DE | FR
Primé au Goncourt 2021, le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr suscite la polémique dans son pays, où certains l'accusent de faire l'apologie de l'homosexualité.
Primé au Goncourt 2021, le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr suscite la polémique dans son pays, où certains l'accusent de faire l'apologie de l'homosexualité.Image: sda

Considéré pro-LGBT, le lauréat du Goncourt est critiqué au Sénégal

Lauréat du Prix Goncourt 2021 avec son roman La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr est au centre d'une vive polémique dans son pays, le Sénégal. Il est accusé de faire «l'apologie de l'homosexualité».
08.11.2021, 17:0209.11.2021, 12:09

Du président Macky Sall à la star Youssou Ndour, les Sénégalais n'ont pas caché leur fierté après le titre de Prix Goncourt 2021 décroché par Mohamed Mbougar Sarr avec son roman La plus secrète mémoire des hommes. Cette fierté ressentie et affichée après le sacre de ce jeune de 31 ans, pur produit de l'école sénégalaise, n'a duré que le temps d'une rose. En quelques jours, Mohamed Mbougar Sarr est passé du statut de héros à celui de paria. Curieusement, dans son pays, la chute de la cote de popularité de l'écrivain a été provoquée par un tweet enthousiaste et militant de la présidente d'Amnesty International France.

Au Sénégal, l'homosexualité est un délit

Exhumant une interview de 2018 avec Le Monde dans laquelle l'auteur dénonçait le calvaire des gays au Sénégal, la présidente d'Amnesty International France a exprimé son souhait de voir le sacre de Mohamed Mbougar Sarr faire évoluer la cause LGBT. Mais, dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest où «l'acte impudique ou contre-nature avec un individu de même sexe» est puni de peines d’un à cinq ans d’emprisonnement, la question reste sensible. Une partie de l'opinion publique et les mouvements religieux réclament un durcissement de la loi avec la criminalisation de l'homosexualité. Il n'en fallait pas plus pour provoquer une virulente vague d'indignation et de rejet sur les réseaux sociaux.

Plus jeune lauréat du Goncourt

Image: sda

Sacré à Paris et désormais rejeté à Dakar, celui qui fut élu «Meilleur élève du Sénégal» en 2009 (année où Marie Ndiaye, auteure d'origine sénégalaise, a remporté le Goncourt avec le roman Trois femmes puissantes) n'a pas que des détracteurs au pays de Senghor. En effet, une frange de la population continue de manifester son soutien au plus jeune lauréat du plus prestigieux prix littéraire français.

Le grand écart

Quoi qu'il en soit, entre l'écrivain et une partie de ses compatriotes, le désamour a succédé au coup de cœur fulgurant provoqué par le sacre de l'auteur. Un désamour qui pourrait être résumé par ses mots tirés de La plus secrète mémoire des hommes: «L'écart entre nous s'était creusé. Il ne se mesurait plus en minutes, mais en mondes».

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi faut-il remédier à la désertification selon la COP15?
La COP15 s'engage principalement à préserver des hectares de terres contre la désertification. Voici la décision prise vendredi au terme de ce rendez-vous, à Abidjan en Côte d'Ivoire. Pourquoi un tel enjeu?

La COP15 contre la désertification, qui s'est achevée vendredi à Abidjan, s'est engagée à «accélérer la restauration d'un milliard d'hectares de terres dégradées d'ici à 2030», indique la déclaration finale. Il y a urgence à agir, ont rappelé les participants.

L’article