DE | FR

Vous prévoyez des vacances aux Etats-Unis? Lisez bien cet article avant

Les Etats-Unis rouvrent leurs frontières aux touristes le 8 novembre, mais un obstacle majeur se pose encore: Le contrôle toujours plus complexe pour entrer dans l'avion. Un Suisse en a fait l'expérience.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
28.10.2021, 11:4329.10.2021, 18:12
Benjamin Weinmann / ch media

Vous voulez connaître le mot de passe qui vous ouvrira les portes des Etats-Unis? (Et non... ce n'est pas «sésame ouvre-toi»).

Allez, on vous aide: La formule magique, c'est ESTA. L'abréviation pour Electronic System for Travel Authorization. Ou, en français, système électronique pour l'autorisation de voyages. On est d'accord, c'est nettement moins poétique.

ESTA, c'est quoi ça?

Le formulaire ESTA est LA clé pour permettre aux voyageurs en provenance de pays étrangers, comme la Suisse, de poser un pied sur le territoire américain. Absolument obligatoire, il nécessite de répondre à des questions très bizarres, parmi lesquelles:

«Avez-vous l'intention de participer ou avez-vous participé à des activités terroristes, d'espionnage, de sabotage ou de génocide?»

Ou encore, tout aussi savoureux:

«Souffrez-vous d'une maladie physique ou mentale ou êtes-vous consommateur de drogue ou toxicomane?»

Une fois le formulaire dûment rempli sur Internet et payé la modique somme de quatorze dollars, en règle générale, vous recevez l'autorisation par email au bout de quelques minutes. Ça, c'est la procédure standard.

Maintenant, c'est une autre affaire

Si la procédure pouvait déjà paraître complexe avant la pandémie, c'est une toute autre affaire depuis la pandémie.

Un Suisse et son épouse américaine en ont fait l'expérience au mois d'août dernier: Quelques semaines avant leur voyage, au terme de la procédure habituelle, le Suisse avait obtenu son visa ESTA comme prévu. En principe, cette autorisation est valable plusieurs mois.

L'annonce est tombée par mail

Mais le matin du départ, c'est le choc: Le voyageur reçoit par courriel un message selon lequel son visa a expiré. Et ce, sans la moindre explication. Paniqué, il remplit donc à la hâte un nouveau formulaire en ligne, mais n'obtient aucune réponse. Arrivé à l'aéroport, ça ne manque pas: Sans ESTA, l'enregistrement s'avère impossible. On dirige le couple vers un autre terminal, où un agent de sécurité pourra prendre contact directement avec les autorités américaines.

L'attente est interminable

Le Suisse sent le stress monter d'un cran. L'agent de sécurité parvient en effet à atteindre les Etats-Unis, fait parvenir les documents nécessaires par scan et une description du cas. Toutefois, il ne se veut pas trop rassurant:

«L'attente peut prendre entre quinze minutes et plusieurs heures avant d'obtenir une réponse. Nous n'avons aucun contrôle sur le délai de traitement»

La perspective de louper l'avion devient de plus en plus concrète. Le couple refait alors ses valises, au cas où l'épouse est contrainte de partir seule et de laisser son mari sur place.

Et finalement, soulagement: Le passager reçoit par mail la confirmation que son autorisation ESTA est renouvelée.

Une bonne nouvelle dont se moque l'agent de sécurité: Maintenant qu'il a ouvert un nouveau dossier (qui reste sans réponse des Etats-Unis), l'embarquement n'est pas possible. L'apaisement se mue en stress. L'attente continue.

Enfin, à la toute dernière minute, le feu vert des autorités américaines tombe enfin. L'agent de sécurité donne son accord, et le couple peut prendre son vol.

Le cas n'est pas isolé

L'histoire de ce passager suisse n'est de loin pas un cas isolé.

«Nous savons que les ESTA sont parfois annulés par les autorités américaines»
Elena Stern, porte-parole de Swiss

Mais pourquoi donc? L'ambassade américaine de Berne n'a pas fourni de réponse claire.

«Les autorités américaines contrôlent les réservations des voyageurs américains de manière très étroite et restrictive», explique pour sa part Nathalie Berchtold, porte-parole de la société Swissport, qui gère le processus d'enregistrement dans les aéroports pour des compagnies aériennes comme Swiss.

