International
Donald Trump

Trump est resté silencieux pendant les six heures de son audition

Trump est resté silencieux pendant les six heures de son audition

Former President Donald Trump gestures as he departs Trump Tower, Wednesday, Aug. 10, 2022, in New York, on his way to the New York attorney general's office for a deposition in a civil investiga ...
Donald Trump fait un geste de solidarité en direction de ses partisans, alors qu'il quitte la Trump Tower.Image: sda
L'ex-président américain devait être entendu dans le cadre d'une enquête au civil sur des soupçons de fraudes financières au sein de son groupe familial.
11.08.2022, 04:5211.08.2022, 06:43
Plus de «International»

Donald Trump est reparti mercredi sans dire un mot après six heures d'audition chez la procureure générale de l'Etat de New York.

Le convoi de SUV noirs transportant l'ancien président des Etats-Unis a quitté le sud de Manhattan vers 15 heures (21 heures en Suisse) sous les yeux de journalistes, de partisans et de badauds armés de leurs téléphones portables que Donald Trump a salués derrière les vitres fumées de son véhicule.

Arrivé vers 15 heures (heure suisse) au bureau de la procureure générale Letitia James, le milliardaire a gardé le silence en invoquant le fameux cinquième amendement de la Constitution américaine, qui autorise à ne pas témoigner contre soi-même.

«Chasse aux sorcières»

Dans un communiqué dans la matinée, le milliardaire s'était dit une nouvelle fois victime d'une «chasse aux sorcières» et avait affirmé avoir «refusé de répondre aux questions, en vertu des droits et prérogatives accordés à tout citoyen par la Constitution des Etats-Unis».

Le 45e président américain est visé depuis 2019 – avec deux de ses enfants, Ivanka et Donald Jr – par une enquête au civil de la plus haute magistrate de l'Etat de New York.

Les investigations contre le groupe familial Trump Organization avaient été lancées après le témoignage explosif au Congrès à Washington d'un des anciens avocats personnels de Donald Trump, Michael Cohen, faisant état d'évaluations frauduleuses, à la hausse ou à la baisse, d'actifs au sein de la Trump Organization, pour décrocher des prêts, obtenir des réductions d'impôts ou de meilleures indemnisations d'assurances.

Letitia James avait assuré en janvier avoir «mis au jour des preuves importantes qui font penser que Donald Trump et la Trump Organization avaient faussement et frauduleusement valorisé nombre d'actifs», notamment des golfs ou le triplex personnel du milliardaire américain, situé dans la Trump Tower à New York.

Des allégations balayées par les avocats de Donald Trump.

Perquisition du FBI

La procureure générale n'a pas le pouvoir d'inculper les Trump, mais elle peut engager des poursuites civiles et notamment réclamer des réparations financières.

Cette audition est survenue deux jours après une perquisition du FBI sans précédent au domicile de Donald Trump à Mar-a-Lago, en Floride, qui a déclenché une vague d'indignation chez les républicains. (ats/jch)

Joe Biden lit les directives de son prompteur
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La sœur de Marine Le Pen est de retour et compte bien se venger
Souvent candidate, jamais élue, Marie-Caroline Le Pen sort du bois et annonce sa candidature pour les législatives. Après plus de 20 ans de guerre avec le patriarche, «élevée dans le racisme pur et dur», la sœur aînée a une hache de guerre et des adversaires à enterrer.

Une discrète. Du moins, comparée aux gueulards de sa dynastie. Dans l'ombre, sauf quand le coup de gueule ou le câlin paraissent indispensables. La semaine dernière, Marie-Caroline Le Pen a dépoussiéré son compte X pour féliciter Eric Ciotti, au moment de son rapprochement avec le Rassemblement national, créant d'une seconde à l'autre la stupeur dans le camp des Républicains. Six jours plus tard, ce sera pour se lancer elle-même dans la course, en annonçant sa candidature dans la Sarthe, l'ancien fief d'un certain François Fillon.

Sous les couleurs du parti familial, évidemment.

L’article