International
Economie

Eswar Prasad: «Il n'y a pas d'avenir pour les cryptomonnaies»

«Il n'y a pas d'avenir pour les cryptomonnaies»

Le célèbre professeur américain d'économie Eswar Prasad en est convaincu: bien que l'argent liquide touche à sa fin, les cryptomonnaies n'ont aucun avenir.
05.11.2021, 06:4505.11.2021, 07:19
Plus de «International»

Des idéalistes libertaires ont voulu créer avec le bitcoin un moyen de paiement fonctionnant sans banques centrales ni institutions financières dignes de confiance, note Eswar Prasad dans un entretien diffusé vendredi par la Neue Zuercher Zeitung. «Ils n'ont pas réussi». Voici ses arguments:

  • La variation du cours est très volatile. De gros volumes de transactions ne sont pas possibles.
  • Le système est lent et coûteux.

Pour ces raisons, il ne voit pas de base solide qui donne au bitcoin une valeur fondamentale.

«La cryptomonnaie ne semble pas remplir l'objectif pour lequel elle a été initialement développée»
Eswar Prasad, professeur à l'Université privée Cornell.

Prasad se dit cependant convaincu que l'ère de l'argent liquide touche à sa fin. «De nouvelles formes de monnaies numériques arrivent sur le marché». Elles permettront à une grande partie de la population mondiale d'accéder à tous les services financiers, dont une partie d'entre elle ne dispose pas aujourd'hui, ajoute-t-il.

Eswar Prasad est professeur à l'université privée Cornell, dont le campus principal se trouve à Ithaca, dans l'Etat de New York. Son dernier livre s'intitule «The Future of Money - How the Digital Revolution is Changing Currencies and the Financial Industry». (ats)

Et maintenant, des cuculs de hamsters!
1 / 14
Et maintenant, des cuculs de hamsters!
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Plus de 20 politiciens tués: l'emprise des cartels s'intensifie au Mexique
En juin, le Mexique élira sa première présidente. Cette année électorale est déjà la plus violente de l'histoire du pays. La faute aux cartels de drogue, toujours plus brutaux contre les politiciens qu'ils considèrent indésirables. Qui pourra les arrêter?

Dans moins de deux mois, les Mexicains éliront leur première présidente. Mais cette première historique est ternie depuis quelques mois par une vague croissante de peur, mais aussi de violence. En effet, ces dernières années, les années électorales sont devenues de plus en plus dangereuses pour les politiciens et les candidats du Mexique.

L’article