DE | FR

Jean Castex détourné à cause d'une bouche ouverte

Après avoir fait le point sur la situation sanitaire, le premier ministre français est devenu un mème sur Twitter et Instagram.



Jeudi 25 février, lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement français, Jean Castex a eu le malheur d'ouvrir un peu trop la bouche (au sens propre). Un arrêt sur image, une capture d'écran et en quelques heures, des dizaines de mèmes du premier ministre. Il a été mangé à toutes les sauces:

La sauce artistique

La sauce musicale

La sauce pipi-caca

La sauce mignonne

La sauce cinéma

La sauce animale

Pour voir des vraies tortues vivre leur meilleure vie, c'est par ici:

La sauce génération Z

Une conférence de presse avec des coquilles

Il y a eu quelques erreurs dans la présentation Power Point de Jean Castex. A commencer par le graphique ci-dessous qui explique aux Français que le mois de décembre, c'est comme le complément d'objet direct, c'est toujours placé avant le mois de novembre.

Quant aux couleurs des drapeaux français et italien sur le joli petit graphique ci-dessous, elles sont exactes, mais pas dans le bon ordre. Les internautes se posent alors une question ô combien légitime: comment les prendre au sérieux?

Les principales annonces (les sérieuses cette fois-ci)

Jean Castex a notamment annoncé que la vaccination pour les plus de 65 ans serait ouverte à partir de début avril et que vingt départements étaient placés sous «surveillance renforcée» en raison d'une circulation accrue de l'épidémie. Ils pourront faire l'objet de mesures de confinement locaux à partir du week-end du 6 mars.

Plus d'articles d'«Actu»

L'UDC et le PLR se clashent sur Twitter au sujet des restrictions

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes

Link zum Artikel

Ça y est, l'hélico de la Nasa devrait voler sur Mars ce lundi

Link zum Artikel

Des centaines d'opposants aux mesures sanitaires ont manifesté à Altdorf

Link zum Artikel

La France convoque l'ambassadeur chinois pour «propos inacceptables»

Le ministre des Affaires étrangères français a convoqué, lundi, l’ambassadeur de Chine en France pour protester contre les propos «inadmissibles» tenus à l'égard d'un chercheur. Le concerné n'a pu se rendre à la convocation «en raison d'agenda».

Le torchon brûle entre la France et la Chine. Le chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), Antoine Bondaz, est dans le collimateur de l’ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye. Il a été traité de «petite frappe» et de «hyène folle». Le français avait dénoncé des pressions chinoises sur des parlementaires français souhaitant se rendre à Taïwan.

L'ambassadeur Lu Shaye s'est aussi déclaré «fermement opposé» à un projet de visite de parlementaires français à Taïwan. La …

Lire l’article
Link zum Artikel