stratus fréquent
DE | FR
International
Economie

Emplois aux Etats-Unis: des millions d'américains démissionnent

américains millions démission chômage emploi carrière ras-le-bol enquête étude rapport août 2021 covid-19 employés employeurs
Près de 3% de la main-d'œuvre américaine a démissionné au mois d'août, un taux de démission qui n'était plus arrivé depuis la fin de l'an 2000.Image: shutterstock

Des millions d'employés américains n'hésitent plus à démissionner

Près de 3% de la main-d'œuvre américaine a démissionné au mois d'août. Il s'agit du taux de démission le plus élevé depuis l'an 2000.
13.10.2021, 06:0013.10.2021, 15:27

Un nombre record de 4,3 millions d'Américains ont quitté leur emploi en août, démontrant l'influence considérable des travailleurs dans l'économie actuelle. Ils sont de plus en plus nombreux à réclamer des salaires plus élevés, de meilleures conditions de travail et des dispositions plus souples.

«Si vous n'êtes pas satisfait de votre emploi ou si vous voulez une augmentation, dans le contexte actuel, il est assez facile d'en trouver un nouveau»
Gus Faucher, économiste en chef chez PNC, une banque nationalecnn

Les principaux secteurs concernés? L'hébergement, les services de restauration, le commerce de détail, l'enseignement et emplois dans l'administration locale ou régionale, comme le rapporte CNN.

Plus de 10 millions de postes à repourvoir

Selon le rapport de l'enquête sur les ouvertures d'emploi et la rotation du personnel (JOLTS), publié mardi, il s'agit du taux de démission le plus élevé depuis le début de l'enquête, à la fin de l'année 2000:

  • Environ 2,9% de la main-d'œuvre a démissionné en août;
  • Contre 2,7% en juillet, soit 242 000 personnes supplémentaires.
  • Les offres d'emploi sont restées très élevées à la fin du mois d'août, à 10,4 millions de postes ouverts;
  • Ce chiffre marque une baisse de 659 000 offres par rapport à la fin du mois de juillet.

Les entreprises continuent à devoir faire face à une grave pénurie de travailleurs, qui n'hésitent donc plus à démissionner.

«L'âge d'or du travailleur américain»

Joe Brusuelas, un économiste, a déclaré que nous assistons peut-être au début de ce qui pourrait être considéré comme «l'âge d'or du travailleur américain».

«Ils ont désormais la certitude de disposer du pouvoir de négociation et qu'ils sont en droit d'obtenir un salaire raisonnable - et avoir une influence sur leurs conditions de travail. C'est ce qui arrive après les grandes guerres ou les dépressions. C'est difficile à repérer quand on est dedans, mais nous avons subi un choc qui a suscité un changement inattendu sur la population. Et il faudra du temps pour s'en remettre.»

Ce pouvoir de négociation découle de leur volonté de quitter des emplois qu'ils n'aiment pas et d'en chercher de nouveaux. Et ce changement n'est pas simplement centré sur l'économie, mais sur une réévaluation plus large de la qualité de vie et des objectifs.

Une transformation positive sur le long terme

  • Sur le long terme, une telle transformation de la main-d'œuvre sera positive, car elle permettra à davantage de personnes de trouver satisfaction dans leur carrière et aux entreprises d'avoir des employés plus heureux;
  • Elle permettra également à un plus grand nombre de travailleurs de gagner leur vie et de contribuer à l'économie au sens large, réduisant ainsi le fossé alarmant qui sépare les riches des pauvres;
  • Cependant, sur le court-terme, le manque de travailleurs continuera de compliquer la réouverture de l'économie mondiale, contribuant à la hausse des prix, au stress de la chaîne d'approvisionnement, aux pénuries de produits et aux retards d'expédition.

Un policier américain sauve la vie de sa collègue

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En 2022, près de 200 sociétés ont disparu chaque semaine en Suisse
Le nombre de faillites d'entreprises en Suisse a dépassé l'année dernière le seuil symbolique des 10 000, progressant de 37% à un pic historique de 10 126. La tendance négative devrait se poursuivre cette année.

La forte hausse des statistiques en rythme annuel doit cependant être relativisée, souligne jeudi l'union suisse des créanciers Creditreform, à l'origine de ces chiffres.

L’article