DE | FR
Image: Shutterstock

Pourquoi ces réinfections malgré une vaccination totale

25.05.2021, 21:1326.05.2021, 17:24
Tara HurstLecturer
Un article de The Conversation
The Conversation

Le développement de plusieurs vaccins contre le Covid-19 en moins d’un an nous a donné à tous l’espoir d’une sortie de pandémie. L’objectif est désormais de garantir une couverture vaccinale étendue aussi rapidement que possible, et ce, partout sur la planète.

Cependant, les vaccins ne sont pas efficaces à 100% pour freiner la transmission ou l’infection. Le risque que certaines personnes entièrement vaccinées soient infectées est faible, mais il faut s'attendre à ce que cela se produise.

Il est important de prendre conscience des limites des vaccins. Aucun vaccin n’offre une protection totale à tous ceux qui le reçoivent. Le vaccin contre la rougeole s’est avéré très efficace pour prévenir l’infection, ce qui a conduit à la quasi-éradication du virus dans certains pays.

Pourtant, des infections sont signalées même dans des populations largement vaccinées. Ces infections ne surviennent pas seulement chez les personnes non vaccinées; il existe des cas d’infections chez des personnes entièrement vaccinées également.

Le vaccin contre la grippe saisonnière offre par exemple une protection contre les virus en circulation. Cependant, les virus de la grippe en circulation varient et les personnes vaccinées peuvent tout de même tomber malades, quoique moins gravement que si elles n’avaient pas été vaccinées.

Ce phénomène s’explique par le fait que nos défenses immunitaires s’expriment de différentes façons. D’une part, il y a les anticorps, qui sont des protéines en forme d’Y qui se verrouillent sur les germes et les neutralisent, et d’autre part, les lymphocytes T, qui trouvent et détruisent les cellules infectées.

Les anticorps sont généralement dirigés contre les protéines les plus variables à la surface du virus, tandis que les protéines plus constantes – à l’intérieur du virus – sont ciblées par les lymphocytes T. Les lymphocytes T sont importants pour diminuer la gravité de la maladie.

En ce qui concerne le SARS-CoV-2 (le virus responsable du Covid-19), il y a quelques cas d’infection post-vaccination aux Seychelles, mais peu d’informations ont été publiées jusqu’ici dans des revues scientifiques.

Un rapport récent paru dans le New England Journal of Medicine décrit deux cas de Covid-19 après une vaccination. Les deux personnes ont présenté des symptômes légers qui ont disparu en une semaine.

Et une étude de l’Université de Stanford, qui doit encore être évaluée par d’autres scientifiques, décrit 189 cas de Covid-19 post-vaccination sur 22 729 travailleurs de la santé. Cependant, une partie des travailleurs infectés n’avaient reçu qu’une seule dose du vaccin. La vaccination rendra probablement la maladie moins grave si de telles éclosions se produisent.

Plusieurs explications

  • Plusieurs raisons peuvent expliquer les infections post-vaccination. La réponse immunitaire chez l’humain est codée dans notre ADN et varie d’une personne à l’autre. Cette variabilité nous aide à répondre à un large éventail de virus. Mais l’efficacité de ces réponses est également variable. Elle dépend de plusieurs facteurs, notamment l’état de santé, la prise de médicaments ou l’âge.
  • Le système immunitaire vieillissant ne réagit pas aux nouveaux antigènes (substance étrangère qui amène votre système immunitaire à produire des anticorps) et aux vaccins aussi bien que les systèmes immunitaires plus jeunes. Pour un vaccin contre le Covid, on a constaté une différence mesurable dans la concentration d’anticorps neutralisants chez les personnes âgées par rapport aux adultes plus jeunes. Certains participants âgés n’avaient pas du tout d’anticorps neutralisants après avoir reçu les deux doses du vaccin.
  • Les infections post-vaccination peuvent aussi être causées par des variants du virus qui échappent à la détection immunitaire et se développent même chez les personnes vaccinées. On s’attend à ce qu’un virus, en particulier un «virus à ARN» comme le SARS-CoV-2, mute et donne naissance à des variants, dont certains peuvent être plus contagieux. Ces variants sont neutralisés plus ou moins efficacement par le système immunitaire, car les mutations peuvent modifier les parties du virus reconnues par les anticorps et les lymphocytes T.
  • Un nouveau variant du SARS-CoV-2 identifié en Inde (B.1.617.2) rendrait le virus plus contagieux, ce qui est préoccupant compte tenu de la crise sanitaire en cours dans ce pays. Malgré l’absence d’études scientifiques, les médias rapportent de nombreux cas de percées infectieuses fréquentes et le variant B.1.617.2 est mis en cause, mais cela reste à prouver.

Une étude réalisée sur les infections post-vaccinales par le SARS-CoV-2 en Californie, a montré que les risques d’infection n’étaient pas plus élevés en raison des variants dans cette région.

Malgré les preuves que les vaccins fonctionnent bien contre les variants, l’augmentation rapide de la proportion de cas au Royaume-Uni, qui est attribuable au variant B.1.617.2 par rapport à la souche dominante du Kent (B.1.1.7), a élevé cette mutation au rang de variant préoccupant par la Santé publique.

Si la vaccination généralisée reste la solution ultime en cas de pandémie, il convient de mentionner qu’il est peu probable qu’elle permette de prévenir toutes les infections. Or les personnes qui attraperont le Covid après avoir été vaccinées auront probablement des symptômes plus bénins. Le risque d’infections post-vaccination ne devrait donc pas nous dissuader de nous faire vacciner. Des études plus poussées sur les causes des infections au SARS-CoV-2 pourraient aider les scientifiques à améliorer les vaccins contre le Covid-19 ou modifier le calendrier des rappels.

Cet article a initialement été publié sur The Conversation.

Eruption du Nyiragongo en mai 2021

1 / 10
Eruption du Nyiragongo en mai 2021
source: sda / rebecca blackwell
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Covid-19: jeunes et bientôt vaccinés?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que prévu
La fonte de la calotte glaciaire est le principal moteur de la hausse du niveau de la mer, devant la fonte des glaciers et l'expansion de l'océan sous l'effet du réchauffement de l'eau.

L'Arctique s'est réchauffé près de quatre fois plus vite que le reste du monde lors des 40 dernières années. Ces conclusions d'une nouvelle étude font craindre une sous-estimation des modèles climatiques des pôles, dont le réchauffement a une influence prépondérante sur la hausse du niveau des mers.

L’article