International
Donald Trump

Assaut du Capitole: Trump accusé d'avoir «failli à son devoir»

Assaut du Capitole: Trump accusé d'avoir «failli à son devoir»

Assaut du Capitole: Trump accusé d'avoir «failli à son devoir»
Retranché dans la salle à manger privée de la Maison-Blanche, Donald Trump a suivi l'attaque du Capitole à la télévision.Image: sda
Donald Trump, qui flirte ouvertement avec l'idée de se représenter à la présidentielle de 2024, dénonce avec véhémence les travaux de la commission d'enquête sur le l'assaut du Capitole.
22.07.2022, 03:5322.07.2022, 07:42
Plus de «International»

L'ex-président américain Donald Trump doit être tenu pour légalement responsable de l'attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole, a déclaré jeudi le président de la commission d'enquête parlementaire. Il a ouvert les vannes «au désordre et à la corruption».

Donald Trump a essayé de détruire nos institutions démocratiques
Bennie Thompson, président de la commission d'enquête parlementaire

Pour lui, tous les responsables de l'attaque, y compris à la Maison-Blanche devront «répondre de leurs actes devant la justice»:

«Il faudra des conséquences sévères, sinon je crains que notre démocratie ne s'en relève pas»
Bennie Thompson

Deux membres de la commission ont ensuite présenté la journée du 6 janvier 2021 telle que vécue «minute par minute» par Donald Trump:

«Il a failli à son devoir» de commandant en chef, en ne faisant rien pour empêcher ses partisans de semer le chaos dans le Capitole. C'est pourtant lui qui les avait convoqués à Washington, le jour où les parlementaires devaient certifier la victoire de son rival démocrate Joe Biden à la présidentielle.»
La commission d'enquête

«Se battre comme des diables»

Vers midi, dans un discours enflammé en plein coeur de la capitale, il leur avait demandé de «se battre comme des diables» contre de supposées «fraudes électorales massives».

Il était ensuite reparti vers la Maison-Blanche, tandis que la foule se lançait à l'assaut du Parlement américain. Ensuite, il avait mis plus de trois heures avant d'appeler ses partisans à quitter les lieux:

«Je connais votre douleur. Mais il faut rentrer à la maison maintenant»
Donald Trump

Retranché dans la salle à manger privée de la Maison-Blanche, Donald Trump a suivi l'attaque à la télévision «pendant que ses proches conseillers et les membres de sa famille le suppliaient d'intervenir», a décrit l'élue démocrate Elaine Luria:

«Mais le président Trump a refusé d'agir à cause de son désir égoïste de se maintenir au pouvoir»

En direct dans tout le pays

«Pendant tout ce temps, il n'a pas décroché une seule fois son téléphone pour ordonner à son administration de prêter main-forte aux policiers débordés»
L'élue républicaine Liz Cheney

Matthew Pottinger, alors conseiller adjoint à la sécurité nationale, et Sarah Matthews, porte-parole adjointe, ont été convoqués comme témoins pour raconter les coulisses de cette sinistre journée. Tous les deux avaient démissionné après le 6 janvier.

Cette séance publique est la huitième en six semaines et la deuxième diffusée en direct dans tout le pays. Les précédentes ont porté, entre autres, sur le rôle de l'extrême droite dans l'assaut ou sur les pressions exercées sur des agents électoraux par Donald Trump et ses proches.

«Quelles que soient ses recommandations, la décision d'ouvrir des poursuites contre Donald Trump reviendra au ministre de la justice Merrick Garland, qui ne l'exclut pas».
Bennie Thompson

La «commission du 6 janvier» va ensuite se retirer du regard public pour travailler à son rapport final qui sera rendu à l'automne. Mais elle continuera de recueillir des témoignages et des documents et de nouvelles auditions auront lieu en septembre, selon Bennie Thompson. (ats/jch)

«Don't Look Up» dans la vraie vie, à la télé britannique
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Japon présente ses excuses aux victimes de stérilisation forcée
Fumio Kishida s'est incliné en signe d'excuse devant des victimes de stérilisation forcée qui se sont déroulées entre 1948 et 1996.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a présenté ses excuses mercredi aux victimes d'une loi eugéniste aujourd'hui caduque qui a conduit à la stérilisation forcée de milliers de personnes dans l'archipel nippon entre 1948 et 1996.

L’article