DE | FR
Le patron d'Amazon, Jeff Bezos, est, apr

Jeff Bezos, patron d'Amazon et homme le plus riche du monde. Image: sda

Jeff Bezos VS les syndicats: dernier round du combat contre Amazon

Amazon devra-t-il autoriser les syndicats aux Etats-Unis? Une décision va se prendre ces jours-ci dans l’Etat ultraconservateur de l’Alabama.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


«Si tu réussis à New York, tu peux réussir partout», chantait un jour Frank Sinatra. Le Sud des Etats-Unis connaît maintenant une nouvelle version de ce classique:

«Si tu peux gagner à Bessemer, tu peux gagner partout.»

De quoi s’agit-il? Bessemer, c’est un bled au centre de l'Etat très conservateur d’Alabama, c'est là:

Bild

Mais actuellement, la ville est au centre de la politique américaine, du moins en ce qui concerne les futures relations entre les travailleurs et les employeurs. À Bessemer, Amazon exploite un centre logistique où travaillent 6000 employés. Ils veulent rejoindre un syndicat, pendant que Jeff Bezos (le grand patron) et compagnie s’efforcent d’empêcher cela.

Entre-temps, les travailleurs sont allés voter: le résultat sera dépouillé dans les prochains jours. Ce sera historique, car ce qui se passe à Bessemer est bien plus qu’un conflit de travail local, ce sera déterminant pour l’avenir des syndicats aux Etats-Unis.

U.S. Sen Bernie Sanders, I-Vt., speaks at a rally, Friday, March 26, 2021, in Birmingham, Ala., ahead of a union vote at an Amazon warehouse in the state. Sanders said a labor victory at the tech and retail giant would resonate around the country. (AP Photo/Kim Chandler)

Bernie Sanders, politicien connu pour être à gauche de l'échiquier politique américain, s’est rendu à Bessemer pour soutenir les travailleurs d'Amazon. Image: sda

Amazon estime être dans son droit. L’entreprise paie déjà un salaire minimum de 15 dollars de l’heure et offre une couverture d’assurance maladie confortable par rapport aux conditions de vie américaines. Que veulent les travailleurs de plus?

Ils se sentent humiliés et réduits au rang de robots. L’hyper-taylorisme règne chez Amazon. Winslow Taylor a inventé vers la fin du 19ème siècle le soi-disant «management scientifique», c’est-à-dire qu’il a décomposé chaque processus de travail en différentes parties et a déterminé en combien de temps le travailleur devait l’exécuter.

Jeff Bezos a poussé ce principe à l’extrême chez Amazon. Les travailleurs doivent accomplir des séquences de travail fixées dans un laps de temps déterminé et sont étroitement surveillés. Même les pauses-toilettes ne peuvent pas durer plus de quatre minutes. Damon Silvers, du syndicat A.F.L-C.I.O (Fédération américaine du travail – Congrès des organisations industrielles) décrit cela dans le New Yorker comme suit:

«Amazon a défini un ordre optimal d’étapes de travail et veut que les employés le suivent à la lettre, et Amazon a la possibilité d’observer les employés en train de travailler à tout moment.»

Les travailleurs se révoltent contre ce système rigide. Perry Connelly, l’un des employés concernés, explique au Financial Times:

«Ils me disent pendant combien de temps j’ai le droit d’utiliser les toilettes. Je suis un adulte, ça prend le temps qu’il faut.»

Perry Connelly, employé d'Amazon

Amazon craint, en revanche, la situation en Europe. En France, où les employés sont organisés en syndicats, Amazon a dû fermer ses six centres logistiques pendant la crise du Covid-19. En Italie, les travailleurs sont rentrés chez eux en réclamant des «horaires de travail plus humains». Aux Etats-Unis en revanche, il n’y a eu que quelques brefs arrêts de travail.

epa09089358 Amazon workers attend a strike as they block deliveries and vehicles in and out of warehouses, in front of the Amazon logistics center HUB at Via Toffetti, in Milan, Italy, 22 March 2021. Amazon workers began a 24-hour strike on 22 March after talks over working conditions between unions and the company stopped abruptly. EPA/Andrea Fasani

