DE | FR

Attentat à Kaboul: un tour du monde des réactions

Smoke rises from a deadly explosion outside the airport in Kabul, Afghanistan, Thursday, Aug. 26, 2021. Two suicide bombers and gunmen have targeted crowds massing near the Kabul airport, in the waning days of a massive airlift that has drawn thousands of people seeking to flee the Taliban takeover of Afghanistan. (AP Photo/Wali Sabawoon)

Image: sda

Les attentats à l'aéroport de Kaboul, qui ont fait entre 13 et 20 morts selon les talibans, ont peu après été revendiqués par l'Etat islamique. Réactions.



L'Otan, des pays européens et les talibans ont condamné, jeudi, le double attentat meurtrier sanglant qui a eu lieu à l'aéroport de Kaboul. L'attaque a été revendiquée par l'Etat islamique (EI), que Washington a menacé de représailles.

Etats-Unis

Selon le général Kenneth McKenzie, chef du commandement central américain en charge de l'Afghanistan, il s'agit d'attentats-suicides commis par «deux djihadistes considérés comme appartenant à l'Etat islamique (EI ou Daech) suivis par des djihadistes de l'EI armés qui ont fait feu sur les civils et les militaires».

«Si nous pouvons trouver qui est lié à cela, nous nous lancerons à leur poursuite»

Le général Kenneth McKenzie

Les attentats, qui ont fait entre treize et vingts morts selon les talibans, ont peu après été revendiqués par Daech. Douze militaires américains ont été tués et quinze blessés. Les évacuations se poursuivent actuellement.

L'ex-président américain Donald Trump a dénoncé une tragédie qui «n'aurait jamais dû avoir lieu». L'actuel président Joe Biden a promis de «pourchasser» les auteurs de l'attentat.

Talibans

Les talibans ont condamné «fermement» l'attaque, tout en soulignant qu'elle était survenue dans une zone placée sous la responsabilité de l'armée américaine:

«L'explosion a eu lieu dans une zone où les forces américaines sont responsables de la sécurité»

Leur porte-parole Zabihullah Mujahid

Otan

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a «condamné fermement cet attentat terroriste horrible», tout en soulignant que la priorité restait «d'évacuer autant de gens que possible vers un environnement sûr, le plus rapidement possible».

Union européenne

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a également appelé à continuer les évacuations depuis l'aéroport sécurisé par les Etats-Unis. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a condamné «les attaques lâches et inhumaines à l'aéroport de Kaboul».

Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé un attentat «absolument ignoble»:

«Il s'agit d'une situation très, très tendue pour faire sortir les gens du pays»

Royaume-Uni

Le premier ministre Boris Johnson a annoncé que les opérations d'évacuation allaient continuer malgré les attentats:

«Clairement, ce que montre cette attaque, c'est l'importance de continuer ce travail de la manière la plus rapide et la plus efficace possible dans les heures qui nous restent et c'est ce que nous allons faire»

Boris Johnson

«Le Royaume-Uni et les Etats-Unis demeurent résolus dans leur mission pour sortir le plus grand nombre de personnes possible ... Les actes des terroristes ne nous arrêteront pas»

Le ministre des affaires étrangères Dominic Raab

Italie

«Je condamne ce vil et horrible attentat contre des personnes sans défense en quête de liberté»

Le premier ministre italien Mario Draghi

Espagne

Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez a condamné les attentats tout en soulignant que l'Espagne oeuvrait «pour évacuer le plus grand nombre possible de personnes d'Afghanistan».

France

Le président Emmanuel Macron a «condamné avec la plus grande fermeté les attaques terroristes». L'état-major des armées a annoncé que Paris poursuivait ses opérations d'évacuation d'Afghans craignant les représailles des talibans.

Pays-Bas

Le premier ministre Mark Rutte a déploré «une terrible tragédie».

Suède

La ministre suédoise Ann Linde a adressé ses condoléances aux familles des militaires américains tués dans les attentats.

Suisse

Le chef de la diplomatie suisse Ignazio Cassis a présenté ses condoléances aux familles des victimes de l'attentat perpétré dans la capitale afghane Kaboul. Le conseiller fédéral s'est dit, dans un tweet, profondément attristé par ces «attaques meurtrières».

Norvège

La ministre norvégienne Ine Eriksen Søreide a condamné l'attaque contre «des civils innocents tentant de quitter le pays», un «acte terrible de cruauté».

Turquie

La Turquie a condamné «une attaque haineuse».

Israël

Le premier ministre Naftali Bennett a exprimé le «profond chagrin» de son pays «pour la mort d'Américains à Kaboul».

Arabie saoudite

L'Arabie saoudite «condamne fermement l'attaque terroriste meutrière».

Egypte

L'Egypte a condamné «la double attaque terroriste» et a renouvelé «sa solidarité dans le combat contre toutes les formes de terrorisme, de violence et d'extrémisme», selon le ministère des affaires étrangères.

Jordanie

La Jordanie a condamné les attentats et dénoncé le «terrorisme qui reste une menace dangereuse».

Qatar

Le Qatar a dénoncé l'attaque et rejeté «la violence et le terrorisme, quelles que soient les motivations et les causes». (ats/jch)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La situation en Afghanistan

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

En Afghanistan, des décennies de progrès pourraient être anéanties

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel

Les talibans disent avoir battu les résistants, qui ne sont pas d'accord

Alors que les talibans ont affirmé avoir pris le contrôle complet de la vallée, les résistants assurent que leur combat va continuer.

La vallée du Panchir, dernière poche de résistance contre les talibans, vient de tomber. C'est ce qu'ont affirmé lundi les islamistes:

Les résistants ne sont pas du même avis. Le mouvement armé actif dans la région, appelé Front national de résistance (FNR), a démenti les déclarations des talibans, en annonçant qu'il retient des «positions stratégiques» dans la vallée.

Le chef du FNR, Ahmad Massoud, a appelé à se soulever contre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan: «Où que vous soyez, …

Lire l’article
Link zum Artikel