International
Corée du Nord

La Corée du Nord tire à nouveau des missiles de croisière

La Corée du Nord tire à nouveau des missiles de croisière

Pyongyang a tout de même tenu à préciser que cet essai n'avait «rien à voir avec la situation régionale».
28.01.2024, 08:3828.01.2024, 10:14
Plus de «International»
A TV screen shows a file image of North Korea's missile launch during a news program at the Seoul Railway Station in Seoul, South Korea, Sunday, Jan. 28, 2024. South Korea's military said Su ...
Keystone

La Corée du Nord a tiré plusieurs missiles de croisière dimanche, a annoncé l'armée sud-coréenne sur fond de tensions croissantes dans la région. Pyongyang avait déjà lancé des missiles de croisière mercredi, affirmant qu'ils étaient d'une nouvelle génération. L'état-major interarmées sud-coréen a déclaré dans un communiqué:

«Notre armée a détecté plusieurs missiles de croisière non identifiés tirés près des eaux [se situant à proximité de la ville] de Sinpo en Corée du Nord à 08h00 dimanche (minuit en Suisse)»

Les essais de missiles de croisière, qui volent dans l'atmosphère, ne tombent pas sous le coup des sanctions infligées par l'ONU à la Corée du Nord, contrairement aux missiles balistiques, dont la trajectoire s'effectue essentiellement dans l'espace.

Jeudi, au lendemain du tir de missiles de croisière dont Pyongyang n'a pas précisé le nombre, l'agence de presse officielle KCNA a indiqué que cet essai s'inscrivait dans «un processus de mise à jour constante du système d'armement et [d'une] activité régulière et obligatoire». Elle a ajouté:

«Le tir d'essai n'a pas eu d'impact sur la sécurité des pays voisins et n'a rien à voir avec la situation régionale»

La guerre pour 0.001 mm

Les tensions entre Pyongyang et Séoul se sont fortement aggravées ces derniers mois. Les deux pays ennemis ont renoncé à des accords conclus en 2018 pour prévenir les incidents armés, renforcé les moyens militaires à la frontière et procédé à des exercices d'artillerie à munitions réelles près du territoire de l'autre.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré en janvier que le Sud était le «principal ennemi» de son pays. Il a dissout les agences gouvernementales dédiées à la réunification et aux contacts avec le Sud et a menacé de déclarer la guerre si son voisin empiétait sur son territoire «ne serait-ce que de 0.001 mm».

A la fin décembre, Kim a ordonné l'accélération des préparatifs militaires en vue d'une «guerre» pouvant «être déclenchée à tout moment». Il a dénoncé une «situation de crise persistante et incontrôlable», selon lui amorcée par Séoul et Washington avec leurs exercices militaires conjoints dans la région.

Le ton est également monté d'un cran au Sud, où le président conservateur Yoon Suk-yeol a averti que Séoul mènerait une riposte «plusieurs fois plus forte» en cas de provocation, mettant en avant les «capacités de réponse écrasantes» de son armée.

Pyongyang multiplie les essais

Séoul et Washington ont averti à plusieurs reprises que toute attaque de la part de Pyongyang signerait inéluctablement la destruction de son régime.

La Corée du Nord a multiplié ces derniers mois les essais d'armes interdites par l'ONU. Au début janvier, elle a ainsi lancé un missile hypersonique à carburant solide et procédé à des tirs d'artillerie à munitions réelles près de la frontière maritime avec le Sud, déclenchant des ordres de mise à l'abri sur plusieurs îles sud-coréennes proches des côtes nord-coréennes.

Séoul a répliqué par des contre-exercices dans la même région, sur la côte ouest de la péninsule.

La Corée du Nord a également réussi à mettre en orbite un satellite-espion à la fin 2023 après avoir reçu, selon Séoul, l'aide technique de la Russie, en échange de livraisons d'armes pour la guerre en Ukraine. (mat/ats)

Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
1 / 6
Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
source: epa kcna / kcna
partager sur Facebookpartager sur X
Ce clip de propagande nord-coréen vaut tous les nanars du monde.
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici la dernière lubie de Poutine pour surveiller les Russes
Les Russes peuvent encore acheter anonymement des cartes SIM, mais cela ne devrait bientôt plus être le cas. Voici pourquoi.

Il y a quelques semaines seulement, Vladimir Poutine rempilait pour un cinquième mandat à la tête de la Russie. Il avait auparavant remporté des élections - considérées comme truquées - avec plus de 87% des suffrages. Cela n'a pas surpris grand monde. En revanche, cette mainmise sur le pouvoir empêche de savoir si le dirigeant rallie vraiment une majorité de la population.

L’article