DE | FR

Macron et Merkel attendent des explications des Etats-Unis

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont appelé lundi les Etats-Unis et le Danemark à s'expliquer sur les allégations d'espionnage de certains responsables, dont la chancelière allemande.
31.05.2021, 19:1401.06.2021, 17:21

«Si l'information est juste (...) ce n'est pas acceptable entre alliés» et «encore moins entre alliés et partenaires européens», a réagi à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand le président français, dont la chancelière allemande a aussitôt approuvé les propos.

«Je suis attaché au lien de confiance qui unissent Européens et Américains (...) il n'y a pas de place entre nous pour le soupçon»
Emmanuel Macron

«C'est pourquoi ce que nous attendons, c'est la clarté complète. Nous avons demandé à ce que nos partenaires danois et américains apportent toutes les informations sur ces révélations et sur ces faits passés et nous sommes en attente de ces réponses».

«Clarifier les faits»

«Je ne peux que m'associer aux propos d'Emmanuel Macron», a répondu Angela Merkel. «J'ai été rassurée par le fait que le gouvernement danois, dont la ministre de la Défense, a également fait savoir très clairement ce qu'il pense de ces choses. [...] C'est une bonne base non seulement pour clarifier les faits mais aussi pour établir des relations de confiance», a-t-elle ajouté.

Selon une enquête de la télévision publique danoise Danmarks Radio (DR) diffusée dimanche soir avec plusieurs autres médias européens, Washington s'est servi au moins jusqu'en 2014 du réseau de câbles sous-marins danois pour écouter des personnalités de quatre pays (Allemagne, Suède, Norvège, France).

Ces révélations reposent sur un rapport confidentiel du renseignement militaire danois (FE). (ats/afp)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des combattants d'Azovstal jugés: du siège à la peine de mort en 11 dates
Un tribunal de la région pro-russe de Donetsk s'apprête à juger des soldats ukrainiens qui avaient combattu pendant le siège de l'usine Azovstal, à Marioupol. Ils risquent la peine capitale. Récit d'une bataille de plus de 40 jours en 11 dates-clés.

Le siège d'Azovstal marque la dernière étape de la bataille de Marioupol, ville portuaire ukrainienne située dans le sud-est du pays, aux portes du Donbass.

L’article