En Europe, comme ici à Milan en Italie, l'entreprise a moins d'emprise sur ses employés. Image: EPA ANSA

Cela devrait maintenant aussi changer en Amérique du Nord. Les syndicats estiment qu’ils ont de bonnes chances de remporter ce conflit. En voici les raisons:

FILE - In this Tuesday, Feb. 9, 2021, file photo, Michael Foster of the Retail, Wholesale and Department Store Union holds a sign outside an Amazon facility where labor is trying to organize workers in Bessemer, Ala. Nearly 6,000 Amazon warehouse workers in Bessemer are deciding whether they want to form a union, the biggest labor push in the online shopping giant's history. Mail-in voting started in early February. Ballots must be received by the end of Monday March 29, 2021. The National Labor Relations Board starts counting votes the next day. (AP Photo/Jay Reeves, File)
Michael Foster

Un travailleur proteste devant les bâtiments d’Amazon aux Etats-Unis. Image: sda

C’est, pourtant, justement ce que font les dirigeants d’Amazon. Ils ont agencé le vote de manière inutilement compliquée et ont fait surveiller les bureaux de vote par vidéo. Les représentants syndicaux n’ont pas été autorisés à entrer dans l’enceinte de l’entreprise. À l’intérieur du centre de logistique, des slogans antisyndicaux étaient affichés partout et les supérieurs faisaient régulièrement la leçon à leurs subordonnés sur les raisons pour lesquelles ils devaient voter non.

Cependant, Amazon pourrait se retrouver perdant. Ce n’est pas seulement la gauche qui soutient les syndicats. Pour une fois, les conservateurs s’y joignent aussi. Marco Rubio par exemple, un sénateur républicain de Floride, a également appelé à voter oui pour les syndicats. Pourquoi cela?

Amazon est le représentant par excellence de ce qu’on appelle depuis peu le «woke capitalism». «Woke» est le terme générique pour le multiculturalisme libéral. Les conservateurs se battent eux aussi sans relâche contre ce woke capitalism. Ajoutez à cela le fait que Jeff Bezos possède également le Washington Post, journal libéral de gauche, aussi dans le viseur des conservateurs. Voilà pourquoi la droite veut aussi voir Bezos subir une défaite.

Jeff Bezos se retire du rôle de PDG chez Amazon mais garde le statut de président (archives).

Jeff Bezos est aussi un représentant typique du woke capitalism. Image: sda

Enfin, l’action ouvrière du Sud des Etats-Unis fait partie de la lutte contre le racisme et pour les droits des Noirs. Trois employés sur quatre du centre logistique concerné sont noirs. «Bessemer est maintenant notre Selma» explique le révérend William Barber, un ecclésiastique réputé. Selma est le lieu – aussi en Alabama – où le mouvement pour les droits civiques dirigé par Martin Luther King a mené une marche de protestation légendaire à travers le pont local.

L’action à Bessemer n’est donc que le début d’une longue lutte. «Jeff Bezos a intérêt à se préparer», déclare Nina Turner, sénatrice démocrate, au Financial Times. «Nous avons uni le mouvement ouvrier au mouvement pour les droits civils. Grâce à tous les progrès que nous avons faits, nous allons continuer à répéter cela.»

Cet article a été traduit de l'allemand par Anne Castella.

Et maintenant, un peu de détente: la vie de couple en 14 cartoons amusants

1 / 20
La vie de couple en 14 cartoons amusants
source: imgur / imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La cryptomonnaie entre à Wall Street

La société américaine Coinbase, plateforme d'achats et de ventes de cryptomonnaies, a annoncé qu'elle fera ses premiers pas à la Bourse de New York le 14 avril.

C'est une première pour une entreprise de devises virtuelles. Sous le symbole «COIN» ( «monnaie» ), le groupe utilisera la méthode de la cotation directe, et non une introduction en Bourse classique. Il ne récupèrera en conséquence pas d'argent frais.

les actionnaires déjà présents à son capital - les fondateurs, les employés et les investisseurs historiques - pourront vendre leurs participations sur le marché. Un processus qui a déjà été utilisé par Spotify, Slack, Palantir ou Roblox. …

Lire l’article
Link zum Artikel