International
Environnement

Environnement: la pollution oblige les écoles de New Dehli à fermer

Pollution: New Delhi ferme ses écoles par crainte d'asphyxie

Traffic moves on a road enveloped by fog and smog in New Delhi, India, Friday, Nov. 3, 2023. Authorities on Friday shut primary schools and banned polluting vehicles and construction activity to contr ...
La circulation sur une route enveloppée par le brouillard et le smog à New Delhi.Keystone
Le brouillard toxique, alimenté par les brûlis agricoles, les émissions industrielles et du transport routier, stagne dans la mégapole de 30 millions d'habitants.
04.11.2023, 00:5804.11.2023, 10:27
Plus de «International»

Les écoles ont été fermées vendredi dans la capitale indienne en raison du niveau dangereux de pollution atmosphérique, matérialisée par un brouillard jaunâtre toxique, en pleine Coupe du monde de cricket.

«À la lumière des niveaux de pollution en hausse, toutes les écoles primaires publiques et privées de Delhi resteront fermées pendant les deux prochains jours»

Selon la société suisse de surveillance de la qualité de l'air, IQAir, le niveau de particules PM 2,5, les plus dangereuses, est 35 fois supérieur au niveau maximum fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Chaume des rizières brûlées

Le problème culmine au début de l'hiver, autour de la fête hindoue de Diwali, qui coïncide avec les semaines où des dizaines de milliers d'agriculteurs du nord de l'Inde brûlent les chaumes des rizières.

Cette pratique est l'une des principales causes de cette pollution qui étouffe Delhi chaque année et persiste malgré les efforts des autorités pour persuader les agriculteurs d'utiliser d'autres méthodes de défrichement et les menaces de mesures punitives.

La capitale indienne s'est dotée d'une «salle de guerre verte» pour combattre la pollution atmosphérique. Et les autorités annoncent régulièrement différents plans pour réduire la pollution, notamment en suspendant les travaux de construction, mais sans grand résultat.

Une étude de The Lancet, revue médicale britannique, parue en 2020, imputait 1.67 million de décès, un an plus tôt, à la pollution de l'air en Inde, dont près de 17'500 dans la capitale.

L'Inde dépend fortement du charbon pour sa production d'énergie. Le pays a vu ses émissions par habitant augmenter de 29% ces sept dernières années et rechigne à appliquer des politiques afin d'éliminer progressivement les combustibles fossiles polluants.

Feux d'artifice interdits

L'Inde accueille la Coupe du monde de cricket et les organisateurs ont interdit les feux d'artifice lors des matchs à Mumbai et à Delhi pour éviter d'aggraver les niveaux de pollution atmosphérique.

Le Bangladesh devrait affronter le Sri Lanka à Delhi lundi, mais a annulé une séance d'entraînement prévue vendredi en raison du fameux «smog», brouillard de pollution, avec peu de chances que l'air s'éclaircisse pour leur match.

«Certains d'entre nous ont commencé à tousser, il y a donc un facteur de risque»
Khaled Mahmud, directeur de l'équipe du Bangladesh

Le «smog» constitue également un problème de santé publique majeur au Pakistan voisin, où les autorités de la ville de Lahore ont ordonné jeudi aux écoliers de porter des masques pendant les cours afin d'atténuer les problèmes de santé. (ats/jch)

La fusée indienne a réussi son alunissage
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Des manifestations font plusieurs morts au Bangladesh
Des manifestations contre un système de quotas dans la fonction publique ont fait plusieurs victimes mardi au Bangladesh. Des affrontements éclatent depuis plusieurs jours entre étudiants et partisans du gouvernement au pouvoir.

Six personnes ont été tuées mardi - dans des circonstances qui n'ont pas encore été clairement établies - dans la capitale Dacca, à Chittagong (sud-est) et à Rangpur (nord). Des affrontements ont éclaté entre des étudiants exigeant la suppression des quotas et des contre-manifestants soutenant le parti au pouvoir.

L’article