sa propre nomination»
Cheong Seong-chang, spécialiste de la famille Kim à l'Institut Sejong de Corée du Sud.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Kim sont une minutieuse usine familiale à tyrans. Une entreprise autocratique redoutée et redoutable qui adore envoyer des messages l'air de rien, sans avoir à ouvrir la bouche. Au monde entier, comme à son peuple. Rassurer et menacer en un seul cliché est d'ailleurs sa grande spécialité.

Bonne ambiance.
Bonne ambiance.agence centrale de presse coréenne

La princesse et le basketteur

Ce n'est pas un secret, Kim Jong-un est fan de missiles, mais aussi de basket-ball. Plus précisément des Chicago Bulls. On chuchote que son baby-sitter de l'époque, le Japonais Kenji Fujimoto, l'a initié aux joies de la NBA. Le dictateur a tout fait pour que Michael Jordan saute dans un avion pour lui rendre visite. Sans succès. En 2013, son rêve se réalise enfin, mais avec Dennis Rodman. L'ex-numéro 91 des Bulls, sorte de Gérard Depardieu du parquet, s'assied sur les liens géopolitiques tendus des deux pays et s'envole pour Pyongyang.

Image

Une relation solide naît rapidement entre le bad boy et le dictateur. Une diplomatie sportive et un brin folklorique. Devant une presse américaine médusée, la star du ballon orange considère même le tyran comme «un ami pour la vie». Au point que Rodman obtient un jour l'autorisation de bercer un nourrisson un peu spécial. Oui, «l'enfant adorée».

«J'ai tenu leur bébé Ju-ae et j'ai également parlé avec Madame Ri Sol-ju. Kim est un bon père et il a une belle famille»
Dennis Rodman, en 2013.

Rien n'est jamais laissé au hasard, en Corée du Nord. C'est donc une ex-star du basket américain, aussi légendaire que controversée, qui a obtenu, en 2013, l'étrange feu vert de son «ami pour la vie» pour dévoiler l'existence de la princesse chérie du régime. Qu'importe son nom, son âge et son sexe. Cette créature, protégée comme un diamant rare, restera encore longtemps une véritable machine à spéculations.

Les images du ballon espion chinois
1 / 12
Les images du ballon espion chinois
Un jet américain vole à côté du ballon espion.
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Poutine est pris au piège de la Chine
Depuis le début de la guerre en Ukraine, Poutine a rendu son pays dépendant de la Chine. Un processus qui montre ses premières failles.

La fin de la guerre en Ukraine ne se dessine pas encore, mais la Russie tient à se montrer forte. A en croire le Kremlin, Moscou ne peut pas perdre militairement et les sanctions occidentales, inefficaces, renforcent même l'économie du pays. Ces récits, diffusés par la propagande russe, dépassent largement les frontières du pays et sont également repris par des hommes politiques proches du Kremlin en Europe. Ces représentations n'ont cependant pas grand-chose à voir avec la réalité.

L’article