Le problème de l'ESTA n'est pas nouveau, mais pendant la pandémie, les Etats-Unis ont durci les contrôles, dont certains sont effectués de manière aléatoire: «Nous avons remarqué que le niveau de contrôle avant embarquement, prescrit par les autorités américaines, s'est considérablement accru».

Lorsqu'un passager est rejeté, les autorités américaines ne communiquent aucune explication. «Le processus n'est transparent ni pour Swissport, ni pour les compagnies aériennes.»

L'autorisation n'est pas toujours faite à temps

Selon Nathalie Berchtold, des clarifications par téléphone directement avec les services d'immigration américains sont nécessaires sur place, à l'aéroport. Une chose est certaine: Sans autorisation, tout embarquement est absolument impossible.

«En ce moment, cela se produit presque quotidiennement à l'aéroport de Zurich», précise encore la porte-parole. En effet, il arrive que l'autorisation des autorités ne parvienne qu'au bout de plusieurs heures... alors que l'avion est déjà dans les airs.

Il faudra prendre son mal en patience

Bon, pour le rejet inexpliqué, on saura. A noter aussi que, pour l'instant, les Etats-Unis n'accordent une autorisation d'entrée qu'à un panel de population très restreint:

  • Les citoyens américains.
  • Les membres de leur famille.
  • Les voyageurs munis de permis spéciaux.
  • Et bien sûr tous ces gens doivent être vaccinés.

Cela suffit déjà à créer de looooongues files d'attente pour le contrôle des documents à l'embarquement.

De longues files d'attente attendent les passagers de l'aéroport de Zurich avant de procéder à l'enregistrement.
De longues files d'attente attendent les passagers de l'aéroport de Zurich avant de procéder à l'enregistrement. keystone

Doit-on donc déjà s'attendre à un véritable chaos à partir du 8 novembre? Nathalie Berchtold ne balaie pas cette perspective:

«Nous ne pouvons pas exclure la possibilité de files d'attente plus longues. Nous prévoyons une augmentation du nombre de contrôles pour les vols américains, car davantage de Suisses et d'Européens se rendront aux Etats-Unis et les règlements Covid devront être vérifiés individuellement»

Concernant les clarifications avec les autorités américaines, qui nécessitent beaucoup de temps, elles seront effectuées dans un bureau spécial créé à cet effet. «Comme les autres vols sont moins fréquents en hiver, nous pouvons déployer ce personnel en plus pour les vols USA», a encore précisé la porte-parole de Swissport.

Vous êtes donc prévenu!

Il est recommandé aux voyageurs d'arriver à l'aéroport au minimum trois heures avant le départ, conseille Nathalie Berchtold. Toutefois, même dans ce cas, il est possible que tous les passagers ne reçoivent pas leur permis de voyager à temps – au cas où les Etats-Unis réclament des clarifications supplémentaires.

On ignore le nombre de passagers qui sont restés bloqués cette année.

Dans ce cas de figure, les voyageurs refoulés peuvent encore espérer une place sur un vol le lendemain, mais Swiss ne prend pas en charge les frais de réinscription. On aurait préféré qu'il suffise de dire «Sésame ouvre-toi».

Traduit et adapté par mbr.

Par contre, si vous tenez malgré tout à aller aux Etats-Unis, on vous prévient... on y trouve ce genre de calendrier 2016:

1 / 7
La calendrier 2016 de Michele Fiore posant avec des flingues
source: twitter
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Toujours dans le même policier américain, il sauve la vie de sa collègue

Plus d'articles sur les Etats-Unis

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Cette jeune fille prête à tout pour réussir dans le porno

Link zum Artikel

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

Link zum Artikel

Après 30 ans d'interdiction, le retour des fusils d'assaut en Californie?

Link zum Artikel
Jack Dorsey, à la tête de Twitter, annonce sa démission
L'homme dont la fortune est estimée à 11,8 milliards a annoncé qu'il quittait son poste de directeur général de Twitter, confirmant une information de la chaîne américaine CNBC.

Twitter a annoncé lundi le départ, avec effet immédiat, de son directeur général et cofondateur Jack Dorsey. Il sera remplacé par le responsable technologique du média social, Parag Agrawal. «J'ai décidé de quitter Twitter parce que je pense que la société est prête à couper le cordon avec ses fondateurs», a expliqué l'homme dont la fortune est estimée à 11,8 milliards.

L’article