DE | FR

Le chef de l'Etat islamique au Sahel tué par l'armée française

Des membres de l'armée française en pleine «opération Barkhane», au Mali.
Des membres de l'armée française en pleine «opération Barkhane», au Mali.
Image: AP
La mouvance djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique avait été désignée par la France comme un «ennemi prioritaire» au Sahel.
16.09.2021, 03:5516.09.2021, 16:27

Le chef du groupe djihadiste Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), Adnan Abou Walid al-Sahraoui, a été «neutralisé» par les forces françaises («tué», a précisé l'Elysée), a annoncé Emmanuel Macron dans la nuit de mercredi à jeudi 👇.

Cet été, en juin et juillet, Paris avait déjà annoncé la mort ou la capture de plusieurs cadres de haut rang de l'EIGS par la force française Barkhane (une opération militaire menée au Sahel et au Sahara par l'Armée française) et ses partenaires, dans le cadre de sa stratégie de cibler les dirigeants et les cadres des organisations djihadistes.

Désigné par la France comme «ennemi prioritaire»

L'EIGS, créé en 2015 par Adnan Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre de la mouvance djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), avait été désigné comme «ennemi prioritaire» au Sahel, lors du sommet de Pau (sud-ouest de la France), en janvier 2020.

Le chef de l'EIGS est mort à la suite d'une frappe de la force Barkhane. Nous saluons un coup décisif contre ce groupe terroriste. Notre combat continue».
La ministre française des Armées Florence Parly.
twitter

Le chef du groupe djihadiste est en effet considéré comme étant à la manoeuvre de la plupart des attaques dans la région des «trois frontières», un vaste espace aux contours vagues à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso, des pays qui comptent parmi les plus pauvres du monde.

Cette zone constitue la cible récurrente d'attaques de deux groupes armés djihadistes: l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al Qaïda. (ats/jch)

Pendant ce temps-là, à Lausanne: Copin comme cochon: Les champignons

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Joe Biden plus proche de Trump que d'Obama sur les mines

Contrairement à ce qu’il avait laissé entendre pendant sa campagne, le président américain n’a pas l’intention de rejoindre la liste des pays bannissant l’utilisation des mines antipersonnel. Pour l’instant.

«La Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel est l'un des traités sur les armes les plus largement acceptés de tous les temps», écrivait la Croix Rouge l’année dernière. Pourtant, la première puissance mondiale ne fait pas partie des signataires et cela a peu de chances de changer sous l’ère Biden, selon les constatations du New York Times.

Contrairement à ce qu’il avait dit pendant sa campagne, le président américain Joe Biden va conserver la politique de son prédécesseur, …

Lire l’article
Link zum Artikel