DE | FR

Contre le Covid, la Chine se laisse séduire par le dépistage anal

epa09050323 A medical worker waits to carry out COVID-19 tests ahead of the the opening session of the Chinese People's Political Consultative Conference (CPPCC), in a hotel, in Beijing, China, 04 March 2021. China holds two major annual political meetings, The National People?s Congress (NPC) and the Chinese People's Political Consultative Conference (CPPCC) which run alongside and together known as 'Lianghui' or 'Two Sessions'.  EPA/ROMAN PILIPEY

Un travailleur médical attend pour effectuer des tests COVID-19. Image: sda

La Chine va généraliser les dépistages de la covid par voie rectale aux arrivants étrangers dans ses aéroports. Une pratique jugée dégradante par de nombreux pays.



«Bienvenue, baissez votre pantalon s'il vous plaît», il y a pas à dire on a le sens de l'accueil en Chine. L'Empire du Milieu va généraliser le test anal aux arrivants étrangers pour dépister la covid-19.

«Souffrance psychologique»

C'est une affaire qui pourrait devenir un sujet de crispation entre la Chine et les autres pays du monde. Fin février, deux diplomates américains s'étaient plaints d'avoir subi un dépistage anal du covid-19.

En Mars, Tokyo a demandé à la Chine de ne pas pratiquer de test de dépistage du covid-19 par prélèvement anal sur les citoyens japonais. Les autorités nippones déplorent notamment la «souffrance psychologique» engendrée par le procédé.

«En accord avec l'évolution de la situation épidémiologique

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Certains médecins chinois estiment en effet que le recours à un écouvillon anal constitue une méthode plus fiable que les autres solutions utilisées pour détecter le covid-19. L'infection resterait visible plus longtemps dans l'anus que dans les voies respiratoires. Le dépistage par voie rectale permettrait ainsi de réduire le taux de faux négatifs.

La Chine défend ses méthodes car elles sont «basées sur la science» et «en accord avec l'évolution de la situation épidémiologique, les lois et règles en vigueur». (afp/ga)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pâques sous restrictions, morceaux choisis à l'international

Des millions de personnes ont entamé samedi un week-end de Pâques sous restrictions sanitaires (ou pas) pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie. Petit tour entre rire et drame.

En Europe, frappée par une troisième vague de Covid-19, toute l'Italie est classée en zone «rouge», avec haut risque de contagion et restrictions maximales pour les fêtes de Pâques qui sont habituellement l'occasion de retrouvailles familiales.

«Nous n'avons pas de restaurants, pas de touristes, nous n'avons personne», se plaint devant sa pile d'artichauts un vendeur du marché du Campo dei Fiori, dans le centre de Rome. Non loin de là, sur la place Navone, habituellement noire de monde en …

Lire l’article
Link zum Artikel